•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès en appel d’Alena Pastuch condamnée en 2019 s’ouvre cette semaine

Une photo floue d'une femme marchant en se couvrant le visage.

Alena Pastuch a a été reconnue coupable de fraude en 2019 et a écopé de 7 ans et trois mois de prison.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le procès en appel d'Alena Pastuch, condamnée en 2019 à plus de 7 ans de prison pour vol, fraude et blanchiment d’argent, s'ouvre cette semaine. Elle a été reconnue coupable en 2019 d'avoir fraudé environ 80 investisseurs pour un montant combiné de 5,5 millions de dollars.

Selon la Cour d'appel de la Saskatchewan, le procès d'Alena Pastuch semblait injuste parce qu'elle n'avait pas d'avocat à l'époque.

« Le droit de Mme Pastuch à un procès équitable et conforme à la loi, comme celui de toute personne accusée d'avoir commis un crime au Canada, doit être respecté. »

— Une citation de  Extrait du jugement rendu par les trois juges

Je suis profondément troublé par l'impact de cette décision sur les nombreux investisseurs qui ont subi des pertes et je vais maintenant continuer à attendre une réponse des tribunaux quant à la responsabilité pénale de Mme Pastuch, dit le jugement de la Cour d'appel de Saskatchewan.

Une décision saluée par l'avocat actuel de Mme Pastuch, Chris Murphy, pour qui il s’agit de respecter les droits individuels.

Elle a droit, comme toute autre personne dans ce pays, à un procès équitable. Et la Cour d'appel a confirmé qu'il y a au moins une évidence que cela n'a pas été le cas, a ajouté Chris Murphy.

Alena Pastuch avait été défendue par des avocats, mais ceux-ci se sont retirés avant le début du procès.

La demande de Mme Pastuch pour qu'un autre avocat lui soit commis d'office avait été rejetée, et elle s'était représentée elle-même au procès.

Dans son pourvoi en appel, Alena Pastuch a déclaré qu'elle ne comprenait pas certaines des accusations portées contre elle et qu'elle ne pouvait pas non plus comprendre les preuves financières, ce qui l'a empêchée de se défendre correctement.

Elle est très soulagée qu'un nouveau procès ait été accordé. Elle est tout simplement soulagée que la cour ait reconnu qu'il y avait une forme de partialité lors de son procès, a déclaré Chris Murphy, qui a affirmé avoir discuté avec sa cliente cette semaine.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !