•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pouvoirs en immigration : la CAQ ne se laisse pas démonter par le refus d’Ottawa

François Legault serre des mains lors d'un bain de foule.

François Legault a été accueilli par des membres de la Coalition avenir Québec à son arrivée dans un hôtel de Brossard où la formation fera son bilan postélectoral.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La Coalition avenir Québec (CAQ) persiste et signe dans son intention d'aller chercher plus de pouvoirs en matière d'immigration auprès d'Ottawa, et ce, malgré la fin de non-recevoir servie par le premier ministre canadien la veille.

Les 125 candidats caquistes, élus comme défaits, étaient réunis jeudi en caucus postélectoral, question de faire le bilan de la campagne qui vient de se terminer et à l'issue de laquelle le parti a vu sa députation passer de 76 à 90 parlementaires.

À la sortie de ce caucus, tenu à Brossard, François Legault s'est montré intraitable quant à sa volonté de recevoir de nouveaux pouvoirs en matière d'immigration, une compétence partagée avec le fédéral.

« Les Québécoises et les Québécois veulent que le gouvernement du Québec ait plus de pouvoir en immigration, il n’y a personne qui va pouvoir résister à ça. »

— Une citation de  François Legault, chef de la Coalition avenir Québec et premier ministre désigné

Il faut que ça devienne une priorité et, je l’ai dit, même dans la prochaine campagne fédérale, a ajouté M. Legault.

Or, la veille, le premier ministre Justin Trudeau a clairement affirmé que le Québec possède, selon lui, tous les outils nécessaires pour accueillir davantage d'immigrants francophones. Et son lieutenant québécois, Pablo Rodriguez, avait affirmé la même chose, en utilisant les mêmes termes, la journée précédente.

Un peu plus tôt jeudi, à l'entrée du caucus caquiste, plusieurs députés désignés, dont certains ténors du parti, se sont rangés derrière leur chef et affichaient beaucoup d'optimisme quant à la possibilité de recevoir des pouvoirs accrus en matière d'immigration.

Sonia LeBel en mêlée de presse.

Sonia LeBel a été réélue dans la circonscription de Champlain lundi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On n'acceptera pas de se faire dire non, a ainsi déclaré Sonia LeBel, en réponse à une question posée en anglais. La députée désignée de Champlain dit avoir perçu, dans les propos de Justin Trudeau, une compréhension que c'était nécessaire que le Québec ait tous les outils nécessaires pour assurer la pérennité du français.

Et, comme elle, plusieurs collègues ont semblé fonder des espoirs sur une éventuelle rencontre entre François Legault et Justin Trudeau. Ce dernier a toutefois réitéré jeudi son opposition à l'octroi de nouveaux pouvoirs en immigration au Québec durant de la période des questions à Ottawa.

Beaucoup, beaucoup de travail

L'ambiance était tout de même aux réjouissances, trois jours après la victoire éclatante de la CAQ, qui a reçu le mandat de diriger le Québec pour encore quatre ans avec une confortable majorité de 90 sièges sur 125 à l'Assemblée nationale.

Tous les députés sortants ont été réélus – y compris l'ensemble du Conseil des ministres – à l'exception d'un seul, Richard Campeau, défait par le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, dans Camille-Laurin, dans l'est de Montréal.

Malgré l'ambiance festive, M. Legault a adressé une sorte de mise en garde à son équipe lorsqu'il a pris la parole. On a beaucoup, beaucoup, beaucoup de travail devant nous autres. Beaucoup de travail, les a-t-il prévenus.

« Oui, c’est un mandat clair, mais ça veut dire aussi qu’on a des grandes responsabilités [...] de faire avancer le Québec en éducation, en économie, en environnement, en santé, arrêter le déclin du français. On va tout faire ça ensemble. »

— Une citation de  François Legault, chef de la CAQ et premier ministre désigné
François Legault parle dans un micro en levant la main.

François Legault s'est adressé aux candidats caquistes, élus comme défaits, jeudi, lors du bilan postélectoral de la Coalition avenir Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Selon lui, aussi, le défi pour les prochaines semaines, ce sera de former le Conseil des ministres, parce qu’il y a tellement de monde fort que ça va être des choix déchirants.

L'heure est donc aux discussions de corridor, alors que M. Legault doit s'atteler à la tâche. Les ambitions de tous les députés ne pourront être comblées, et le conservateur Éric Duhaime s'est par ailleurs dit prêt à débaucher les mécontents.

Dominique Anglade invitée à collaborer

La réunion caquiste de jeudi a eu lieu dans la circonscription de La Pinière, l'une des seules en Montérégie à avoir échappé au parti, lundi. Les électeurs ont plutôt arrêté leur choix sur la libérale Linda Caron, qui succédera au tout aussi libéral Gaétan Barrette.

Mercredi, le PLQ avait lui aussi décidé de se réunir dans une circonscription lui ayant été défavorable aux élections pour effectuer le bilan de sa campagne. La cheffe, Dominique Anglade, a déclaré au terme de l'exercice avoir reçu une dose d'amour de ses candidats, se disant tout de même consciente des défis qui l'attendent. On ne se met pas la tête dans le sable, a-t-elle assuré.

Mme Anglade a toutefois refusé mercredi, pour la seconde fois, de s'engager à reconnaître Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) comme groupes parlementaires, eux qui n'ont pas récolté les 12 sièges, ou 20 % des suffrages, nécessaires à l'obtention de ce statut privilégié à l'Assemblée nationale.

Nous, on a dit qu’on allait montrer beaucoup d’ouverture, mais c’est certain qu’on va avoir besoin du Parti libéral, a indiqué jeudi la députée désignée de Louis-Hébert, la caquiste Geneviève Guilbault, invitée à commenter une éventuelle collaboration avec ces deux partis. Peut-être que j’inviterais Mme Anglade à participer à cet élan d’ouverture mutuelle qu’on a tous les uns pour les autres depuis lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !