•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Panier bleu lance son site transactionnel

La page d'accueil du Panier bleu.

La nouvelle version du Panier bleu a été mise en ligne mercredi.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

La Presse canadienne

Deux ans après sa création, au début de la pandémie, il est maintenant possible de faire ses achats sur le site du Panier bleu.

Ce site transactionnel accueille maintenant 125 marchands québécois et affiche près de 40 000 produits. On veut ajouter des marchands chaque semaine d'ici Noël pour se rendre à 300 ou 400 à la fin novembre, explique le directeur général du Panier bleu, Alain Dumas, en entrevue.

Sur le site, on peut lire qu'il s'agit d'une version bêta. Toutefois, la plateforme est fonctionnelle, assure M. Dumas. On voulait que les gens comprennent qu'on continue à être en évolution pour la période des Fêtes. […] Les gens peuvent faire une transaction. Ils peuvent payer. Ils peuvent se créer un compte. Les transactions standards d'une place de commerce sont fonctionnelles, précise-t-il.

À moyen terme, Le Panier bleu vise à accueillir d'autres marchands. M. Dumas invite les commerçants qui veulent rejoindre cette plateforme à compter de janvier 2023 à entamer les démarches dès maintenant. L'objectif? Atteindre environ 1000 marchands aux alentours de la fin de l'année 2023.

L'entreprise espère faire des apprentissages sur le comportement des consommateurs au cours de la période des Fêtes. Par exemple, l'option cueillette en magasin sera offerte par certains marchands. On surveillera de près l'intérêt pour cette option à une date rapprochée de Noël, moment où certains consommateurs craignent de ne pas recevoir leurs colis à temps, explique M. Dumas.

Il est également possible de filtrer les résultats d'une recherche par région administrative. À mesure que le nombre de marchands augmentera, Le Panier bleu pourrait offrir un filtre de proximité géographique encore plus précis.

Les exploitants du Panier bleu avaient déjà fait connaître leurs intentions en juin dernier. Ils avaient annoncé que Le Panier bleu devenait une entreprise privée et qu'ils lanceraient un site transactionnel avant la période des Fêtes 2022 pour permettre aux entreprises québécoises de concurrencer Amazon sur ses terres.

L'entreprise compte quatre actionnaires : Investissement Québec, le Fonds de solidarité FTQ, le Mouvement Desjardins et Lightspeed. Aucun des partenaires ne détient une participation majoritaire.

Coup de pouce numérique

La mission du Panier bleu aidera certains marchands qui veulent être plus concurrentiels sur le web, souligne M. Dumas.

Je vais vous donner un exemple : on a un marchand qui s'est branché sur Le Panier bleu et on s'est rendu compte que ses descriptions de produits étaient vraiment mauvaises, ce qui faisait en sorte qu'il était mal indexé dans les moteurs de recherche. On l'a accompagné afin qu'il améliore ses descriptions. Ça a amélioré son indexation non seulement au Panier bleu mais aussi à l'extérieur [sur un autre site web].

Pour vendre sur Le Panier bleu, les commerçants devront avoir leur siège social au Québec. Les détaillants étrangers mais dont 75 % des magasins au Québec sont détenus par des franchisés locaux auront eux aussi accès à cette plateforme. Les articles vendus devront également être entreposés au Québec au moment de la vente.

Il reste à voir si les consommateurs voudront donner une deuxième chance au Panier bleu, qui avait reçu un accueil mitigé en raison de l'absence de plateforme transactionnelle. Initialement, le site transactionnel était attendu pour les Fêtes 2021.

Seulement 14 % des Québécois auraient utilisé Le Panier bleu avant qu'il ne soit possible d'y faire des achats, selon un sondage de NETendances publié en mars. Un peu moins de la moitié des répondants, soit 46 %, ont dit qu'ils allaient utiliser cet outil une fois qu'il aurait un volet transactionnel.

Plus il va y avoir d'offres de commerçants et de produits québécois sur le web, plus il va y avoir de chances que les consommateurs soient interpellés par ça, estime M. Dumas. En ajoutant un joueur, on ajoute encore plus de présence pour les commerçants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !