•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ralentissement du marché immobilier à Québec

Une affiche de maison marquée vendu.

L’APCIQ recense 368 transactions pour les propriétés unifamiliales, 160 pour les copropriétés et 55 pour les petites propriétés à revenu.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Audrey-Maude Vézina

La région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec a connu un déclin de 15 % du nombre de transactions en septembre par rapport au même mois l’an dernier, selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

La situation est semblable dans les trois secteurs de la région, tant dans l’agglomération de Québec (16 %) que la périphérie nord et la Rive-Sud (13 %).

Charles Brant, directeur du Service de l’analyse de marché de l’APCIQ, met toutefois ces données en contexte par rapport à la prépandémie.  Bien qu’en baisse par rapport à l’année dernière, lors de la même période, le marché de Québec a connu une solide activité en septembre, avantageusement comparable à 2019, indique-t-il.

Les copropriétés et les plex en baisse

Les transactions pour tous les types de propriétés sont en baisse, mais les copropriétés et les petites propriétés à revenu sont les plus touchées, avec 24 et 25 % de réduction, respectivement.

Avec un prix médian de 240 000 $ et de 384 500 $ pour les copropriétés et les plex, ceux-ci sont en croissance de 7 % et 10 % respectivement par rapport à septembre 2021.

 Le niveau d’activité dans la catégorie de la copropriété semble davantage limité par la baisse constante du nombre d’inscriptions en vigueur que par le niveau atteint par les prix, souligne M. Brant.

Les maisons unifamiliales, elles, connaissent une baisse des transactions de seulement 8 %, avec un prix médian de 330 000 $.

Malgré ces augmentations de prix annuelles, l’APCIQ enregistre de légères baisses pour les trois catégories par rapport au mois d’août 2022.

M. Brant rapporte que, de façon générale, l’impact des récentes hausses des taux d’intérêt ne s’est pas pour l’instant répercuté de manière sensible sur le marché.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !