•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa presse Doug Ford d’adopter une loi pour expulser des élus municipaux abusifs

Le maire d'Ottawa Jim Watson et le premier ministre de l'Ontario Doug Ford en conférence de presse après une rencontre le 6 décembre 2019.

Le maire d'Ottawa Jim Watson demande à Doug Ford d'adopter une politique pour éviter de revivre une situation comme celle de l'ancien conseiller Rick Chirarelli (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les membres du conseil municipal d'Ottawa ne veulent pas revivre une saga similaire à celle de l'ancien conseiller Rick Chiarelli, qui a été l'objet de plusieurs enquêtes du commissaire à l’intégrité en raison d'allégations de comportements inappropriés et de nature sexuelle.

Au cours des prochains jours, le maire de la capitale fédérale, Jim Watson, écrira une lettre à l'intention du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Il veut l'encourager à adopter rapidement un projet de loi qui permettrait de suspendre un conseiller sans salaire et de le retirer du conseil municipal si une telle situation venait à se reproduire. Les élus d'Ottawa ont appuyé cette démarche à l'unanimité.

Je pense qu'il faut prendre des mesures pour que les femmes n'aient plus jamais à vivre une expérience horrible comme celles qui ont travaillé dans le bureau de M. Chiarelli, a déclaré le maire, mercredi, lors de la dernière réunion du conseil avant les élections municipales.

Je pense qu'avec la situation vécue par notre conseil, c'était vraiment important de donner le message à la province que c'est quelque chose dont on a besoin pour assurer que toutes les personnes qui travaillent à la Ville d'Ottawa aient une place de travail sécuritaire, rajoute Catherine Kitts, la conseillère du quartier Cumberland.

Des élus municipaux se mettent debout.

Lorsque le conseiller Rick Chiarelli s'est assis pour la première fois après que de nombreuses femmes eurent fait part d'allégations de comportement inapproprié, beaucoup ont choisi de rester debout plutôt que de s'asseoir avec lui (archives).

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Selon les membres du conseil municipal, il est insensé qu'il n'y ait pas de conséquences prédéterminées pour un des leurs en cas de harcèlement sexuel ou d'intimidation.

On a vécu l'un des pires cas de harcèlement sexuel, d'intimidation et de comportements bizarres. Si un employé de la Ville avait de tels comportements, il serait renvoyé, mais il n'y a aucun mécanisme municipal pour faire la même chose avec un conseiller, a déploré Jim Watson.

Un homme en entrevue

Le conseil municipal de la Ville d'Ottawa demande à l'Ontario d'adopter le projet de loi déposé par le député libéral Stephen Blais le 10 août.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Un projet qui traîne depuis longtemps

Au mois d'août, le député libéral d’Orléans, Stephen Blais, avait justement soumis, pour une deuxième fois, un projet de loi privé en ce sens pour modifier la Loi sur les municipalités. Toutefois, à l'heure actuelle, le gouvernement ontarien prévoit seulement débattre de cette proposition au printemps prochain.

Il faut que ça ait lieu plus tôt pour que les conseillers municipaux soient tenus aux mêmes standards que toute autre personne en province, estime M. Blais.

« Ce n'est pas une question partisane, c'est la bonne chose à faire. »

— Une citation de  Stephen Blais, député d'Orléans

L'an dernier, le ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark, a reconnu l'urgence de la situation. Des consultations publiques ont eu lieu depuis, mais elles n'ont pas porté leurs fruits à Queen's Park.

Malheureusement, un an plus tard, il n'y a toujours pas de projet de loi du gouvernement. Le conseil municipal a donc voté unanimement pour appuyer le projet de loi de M. Blais, a expliqué M. Watson.

Ça peut prendre beaucoup de temps, mais je pense que pour les victimes qui sont allées de l'avant, ça devrait être fait aussi rapidement que possible, a conclu Mme Kitts.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !