•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neuf immeubles dont la résidence Prince Charles en passe d’obtenir le statut patrimonial

L'immeuble Prince Charles se dresse sur 13 étages à l'angle de la rue Scarth et de la 15e Avenue.

Le toit plat de l'immeuble et les balcons en saillie font partie des caractéristiques architecturales de l'immeuble Prince Charles, selon le dossier de candidature soumis par Nicor Group.

Photo : Nicor Group

Radio-Canada

Neuf bâtiments de Regina pourraient s'ajouter à la liste des édifices patrimoniaux. C'est ce qui ressort des recommandations du rapport de la commission d'urbanisme de la Ville de Regina à l'issue d'un vote mardi. La résidence Prince Charles, qui figure sur la liste, se dresse sur 13 étages à l'angle de la rue Scarth et de la 15e Avenue.

Le Prince Charles a été conçu dans un style moderne, avec un concept simple et cohérent, sans ornementation, peut-on lire dans le rapport de la commission.

Construit en 1965 en béton et revêtu de briques orange, il se caractérise par des balcons en saillie et un toit plat, selon le dossier de candidature du propriétaire de l'immeuble, Nicor Group.

Le rapport indique que le bâtiment a une importance sur le plan de la préservation du patrimoine parce qu'il reflète l'évolution des valeurs sociales par sa forme moderniste et représente un style d'architecture international.

L'un des aspects particulièrement intéressants de cette demeure est qu'il s'agit de l'un de nos rares bâtiments modernes à faire l'objet d'une demande de reconnaissance, a déclaré la directrice de la stratégie de développement de la Ville de Regina, Emmeline Hill, lors de la réunion.

« Nous ne nous attendons pas nécessairement à voir des bâtiments comme celui-ci faire l'objet d'une demande de désignation. »

— Une citation de  Emmeline Hill, directrice de la stratégie de développement de la Ville de Regina

La demande de classement patrimonial permet de s'assurer que les caractéristiques des bâtiments désignés sont préservées. Elle permet également de financer cette conservation à l'aide de subventions et d'un abattement fiscal.

Les bâtiments qui ont un intérêt pour sa valeur archéologique, architecturale, artistique ou emblématique sont admissibles à une subvention maximale de 50 000 $ et à une exonération fiscale de 10 ans, selon la commission de planification.

Emmeline Hill explique que les propriétaires doivent également contribuer à la préservation du bâtiment pour obtenir la subvention et bénéficier de l'exonération fiscale.

Les autres propriétés qui ont fait l'objet d'une demande de reconnaissance patrimoniale cette semaine étaient toutes des immeubles résidentiels.

La conseillère municipale Terina Shaw et une membre de la commission, Cheri Moreau, ont voté contre la proposition de désignation patrimoniale de l’immeuble Prince Charles.

Terina Shaw explique que des architectes, des concepteurs et des résidents locaux avec qui elle a discuté ne voyaient pas la valeur patrimoniale de l'immeuble.

Elle ajoute que les avantages financiers liés au statut de patrimoine pourraient inciter les propriétaires à demander cette désignation

Emmeline Hill n'est pas d'accord. Elle affirme que Nicor Group paie en ce moment 97 000 $ en taxes foncières annuelles sur le bâtiment Prince Charles, mais que l'entreprise devra faire des investissements dans cet immeuble afin de bénéficier des subventions et des incitations fiscales.

Emmeline Hill précise que la Ville ne paierait pas plus de 50 % des projets de rénovation, jusqu'à un maximum de 100 000 $ pour les travaux pouvant être pris en considération. Cela s'ajoute à une exemption fiscale de 10 ans, qui nécessiterait également un investissement de la part des propriétaires.

Les huit autres résidences ont toutes été approuvées à l'unanimité par la commission d'urbanisme.

Le conseil municipal doit encore procéder à un vote final sur les recommandations de la commission.

Avec les informations de Colleen Silverthorn

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !