•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du procès civil de Kevin Spacey pour agression sexuelle

Kevin Spacey a l'air sérieux et porte un veston, une chemise et une cravate.

L'acteur américain est accusé d'atteinte à l'intégrité physique.

Photo : Associated Press / Nicole Harnishfeger

Agence France-Presse

La vedette déchue Kevin Spacey comparaît à partir de jeudi à New York dans un procès civil intenté par l'acteur américain Anthony Rapp, qui l'accuse d'agression sexuelle.

L'ancienne star d'Hollywood sera jugée par un jury du tribunal civil fédéral de Manhattan, présidé par le juge Lewis Kaplan. L’acteur pourrait être condamné à d'importants dommages-intérêts, M. Rapp demandant 40 millions de dollars américains (près de 55 millions de dollars canadiens).

L'accusation initiale d'agression sexuelle portée par Anthony Rapp n'a finalement pas été retenue par le juge Kaplan. Ce dernier a plutôt retenu le chef d'accusation d'atteinte à l'intégrité physique d'Anthony Rapp ayant provoqué une détresse émotionnelle.

Acteur deux fois oscarisé pour Suspects de convenance (Usual Suspects) et Beauté américaine (American Beauty), Kevin Spacey Fowler, 63 ans, a disparu des écrans et des planches depuis qu'il a été l'un des premiers artistes emportés par la vague de dénonciation #MoiAussi, il y a cinq ans.

Une agression datant de 1986

Sa victime, qui joue notamment dans la série Star Trek: Discovery, avait porté plainte en septembre 2020 contre M. Spacey pour des avances et une agression sexuelle présumée lors d'une fête à Manhattan en 1986.

Anthony Rapp était alors un adolescent de 14 ans, et Kevin Spacey avait le double de son âge.

À la fin du mois d’octobre 2017, M. Rapp a accusé une première fois M. Spacey dans le média BuzzFeed News. Il y a révélé de nombreux détails sur l’agression.

Dès le lendemain sur Twitter, Kevin Spacey a déclaré n’avoir aucun souvenir de l’incident, mais il a tout de même dit lui présenter ses plus sincères excuses pour son comportement [d’homme] ivre et profondément déplacé.

L'ordonnance du juge Kaplan détaille que lors de la fête, d'après ce qu'a affirmé M. Rapp, M. Fowler l'a soulevé, sa main a frotté quelques secondes le vêtement couvrant les fesses de M. Rapp, puis M. Fowler a mis M. Rapp sur un lit, sur le dos, avant de s'allonger tout habillé, brièvement et en partie, au côté de M. Rapp et sur lui.

L'adolescent s'était alors rapidement dégagé et avait quitté la fête, selon l’ordonnance.

Lors de sa déposition, 35 ans après les faits, Anthony Rapp a convenu qu'il n'y avait eu ni baiser, ni déshabillage, ni attouchement sous les vêtements, et aucune déclaration ou insinuation à caractère sexuel lors de l’échange, qui n'avait pas duré plus de deux minutes.

Kevin Spacey a déjà eu des démêlés avec la justice aux États-Unis et au Royaume-Uni. À Londres, il est également poursuivi pour des agressions sexuelles sur trois hommes entre mars 2005 et avril 2013, lorsqu'il était directeur d'un théâtre. Il a plaidé non coupable à ces accusations d'agressions en juillet dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !