•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre pour s’entraîner au hockey en réalité virtuelle à Uashat

Un jeune de l'équipe de hockey Atanukan fait l'essai d'un casque de réalité virtuelle au nouveau Centre de développement PAC de Uashat.

De plus en plus de hockeyeurs ajoutent l’entraînement cognitif à leur routine. Avec la réalité virtuelle, ils peuvent améliorer leur rapidité d’exécution et leur prise de décision.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Un centre d’entraînement cognitif au hockey voit le jour dans la communauté de Uashat mak Mani-utenam. Ce projet permettra à de jeunes hockeyeurs innus, munis d’un casque de réalité virtuelle, d’améliorer ce qu’on appelle « le sens du hockey » sur une glace synthétique.

Cette initiative a été présentée mercredi soir à l’école Manikanetish à Uashat, là où ce centre est situé. Plus précisément, il s'agit d'un Centre de développement PAC (performance, athlétique, cognitif), un modèle déjà existant ailleurs au Québec.

Les premiers utilisateurs de cette technologie seront les hockeyeurs faisant partie de l’équipe scolaire Atanukan. L’équipe réunit des élèves innus âgés de 10 à 13 ans.

Nous sommes fiers de pouvoir offrir des technologies de pointe à nos jeunes hockeyeurs et hockeyeuses et ainsi favoriser l’accessibilité des sports pour les jeunes des Premières Nations, déclare par écrit le chef de la communauté innue de Uashat mak Mani-utenam (ITUM), Mike McKenzie.

Mike McKenzie porte un chandail marqué du logo de l'équipe scolaire Atanukan.

Mike McKenzie, chef de la communauté innue de Uashat mak Mani-utenam (ITUM)

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

C’est le troisième Centre de développement PAC du Québec et le tout premier dans une communauté autochtone, explique le copropriétaire de l'entreprise, Éric Tobon.

L’équipe d’éducation d’ITUM a communiqué avec nous. Ça a cliqué, parce que la première chose qu’on a entendue, c’est [un projet] pour les jeunes. On a garanti l'exclusivité à l’équipe Atanukan, donc ça sera le seul centre PAC sur la Côte-Nord, dit M. Tobon.

Éric Tobon est devant des jeunes qui observent un hockeyeur faisant l'essai d'un casque de réalité virtuelle au nouveau Centre de développement PAC à Uashat.

Le copropriétaire du Centre de développement PAC, Éric Tobon.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Le directeur général de Hockey Québec, Jocelyn Thibault, était présent mercredi lors de l’annonce. Il voit d’un bon œil l’utilisation des nouvelles technologies pour le hockey.

Les jeunes sont différents que lorsqu’on était jeune. Maintenant, ils sont très stimulés. Si on peut stimuler leur développement par des technologies comme ça, c’est génial, s'exclame-t-il.

Jocelyn Thibault est dans un gymnase, à Uashat sur la Côte-Nord.

Le directeur général de Hockey Québec, Jocelyn Thibault.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

Développer le sens du hockey

De plus en plus d’athlètes ajoutent l’entraînement cognitif à leur routine. Grâce à la réalité virtuelle, ils peuvent améliorer leur rapidité d’exécution et leur prise de décision.

Le sens du hockey, c’est nos fonctions cognitives. Si on ne l’a pas, ça peut se développer. Lors de ces entraînements, on travaille la prise de décision, le temps de réaction, la vision périphérique, avance Éric Tobon.

Il considère le cerveau comme un muscle très souvent utilisé au quotidien, mais qui n’est que trop peu entraîné pour les sports.

« L’objectif, c’est d’amener le muscle du cerveau à la même place que des biceps ou des cuisses pour un joueur de hockey. »

— Une citation de  Éric Tobon, copropriétaire du Centre de développement PAC

Le système analyse les mouvements de l’athlète et produit un diagnostic avec les points forts et les points à améliorer.

On évalue les forces et les points à améliorer du jeune. Selon le diagnostic, on développe un plan d'entraînement personnalisé qui va pouvoir venir, par la suite, faire ses entraînements avec le casque réalité virtuelle en patin sur la glace synthétique, note-t-il.

Vue du programme projeté dans le casque de réalité virtuelle des joueurs.

Vue du programme projeté dans le casque de réalité virtuelle des joueurs (archives).

Photo : Centre développement PAC

M. Tobon précise que d'autres technologies seront à la disposition des sportifs. Avec des lunettes anaglyphes, ce sont des entraînements en 3D qu'on peut faire ici, au centre, ou même à la maison. Les jeunes peuvent amener les lunettes à la maison pour effectuer de simples entraînements de 6 minutes par jour, raconte-t-il.

Éric Tobon ajoute que le centre d’entraînement cognitif doit être éventuellement disponible pour les hockeyeurs à l’extérieur de l’équipe Atanukan.

Ce centre pourrait offrir un jour des entraînements virtuels dans d'autres disciplines sportives, dont le badminton ou le volleyball, selon Mike McKenzie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !