•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de la Gaspésie s’engage sur la voie des réformes

Le PDG debout devant des micros.

Le PDG du CISSS de la Gaspésie, Martin-Pelletier

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel-Soares

Pour la première fois depuis sa nomination, au printemps, le nouveau PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, Martin Pelletier, a fait part des changements qu’il entend mettre en place pour améliorer la gestion de l’organisation.

Au printemps dernier, la vérificatrice générale du Québec déposait un rapport dévastateur sur la gestion du CISSS de la Gaspésie. Guylaine Leclerc relevait un manque de transparence dans l’embauche des cadres et la gestion des contrats. La vérificatrice faisait aussi état d’un climat de travail tendu.

L’organisation devait soumettre un plan pour apporter les correctifs nécessaires, ce qui a été fait, indique le nouveau PDG, nommé en mai, Martin Pelletier. On a, dit-il, un grand plan d'action qui est fait sur les cinq axes qui ont été identifiés par la vérificatrice générale. C'est un plan d'action que je traduis comme un plan d'amélioration.

Les cinq axes d’intervention du plan d’action du CISSS de la Gaspésie

  • Climat de travail
  • Gouvernance et conseil d’administration
  • Gestion des contrats
  • Processus d’embauche
  • Vérification interne et suivi des correctifs

En entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure, le PDG indique avoir travaillé tout l’été à la rédaction de ce plan, qui a été conçu en collaboration avec le bureau de la vérificatrice générale.

Au total, 69 actions précises ont été ciblées.

Un panneau d'accueil à l'entrée du stationnement de l'hôpital de Maria.

L'hôpital de Maria, en Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Pendant les trois prochaines années, le bureau de la vérificatrice générale gardera l'œil sur la gestion du CISSS de la Gaspésie.

Martin Pelletier donne l’exemple d’une politique que le CISSS souhaite modifier. Oui, dit-il, on corrige la politique, mais dans les faits, est-ce qu'on l'applique, la politique, par la suite? Donc c'est ce que la vérificatrice veut assurer.

C’est aussi important, poursuit le PDG, que l’organisation veille à ce que les transformations soient effectives sur le terrain. C'est ce à quoi je vais m'affairer dans les prochaines semaines, prochains mois.

Martin Pelletier rappelle que l’ensemble du plan doit venir modifier le quotidien de l’organisation : Il faut que ça soit maintenu, il faut que ce soit durable. C’est important d’avoir à l’interne des gens qui suivent ces processus-là.

Des équipes fatiguées

Le nouveau PDG explique avoir pris un certain temps lors de son arrivée en fonction en mai pour visiter toutes les installations et rencontrer le personnel. J’ai constaté beaucoup de volonté de bien servir. Les gens sont préoccupés par la santé de la population. Il y a un gros souci de qualité aussi des personnes sur le terrain, indique M. Pelletier.

Le PDG souligne qu’il a aussi noté un désir de changement et des préoccupations quant au manque de stabilité dans les équipes de travail, notamment en raison de la présence importante d’employés d’agences privées.

Le problème est aussi présent dans le personnel d’encadrement où il y a un gros roulement de personnel aussi, dit-il. On a beaucoup embauché [du personnel] depuis le début de l'été. Les affichages se sont faits. On a pu doter des postes, donc on a de jeunes cadres qui sont arrivés en place. C'est là, on est en train d'explorer cette stabilité-là, explique le gestionnaire.

Une personne prélève du sang sur une autre personne.

La pandémie a laissé des traces, note le PDG et le personnel a besoin de soutien (photo d'archives).

Photo : Liny Lamberink/CBC

Martin Pelletier admet qu’après deux ans de pandémie les équipes sont fatiguées. Il y a de l'usure aussi au niveau de l'organisation. […] On a demandé beaucoup à du monde aussi en dehors des heures de travail, on a demandé à des gens de travailler les fins de semaine, les soirs, on demande à nos cadres aussi de remplacer des coordos.

Cette fatigue est une préoccupation et une priorité d’action pour M. Pelletier, qui souhaite mobiliser à nouveau les équipes en misant sur la reconnaissance, l’embauche et la stabilité des horaires.

Une des mesures importantes pour y parvenir est l’embauche d’un important contingent de personnel infirmier en provenance des pays du Maghreb.

Près d’une quarantaine d’infirmiers et d’infirmières viendront en Gaspésie au cours du mois d’octobre. Les premiers arrivants ont déjà commencé à s’installer. Et la bonne nouvelle, c'est qu'on a trouvé du logement pour tout le monde, commente M. Pelletier.

Grands chantiers en cours et à venir

Les travaux de rénovation de l’hôpital de Sainte-Anne-des-Monts sont en cours. Ils se poursuivront jusqu’à l’été prochain. Exceptionnellement, l’urgence a été réinstallée au cinquième étage. Tout a été fait de manière à assurer la meilleure sécurité possible .

Des travaux de réaménagement de l’urgence de Maria sont aussi projetés. Le Département des soins intensifs devrait également faire l’objet de rénovations.

Du personnel soignant effectuant du travail de  bureau.

L'urgence de l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts (photo d'archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le projet, qui devrait à terme être piloté par la Société québécoise d'infrastructures, est toujours en phase de conception. Le projet d’un hôpital neuf reste dans les cartons.

D’ailleurs, l'emplacement de l’urgence sera étudié en fonction de cette possibilité. De manière à ce qu'on puisse ajouter des phases ultérieures, puis passer à un développement qui nous mènerait plus vers un hôpital neuf que vers une rénovation de l'existant, précise le responsable du CISSS.

Martin Pelletier assure que le ministère reste à l’écoute des besoins de la Gaspésie pour ce projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !