•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa veut un code de conduite plus strict pour gérer les relations des élus

L'entrée de l'hôtel de ville.

L'hôtel de ville d'Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

À trois semaines de l’élection d’un nouveau conseil municipal, le conseil sortant Eli El-Chantiry se penche sur les règles de gouvernance qui ont trait au comportement des élus avec les employés de la Ville.

La commissaire à l’intégrité de la Ville révisera le Code de conduite actuel, pour exiger plus de clarté sur les relations personnelles des élus en milieu de travail.

Cette démarche vise spécifiquement à obliger les élus à dévoiler tout lien personnel avec les adjoints ou les employés municipaux.

C’est le conseiller de West-Carleton-March, Eli El-Chantiry, qui a présenté cette motion à la table du conseil, mercredi. La conseillère de Kanata-Nord, Cathy Curry, l'a appuyée.

Le conseiller El-Chantiry, qui ne se représente pas à l’élection, estime que le moment est tout à fait opportun de se pencher sur cette question, puisque la commissaire à l’intégrité de la Ville, Karen Shepherd, est en pleine révision du code de conduite des membres du conseil.

Cette démarche sera incluse dans son rapport annuel, qui sera présenté au prochain conseil municipal, rapidement après son élection.

Le représentant du quartier West-Carleton-March affirme que les conseillers sont en position d’autorité lorsque vient le temps d’embaucher et gérer leurs employés de bureau. Eli El-Chantiry soutient que s’il y a une relation intime consensuelle qui devait se développer avec un employé, l’élu devrait alors en aviser la commissaire à l’intégrité.

Cette déclaration devrait être faite, selon Eli El-Chantiry, même si l’employé ne travaille pas pour le bureau du conseiller en question.

Le code de conduite, actuellement en vigueur au sein de la Ville d’Ottawa, oblige les élus à dévoiler tout cadeau reçu, ainsi que leurs liens avec les groupes d’intérêt.

Il indique aussi que tous les membres du Conseil ont l’obligation de traiter leurs collègues, les membres du personnel et ceux du public avec respect et sans faire preuve de violence ni d’intimidation, de même que la responsabilité de veiller à ce qu’il n’y ait pas de discrimination ni de harcèlement dans le milieu de travail.

Le document spécifie également que les membres du conseil municipal d’Ottawa doivent éviter tout conflit d'intérêts, qu’il soit apparent ou réel. Cependant, nulle part on ne fait état de liens personnels entre les politiciens et les employés.

Faites vos recherches

Le conseiller Jeff Leiper s’est interrogé sur la nécessité de traiter ce sujet de façon urgente. Il a déclaré qu’il souhaitait plutôt prendre le temps d’entendre des spécialistes de la protection dans les environnements de travail, et a proposé de repousser la discussion au dernier conseil municipal, prévu le 9 novembre.

Cette requête a été rejetée, et le conseil a approuvé à l’unanimité la motion du conseiller El-Chantiry.

Questionné par les journalistes à l’issue de la réunion, sur la nécessité de cette motion, le conseiller El-Chantiry est demeuré vague.

« Je ne vise personne. Faites vos recherches. »

— Une citation de  Eli El-Chantiry, conseiller de West-Carleton-March

Avec les informations de Kate Porter, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !