•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FCFA réclame plus de fonds pour garantir la sûreté des organismes francophones

L'Assemblée des députés communautaires de l'Assemblée communautaire fransaskois (ACF) le 17 septembre 2022.

La santé financière des organismes francophones laisserait à désirer selon la FCFA.

Photo : Radio-Canada / Olivier Jodouin

Radio-Canada

Le plus récent mémoire de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) demande que le plan d’action sur les langues officielles du fédéral soit augmenté de 300 millions de dollars.

On demande à nos organismes et institutions de faire plus avec moins, a déclaré la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Liane Roy.

On leur demande d'accepter comme normal un salaire de direction générale sous la norme canadienne pour un horaire de 60 heures par semaine, dit-elle, soulignant que le personnel est épuisé.

Ce sentiment est partagé par le président de l’Association communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard. Il explique que les organismes francophones de la Saskatchewan survivent présentement grâce aux fonds reçus durant la pandémie, mais que cet argent est sur le point de s'épuiser.

Une petite communauté comme Bellegarde, Saint-Denis ou Debden, eux, leurs montants n'ont vraiment pas changé depuis 15 ans, 20 ans, ajoute Denis Simard.

« Là, essentiellement, on leur demande de payer un employé à temps plein un 25 000  $ par année, un 40 000 $, et on leur demande de tout faire, ce n’est pas acceptable. »

— Une citation de  Denis Simard, président de l’Association communautaire fransaskoise

Denis Simard affirme que le fédéral a reconnu ces derniers mois que la langue française au Canada est une priorité.

La prochaine feuille de route va devoir parler de la survie de cette langue au Canada. Donc, la question n'est pas : est-ce qu'ils vont le faire? C'est : qu'est-ce qu'il va arriver s'ils ne le font pas?, explique-t-il.

Division de la somme

Pour faire vivre les organismes francophones en milieu minoritaire, la FCFA souhaite que le gouvernement fédéral prenne le problème au sérieux et octroie des fonds supplémentaires.

La somme demandée serait divisée en deux parties. Une tranche de 280 millions serait destinée aux organismes qui recevaient déjà l’aide du gouvernement ou à ceux qui n’en reçoivent pas, mais contribuent activement au développement de la francophonie.

Les 20 millions restants devraient soutenir les initiatives en matière d’innovation dans les organismes. Liane Roy croit qu’une demande d’indexation de cette somme serait nécessaire pour contrer l’inflation.

L'approche actuelle n'est pas viable. Un dollar en 2018 n'est certainement pas 1 dollar en 2022, surtout dans le contexte économique actuel, explique-t-elle.

Liane Roy ajoute qu'il faut une approche et une attaque sur tous les fronts pour disposer d'organismes adéquats et en bonne santé.

Avec les informations de Sara Maccagnan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !