•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La violence armée à Ottawa : les candidats à la mairie se prononcent sur le budget du SPO

dsc06056

Certains acteurs mettent de l'avant l'apport du communautaire dans la prévention de la violence armée.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Radio-Canada

Trois des candidats à la mairie d'Ottawa se prononcent sur la violence armée dans la capitale nationale au lendemain d'une fusillade mortelle. Le budget accordé à la police ne semble pas faire l'unanimité. Certains acteurs souhaiteraient voir les milieux communautaires prendre plus de place dans ce dossier.

La violence armée à Ottawa est une préoccupation pour les résidents d'Ottawa depuis de nombreuses années.

Une fusillade a fait deux morts et un blessé mercredi soir dans le secteur d'Orléans. L'année n'est pas encore terminée et la capitale nationale enregistre déjà une cinquantaine de fusillades sur son territoire.

Nombre de fusillades par année à Ottawa

Année

Nombre de fusillades

Nombre de morts liées

2017

75

7

2018

78

8

2019

73

5

2020

46

3

2021

82

9

2022

50

5

Le candidat à la mairie Mark Sutcliffe soutient que la Ville doit faire mieux pour les résidents d’Ottawa. Alors que d'autres candidats prônent la réduction du financement du Service de police d'Ottawa (SPO), M. Sutcliffe estime qu'il faut plus de ressources pour pallier cette problématique.

« Je veux augmenter le budget de la police et particulièrement investir dans les réponses aux crimes avec armes à feu. »

— Une citation de  Mark Sutcliffe, candidat à la mairie d'Ottawa

Ce dernier aimerait créer une station communautaire dans le marché By, où les crimes armés sont fréquents. Des agents de police, des employés de la santé publique ainsi que des organismes communautaires y travailleraient ensemble pour réduire la violence.

Mark Sutcliffe prend la pose devant des arbres aux couleurs d'automne.

Mark Sutcliffe estime qu'il faut augmenter les ressources du Services de police d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Frederic Pepin

Je veux que la police embauche à peu près 100 personnes dans les quatre prochaines années, ajoute-t-il. Au printemps, le SPO avait déjà annoncé son intention d'embaucher près de 80 policiers supplémentaires. Le chiffre avancé par le candidat à la mairie serait en ajout et ne comprendrait pas que des agents en uniforme.

Ce dernier indique que les priorités du service de police pour les prochaines années doivent être la violence armée, la violence faite aux femmes et le racisme.

Pour sa part, Catherine McKenney fait preuve de prudence. Il faut que les augmentations de budgets soient justifiées par des données probantes. En point de presse, on soutient que le budget du SPO a triplé dans les 20 dernières années, mais que la présence policière seule n'a pas suffi à prévenir la violence armée.

« On ne peut pas continuer de faire la même chose année après année et espérer de meilleurs résultats. »

— Une citation de  Catherine McKenney, personne candidate à la mairie

Nous devons commencer à poser les questions difficiles, fait valoir la personne candidate à la mairie d'Ottawa. Quelles sont les preuves qu'une augmentation du financement [de la police] rendra notre communauté plus sécuritaire ?

Catherine McKenney, en point de presse.

Catherine McKenney a siégé au conseil municipal pour deux mandats avant de se présenter à la mairie d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Frederic Pepin

Concernant la proposition de M. Sutcliffe, 100 policiers n'auraient pas empêché cette fusillade, fait valoir Catherine McKenney. Il faut plutôt miser sur la prévention de la violence par arme à feu, et ce, auprès des populations vulnérables comme la jeunesse.

« Miser sur le communautaire »

C'est un point de vue que partage le professeur de criminologie à l'Université d'Ottawa, Eduardo González Castillo. En ce qui a trait aux forces de l’ordre, c’est du côté du contrôle des armes à feu qu’il faut se tourner. Sur le terrain, il ne manque pas d'agents, avance M. González Castillo.

Il faut miser sur le communautaire, souligne-t-il. Selon lui, ce sont les intervenants qui sont les mieux placés pour faire la prévention, comme ils connaissent les besoins des résidents de leur quartier.

L'ancien maire d'Ottawa et candidat à la mairie pour 2022, Bob Chiarelli croit aussi qu'un plus grand nombre d'intervenants sociaux doivent appuyer les policiers sur le terrain.

« On devrait avoir une banque de professionnels en soin expérimentés qui peuvent faire partie d’une équipe qui répond à ce type d’appel avec la police. »

— Une citation de  Bob Chiarelli, candidat à la mairie d'Ottawa

Il s'agit selon lui d'une ressource efficace pour aider au travail des policiers. La sécurité est une priorité, avance M. Chiarelli.

Bob Chiarelli pose devant l'une de ses pancartes électorales dans son bureau.

Bob Chiarelli a été maire d'Ottawa entre 2000 et 2006.

Photo : Radio-Canada

Il ajoute toutefois qu'il faudra fournir les ressources nécessaires à la police pour qu'elle puisse bien faire son travail sans préciser si des embauches supplémentaires seront nécessaires.

M. Chiarelli explique qu'il souhaite s'entretenir avec le Service de police d'Ottawa à ce sujet.

Avec les informations de Claudine Richard et de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !