•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité sur les routes de Toronto s’invite dans la campagne électorale

Une cycliste tourne à une intersection en milieu urbain.

La rue Bloor a fait l'objet de modifications en faveur des cyclistes ces dernières années. Il en faut plus, plaident ceux qui défendent les modes de déplacement doux.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

À l'approche du jour du scrutin municipal le 24 octobre, des cyclistes, des piétons et des militants font pression pour faire de la sécurité routière un enjeu électoral central à Toronto, arguant que davantage d'action et de ressources sont nécessaires pour rendre les rues plus sûres pour tous les résidents.

Dimanche, une centaine de personnes ont marché ou pédalé sur la rue Yonge, une des principales artères de la ville, jusqu'au carré Yonge-Dundas dans une manifestation nommée Light Up Toronto for Safe Streets.

La veille, des centaines de cyclistes sont descendus dans les rues de Toronto pour protester contre l’abandon partiel du programme ActiveTO mis en place pendant la pandémie et pour renouveler leurs appels pour des rues plus sûres.

Un groupe de cyclistes.

Un groupe de cyclistes a roulé à Toronto samedi dernier, appelant au retour complet d'ActiveTO et à des rues plus sûres pour les piétons et les cyclistes.

Photo : CBC/Prasanjeet Choudhury

Les progrès de Vision zéro

En 2016, la Ville de Toronto a lancé sa stratégie Vision zéro dans le but de réduire à zéro le nombre de décès et de blessures graves liés à la circulation après que 78 personnes avaient trouvé la mort dans des accidents de la route l'année précédente.

L'initiative Vision zéro est née en Suède en 1997, où on lui attribue la réduction des décès de cyclistes et de piétons de 202 en 1990 à 43 en 2020.

À Toronto, le programme a vu plus de 1100 tronçons de route être désignés comme zones de sécurité pour les communautés, les écoles ou les personnes âgées et plus de 1000 signaux avancés installés aux passages pour piétons.

Entre autres mesures, Vision zéro également initié la refonte et la reconstruction des intersections, la construction de nouveaux passages piétons entre deux déjà existants et l'installation de centaines de radars photo et de caméras aux feux rouges destinés à détecter les excès de vitesse et ceux qui grillent les feux.

La Ville a également construit 65 km de nouvelles pistes cyclables, pistes cyclables, sentiers polyvalents et itinéraires de quartier de 2019 à 2021, selon un rapport du personnel de 2021.

Un panneau incitant les automobilistes à ralentir.

Depuis 2016, plus de 1000 zones de sécurité communautaires incitant les automobilistes à ralentir dans des secteurs sélectionnés ont été mises en place.

Photo : CBC/Yanjun Li

Malgré tout, les progrès vers l'objectif principal de réduction des décès et des blessures ont été lents.

Alors que le nombre de personnes grièvement blessées dans des collisions routières diminue chaque année depuis 2018, le nombre de personnes tuées reste élevé année après année.

Quarante-quatre personnes, dont 21 piétons, sept motocyclistes et un cycliste, sont mortes et 120 personnes ont été grièvement blessées dans les rues de Toronto jusqu'à présent en 2022, selon le tableau de bord Vision zéro de la Ville. Un bilan qui se dirige vers le décompte de 60 décès sur l’ensemble de l'année dernière.

L'unité de la circulation du Service de police de Toronto affirme que de plus en plus de conducteurs accélèrent, ne respectent pas le Code de la sécurité routière, voire récidivent.

Nos chiffres sont très élevés, constate l’agent Sean Shapiro. Les radars captent plusieurs fois le même conducteur dans la même zone.

Les policiers de Toronto ont distribué plus de 60 000 contraventions pour excès de vitesse, 30 000 pour conduite agressive et 6000 pour conduite inattentive jusqu'à présent cette année.

Statistiquement, il a été prouvé que la diminution des limites de vitesse ou les limites de vitesse inférieures causent moins de blessures si un piéton ou un cycliste est heurté. [Ce n’est pas le cas] à des vitesses plus élevées, évidemment, ajoute la sergente Mélissa Kulik.

Les partisans veulent plus que la réduction de la vitesse

Alors que les recherches suggèrent que la présence de 50 radars – deux dans chaque quartier – incite les conducteurs à ralentir dans ces zones, les militants des modes de déplacement doux appellent à la refonte de plus de rues de la ville pour laisser plus de place au vélo et à la marche.

Ils veulent également accélérer la création d'un réseau connecté de pistes cyclables séparées, des limites de vitesse plus basses, un meilleur transport en commun et plus de financement pour Vision zéro.

Faraz Gholizadeh, un défenseur du cyclisme qui vit le long de la conduite Parkside à côté de High Park, assure que le radar récemment installé dans sa rue - où deux personnes ont été tuées dans des collisions - ne suffit pas à faire baiser les excès de vitesse.

Les radars ne fonctionneront pas. La seule façon de changer la sécurité dans les rues, c’est de redessiner la rue, a-t-il déclaré à CBC lors du rassemblement de dimanche.

Un homme à côté d'un panneau indiquant de ralentir.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Faraz Gholizadeh, ici devant sa maison sur la conduite Parkside en 2021, dit que le radar récemment installé dans sa rue n'a pas ralenti les automobilistes.

Photo : Soumis par Faraz Gholizade

Dans un communiqué, la Ville a déclaré que la construction de pistes cyclables supplémentaires est un processus pluriannuel qui nécessite des consultations pour répondre aux préoccupations de la communauté et des conseillers, ainsi que des travaux de planification, de conception et de construction.

De plus, les problèmes de dotation en personnel limitent à 10 km par an la capacité de la Ville à intégrer des pistes cyclables avec les projets de réhabilitation de routes existants.

La Ville Reine défend son bilan en avançant le fait qu'elle a déjà réduit les limites de vitesse sur des centaines de kilomètres de route et travaille maintenant à réduire les limites à 30 km/h sur toutes les routes locales et voies publiques à Etobicoke, North York et Scarborough.

Mais cela prend du temps compte tenu du nombre limité d'équipes disponibles pour installer de nouveaux panneaux et poteaux, ajoute la Municipalité.

Campagne autour de la sécurité routière

Plusieurs candidats à la mairie ont des plans pour répondre aux appels des personnes soucieuses de la sécurité routière.

L’urbaniste Gil Penalosa, largement considéré comme l'un des principaux concurrents de John Tory, critique le maire sortant et la Ville pour ne pas avoir atteint l’objectif du programme.

Ces huit dernières années ont été des années perdues. La Ville parle de Vision zéro, mais ne fait rien. C'est donc zéro vision, clame-t-il en entrevue.

Gil Penalosa en entrevue dans la rue.

Le candidat à la mairie de Toronto Gil Penalosa.

Photo : Radio-Canada

En plus d'abaisser les limites de vitesse, la plate-forme de M. Penalosa appelle à repenser les 100 intersections les plus dangereuses de Toronto et à allouer des fonds pour accélérer la construction de pistes cyclables du rythme actuel à 75 km par an.

Sarah Climenhaga, une autre candidate à la mairie, assure se soucier profondément de la sécurité des rues, en partie parce que son fils a été renversé par une voiture.

Tous ceux qui font du vélo régulièrement ont une histoire comme celle-là, dit-elle. Nous devons simplement rendre nos rues plus sûres.

En cas d’accession à la mairie, elle affirme qu’elle redessinerait certaines voies routières pour accommoder les personnes qui conduisent des trottinettes, des planches à roulettes et d'autres moyens de transport non motorisés.

Dans un communiqué, une porte-parole de John Tory défend son bilan en matière de sécurité dans les rues, affirmant qu'il a mené la charge pour ramener le contrôle automatisé de la vitesse et que la Ville a investi près de 260 millions de dollars dans Vision zéro entre 2017 et 2021, avec un financement de 64 millions de dollars alloué cette année. .

John Tory travaille pour s'assurer que nous avons des rues sûres pour tout le monde, partout dans la ville et il est le seul candidat à la mairie qui peut diriger le conseil municipal et travailler avec les autres ordres de gouvernement pour s'assurer que ce travail sur la sécurité routière continue, explique Jenessa Crognali.

Avec les informations de Ryan Patrick Jones, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !