•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Monaco de Trois-Rivières blâmé pour l’accident de karting d’Ayrton Climo

Une ambulance sur la piste de course.

L'accident est survenu en 2014 lors d'une séance d'entraînement (archives).

Photo : Radio-Canada

Les trois organisations qui chapeautaient la course de karting qui a eu lieu en août 2014 à Trois-Rivières sont condamnées à verser des dommages à Ayrton Climo et ses parents. Le pilote américain, qui était alors âgé de 18 ans, a subi de sévères blessures qui ont un impact majeur sur sa vie encore aujourd’hui.

Ayrton Climo et ses parents réclamaient 26,3 millions de dollars à la partie défenderesse. Le montant qui leur sera versé n’est toutefois pas connu en raison d’une entente confidentielle signée par les deux parties.

Dans une décision rendue le 22 septembre, le juge Philippe Cantin explique que les organisateurs sont responsables de l’accident. Leurs fautes communes ont entraîné les blessures qu’a subies Ayrton, peut-on lire dans le jugement rédigé en anglais.

Ainsi, l’organisme sans but lucratif Le Monaco de Trois-Rivières, le Championnat de karting de l’est du Canada ainsi que l'Autorité sportive nationale (ASN) des courses automobiles au Canada devront verser une compensation financière à la famille Climo.

En raison de ses blessures, Ayrton n’a aucun souvenir de l’accident. Il n’a pas témoigné lors du procès, indique le juge. Le jeune homme a subi de multiples lésions cérébrales.

« Malheureusement, même si la victoire est belle, Ayrton Climo demeure avec des séquelles très importantes qui vont l’affecter pour toute sa vie ainsi que ses parents. »

— Une citation de  Me Stuart Kugler, avocat des plaignants

On ne sait pas encore si la partie défenderesse fera appel de la décision.

De mauvaises barrières au virage no 5

Les plaignants argumentaient que la piste de course du parc de l’Exposition n’était pas sécuritaire. La partie défenderesse soutenait de son côté que la piste était conforme aux règles existantes et estimait que l’accident était dû à une erreur du pilote ou que cela fait partie des risques inhérents à ce sport.

À la lumière des preuves présentées en cour, le juge estime que les organisateurs ont failli à installer les barrières appropriées au virage no 5, près de là où l’accident a eu lieu.

« Des balles de foin ensachées auraient permis au kart de glisser le long de la barrière et de poursuivre sa course. »

— Une citation de  Extrait du jugement de Philippe Cantin

Il a été démontré que ce sont les règles de Karting Québec qui s’appliquaient aux courses du Monaco, des règles qui indiquent que les balles de foin doivent être dans des sacs aux endroits où il est possible que les véhicules touchent la bande : les balles de foin devront être ensachées aux endroits où il y a probabilités de contacts.

Karting Québec dit aussi que la surface doit être lisse, sans trou de chaussée. Une dépression dans l’asphalte avait été constatée et du ciment avait été coulé à cet endroit.

Le juge estime par ailleurs que la partie défenderesse n'a pas réussi à démontrer qu’Ayrton avait commis une erreur de pilotage.

Extrait du jugement 

La cour estime que la preuve démontre que :

  • le kart d’Ayrton a glissé sur la droite quand il est passé sur la plaque de ciment;
  • l’absence de sacs sur les balles de foins a fait en sorte que la roue arrière droite se coince, fasse pivoter le kart et entraîne l’éjection d’Ayrton de son siège;
  • si les balles de foin avaient été ensachées ou si des barrières de plastique avaient été mises en place, l’accident ne serait pas survenu, considérant que l’angle d’impact aurait permis au kart de glisser et de poursuivre sa trajectoire.

De graves séquelles pour le pilote

Le pilote américain Ayrton Climo était âgé de 18 ans au moment de participer au Monaco de Trois-Rivières. Il s’agissait seulement de sa deuxième course officielle, peut-on lire dans le jugement.

Le jeune homme de la Virginie s’apprêtait à rentrer à l’université, mais l’accident a tout chamboulé. Le 1er août 2014, il a été sévèrement blessé durant une séance d'entraînement.

À savoir comment se porte aujourd’hui le jeune homme de 26 ans, l’avocat de la famille n’a pas révélé beaucoup de détails. 

Tout ce que je peux vous dire, parce que la famille veut [préserver] la vie privée d’Ayrton, [...] c’est qu’il n’a jamais été capable de retourner à l’école [...] et il n’a jamais été en mesure d’occuper un emploi, donc sa vie n’est pas du tout normale, a déclaré vendredi Me Stuart Kugler, du cabinet Kugler Kandestin à Montréal, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Selon les documents judiciaires consultés en avril 2022, malgré les quatre opérations et de nombreuses thérapies de réhabilitation, Ayrton Climo doit encore composer avec des problèmes physiques et cognitifs.

À savoir comment se porte aujourd’hui le jeune homme de 26 ans, l’avocat de la famille n’a pas voulu révéler beaucoup de détails.

Tout ce que je peux vous dire, parce que la famille veut [préserver] la vie privée d’Ayrton, c’est qu’il n’a jamais été capable de retourner à l’école [...] et il n’a jamais été en mesure d’occuper un emploi, donc sa vie n’est pas du tout normale, a déclaré vendredi Me Stuart Kugler, du cabinet Kugler Kandestin à Montréal, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Selon les documents judiciaires consultés en avril 2022, malgré les quatre opérations et de nombreuses thérapies de réhabilitation, Ayrton Climo doit encore composer avec des problèmes physiques et cognitifs. Le jeune homme a des engourdissements et une perte de force dans son bras, sa jambe et son pied, du côté droit. Il a des pertes de mémoire et des problèmes de concentration. De plus, il est incapable de lire et souffre d'aphasie et d'apraxie, qui limitent sa capacité à parler. Il a subi une perte significative de sa vision de l'œil droit et éprouve des problèmes de comportement, toujours selon les documents de la cour.

Avant la tenue du procès, les parties avaient conclu une entente confidentielle concernant le montant des dommages. Un des critères était que la somme déboursée reste confidentielle. Le juge Philippe Cantin a ordonné à la partie défenderesse de payer le montant négocié en 2021.

Rappel des événements

L’accident a eu lieu au 7e tour de l'entranement de l’après-midi, près du virage no 5.

Ayrton était devant tous ses adversaires quand son kart est entré en contact avec des balles de foin situées sur le côté droit de la piste.

Ayrton a été éjecté du kart et au moins un autre kart lui est passé sur le corps, peut-on lire dans le jugement.

Il a été transporté à l’hôpital de Trois-Rivières, où il a séjourné durant 47 jours. Il y a reçu un diagnostic de multiples lésions cérébrales graves, été mis dans un coma artificiel durant une période prolongée et a subi trois chirurgies. Il a ensuite été transporté dans un hôpital de la Virginie où il a subi une autre chirurgie ainsi qu’une longue réhabilitation.

Quelques années après l’accident, la famille Climo avait décidé de poursuivre les quatre organisations liées aux compétitions de karting. Le Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R) a réussi à être exclu de la poursuite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !