•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Iran, des écolières manifestent et défient la répression

Des femmes vêtues en noir sont rassemblées devant un podium où se tient un homme.

Cette capture d'écran montre des dizaines de jeunes femmes en train de protester près d'une école contre la tenue d'un discours par un représentant de la force paramilitaire Basij, à Shiraz, dans la province de Fars, en Iran, le 4 octobre 2022.

Photo : via reuters / Obtenue par Reuters

Agence France-Presse

Des écolières iraniennes ont osé retirer leur foulard et organiser depuis quelques jours des rassemblements pour protester contre la mort de Mahsa Amini, défiant la répression meurtrière des manifestations qui ont lieu depuis près de trois semaines en Iran.

Cette Kurde iranienne de 22 ans est décédée le 16 septembre, trois jours après son arrestation par la police des mœurs pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

La colère a éclaté lors de son inhumation et s'est propagée dans le pays. Les manifestations sont devenues les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence.

Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon l'ONG Iran Human Rights, basée à Oslo en Norvège, tandis que les autorités avancent un bilan d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité. Plus d'un millier de personnes ont été arrêtées et plus de 620 relâchées dans la seule province de Téhéran, selon les autorités.

Des étudiants se sont rassemblés la fin de semaine dernière, mais ils ont été confrontés à la police antiémeute, qui les a coincés dans un stationnement souterrain de l'université de technologie Sharif de Téhéran, avant de les interpeller.

Depuis, des écolières ont pris le relais dans tout le pays en adoptant diverses tactiques, notamment en retirant leur voile et en criant des slogans hostiles au régime conservateur.

Dans une vidéo vérifiée par l'AFP, des jeunes filles, la tête non voilée, scandent Mort au dictateur, en référence au guide suprême Ali Khamenei, lundi dans une école de Karaj, à l'ouest de Téhéran. Un autre groupe de filles scande Femme, vie, liberté en défilant dans une rue.

« Ce sont des scènes vraiment extraordinaires. Si ces manifestations doivent aboutir à quelque chose, ce sera grâce aux écolières. »

— Une citation de  Esfandyar Batmanghelidj, du site d'information et d'analyse Bourse&Bazaar

D'autres vidéos publiées en ligne montrent des écolières quittant les salles de classe pour défiler dans divers endroits de la ville lors de manifestations éclair, afin d'éviter d'être repérées. L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier ces images de manière indépendante.

Mais le procureur général iranien Mohammad Jafar Montazeri a reconnu mercredi que des jeunes étaient impliqués dans les manifestations, dénonçant l'influence des réseaux sociaux. Le fait que des jeunes de 16 ans soient présents dans ces événements est provoqué par les réseaux sociaux, ils sont piégés, a-t-il déclaré, cité par l'agence ISNA.

Le ministre de l'Éducation Yousef Nouri, cité par l'agence IRNA, a lui affirmé que les attaques de l'ennemi visaient les universités ainsi que les mondes des sciences et de l'éducation.

Arrestations ciblées, force létale et censure

Depuis le début de la contestation, le régime iranien a intensifié sa répression en arrêtant des partisans notoires du mouvement et en imposant de sévères restrictions à l'accès aux réseaux sociaux.

Mercredi, l'ONG Human Rights Watch a affirmé avoir vérifié 16 vidéos postées sur les réseaux sociaux, montrant selon elle la police et d'autres forces de sécurité utilisant la force de manière excessive et létale contre les manifestants à Téhéran et dans d'autres villes.

Ces images montrent les forces de l'ordre faisant usage d'armes à feu, comme des armes de poing ou des fusils d'assaut de type Kalachnikov, a déclaré HRW dans un communiqué. Cette répression témoigne d'une action concertée de la part du gouvernement afin d'écraser la dissidence dans un mépris cruel de la vie, ajoute une chercheuse de l'ONG, Tara Sepehri Far, citée dans le communiqué.

Dans le même temps, les autorités judiciaires iraniennes ont réfuté mercredi tout lien entre la mort d'une adolescente et les manifestations déclenchées par le décès de Mahsa Amini.

Des réseaux sociaux avaient rapporté dans la journée que l'adolescente Nika Shahkarami avait été tuée par les forces de sécurité lors des manifestations.

Par ailleurs, selon Iran Human Rights, au moins 63 personnes ont été tuées la semaine passée à Zahedan, dans le sud-est de l'Iran, pays à majorité chiite, par la répression de manifestations déclenchées par des accusations selon lesquelles un chef de la police locale avait violé une adolescente de 15 ans appartenant à la minorité sunnite baloutche.

La violente répression des manifestations en Iran a provoqué une vague de condamnations à travers le monde.

Après l'annonce de sanctions par les États-Unis et le Canada, l'Union européenne (UE) a annoncé mardi son intention de sanctionner à son tour l'Iran par des mesures restrictives pour protester contre la façon dont les forces de sécurité iraniennes ont réagi aux manifestations.

Le ministre des Affaires étrangères iranien, Hossein Amir-Abdollahian, a averti mercredi l'UE qu'elle pouvait s'attendre à une action réciproque.

L'Iran a accusé à plusieurs reprises des forces extérieures d'attiser les protestations.

Mercredi, Téhéran a annoncé avoir convoqué l'ambassadeur du Royaume-Uni, Simon Shercliff, pour protester contre les ingérences de son pays à propos des troubles qui ont suivi la mort de Mahsa Amini.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !