•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cours de natation se font rares à Québec

Un jeune enfant glisse sur une glissage qui termine dans une piscine. Des jeunes et des parents se trouvent dans la piscine.

Avant la pandémie, Québec Natation offrait jusqu'à 4000 places aux sessions d'automne et de printemps.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Radio-Canada

Les parents qui souhaitent inscrire leur enfant à des cours de natation cet automne à Québec ont intérêt à se lever de bonne heure. La Ville et l’entreprise Québec Natation ont dû annuler des cours, faute de sauveteurs.

Dans la Capitale-Nationale, la pénurie de personnel s’étend désormais à l’ensemble des professions, ou presque, et les moniteurs de piscine n’y font pas exception.

En perturbant les programmes de formation des sauveteurs, la pandémie a contribué à exacerber le problème.

Selon une estimation de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville de Québec, 75 sessions de cours de natation pour les tout-petits ont été annulées cet automne en raison du manque de personnel.

Sans avancer de chiffres, le maire de Québec, Bruno Marchand, a reconnu que les enjeux de personnel avaient entraîné des annulations de cours.

Une mère rencontrée mercredi à la piscine, Sylvie-Bernier, dans le secteur Sainte-Foy, a eu toute la misère du monde à inscrire sa fille de 3 ans à des cours de natation offerts par la Ville. Au moment de s’inscrire en ligne, elle s’est rapidement retrouvée très loin dans la file d’attente.

Quand ç'a comme débloqué, ils nous ont dit qu'on était 7000e en file malgré que ça faisait 30 minutes qu'on avait été mis dans la liste d'attente [...] C'est un peu stressant parce que les cours de natation, c'est très, très important. Nous, on a une piscine à la maison, confie la jeune femme.

Le problème est loin d’être circonscrit à la Municipalité. Cet automne, Québec Natation a dû réduire de pratiquement la moitié son offre de cours par rapport à l’avant-pandémie. L’organisme compte 3000 enfants sur ses listes d’attente.

Avant la pandémie, on offrait jusqu'à 4000 places à des sessions d'automne et de printemps. À cause du manque de personnel, on a réduit l'offre de services à environ 2500 inscriptions pour la session d'automne, indique en entrevue à Radio-Canada le président de Québec Natation, Richard Bernier.

Selon la Société de sauvetage du Québec, à l’échelle de la province, ce sont quelque 125 000 enfants qui ne pourront pas avoir accès à des cours de natation cette année. Le président de l’organisme, Raynald Hawkins, affirme qu’il faut rattraper au plus vite le retard pris dans la formation des sauveteurs afin de permettre au plus grand nombre d’enfants possible d’apprendre à nager.

Plus ça va nous prendre du temps, plus on risque d'avoir des gens qui n'apprendront pas à nager et, par le fait même, devenir plus à risque de noyade. C'est ce qu'on veut éviter autant que possible parce que c'est un des facteurs déterminants, la capacité de savoir nager, dans les cas de noyade qu'on a au Québec, insiste M. Hawkins.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !