•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie NB souhaite augmenter les tarifs d’électricité de 8,9 %

Si cette hausse est acceptée, ce serait la plus importante en 15 ans dans la province.

Des compteurs d’électricité de la société Énergie NB.

Des compteurs d’électricité de la société Énergie NB.

Photo : Autre banques d'images / Guy R. Leblanc

Radio-Canada

Les Néo-Brunswickois pourraient bientôt devoir payer beaucoup plus cher pour leur électricité. La société Énergie NB a fait une demande pour augmenter les tarifs d’électricité de 8,9 %.

Cette hausse toucherait tous les clients — autant résidentiels que commerciaux — en 2023-2024.

Avant d’être imposée aux consommateurs, la proposition d'Énergie NB doit être approuvée par la Commission de l’énergie et des services publics. Si cette commission donne son aval, la hausse prendra effet le 1er avril 2023.

Pour les deux années qui vont suivre, Énergie NB indique que des hausses de 2 % à 16 % sont à prévoir, mais qu'il est difficile à ce moment-ci de déterminer un pourcentage précis.

Le gouvernement n'interviendra pas

Si la Commission de l’énergie et des services publics approuve les hausses de tarifs qu’Énergie NB demande, il n’est pas question pour le premier ministre Blaine Higgs et pour son ministre de l’Énergie, Mike Holland, d’y opposer leur véto.

Je suis fortement en faveur de permettre à [Énergie NB] de composer leurs propres hausses de tarifs sans intervention du gouvernement, a déclaré Mike Holland, mercredi.

Mike Holland devant l'édifice de l'Assemblée législative.

Mike Holland est le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie.

Photo : Radio-Canada / Jacques Poitras

Blaine Higgs s’est rangé derrière la décision d'Énergie NB de hausser la facture des consommateurs. Ils n'ont pas vraiment le choix, a affirmé le premier ministre.

Il a blâmé le gouvernement fédéral pour ses exigences environnementales.

Pour aider les consommateurs, M. Higgs a indiqué que son gouvernement venait d'annoncer, fin septembre, un programme qui offre une mini-thermopompe aux ménages dont le revenu brut est de moins de 70 000 $ par année et qui se chauffent à l'électricité. La province soutient qu'il permet de diminuer ses dépenses énergétiques de 500 $ par an.

Il promet aussi d'annoncer bientôt un autre programme pour atténuer les coûts engendrés par d’autres modes de chauffage.

Blaine Higgs photographié de profil sur scène, prononçant un discours devant des personnes assises à des tables.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, prononçant son discours annuel sur l'état de la province le 31 mars à Fredericton.

Photo : La Presse canadienne / Stephen MacGillivray

Hausse la plus drastique en 15 ans

Cette hausse proposée de 8,9 % est la plus drastique à être demandée en 15 ans. En 2007, Énergie NB souhaitait augmenter ses tarifs de 9,6 %. La société énergétique a ensuite révisé sa position et demandé une hausse de 6,4 %. La Commission de l’énergie et des services publics avait finalement autorisé une hausse de 5,9 %.

Cette fois, Énergie NB attribue les augmentations demandées à l'inflation et à l'instabilité des marchés. La société soutient que les coûts pour les achats de mazout et les importations d’électricité venant de l’extérieur de la province vont augmenter de 102,8 millions de dollars dans la prochaine année, et que la récente hausse des taux d’intérêt va être un fardeau supplémentaire de 31 millions.

Énergie NB a pris des mesures pour que la hausse des tarifs soit la plus basse possible, a affirmé Lori Clark, cheffe de la direction d’Énergie NB.

Lori Clark sourit pour une photo.

Lori Clark est cheffe de la direction d'Énergie NB.

Photo : CBC / Jacques Poitras

Dans le passé, des gels de tarifs et des hausses inférieures à l'inflation ont été des erreurs, a soutenu la dirigeante.

Les clients d’Énergie NB ont connu d’autres augmentations récemment. Le 1er avril dernier, les tarifs d’électricité avaient augmenté de 2 %.

Avec des informations de Jacques Poitras (CBC) et d'Océane Doucet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !