•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des discussions pour aider les aînés à mieux connaître les outils numériques

Des aînés écoutent des participants à un groupe de discussion dans la salle du Parvis à Sherbrooke.

Des échanges citoyens ont eu lieu à la salle du Parvis, à Sherbrooke, au sujet du vieillissement.

Photo : Radio-Canada / John Sébastien NAIS

Radio-Canada

Comment aider les aînés à utiliser les outils numériques? Des citoyens étaient invités mercredi à participer à des échanges à ce sujet à la salle du Parvis, à Sherbrooke. Les intervenants et les participants voulaient également connaître les impacts des appareils électroniques dans la vie quotidienne des aînés.

Un des objectifs principaux de la rencontre consistait à discuter des solutions potentielles pour répondre aux besoins des aînés en matière d’outils numériques. Aujourd’hui, on s’intéresse aux initiatives numériques pour et par les aînés. On a un groupe de chercheurs qui travaille en cocréation avec les aînés pour répondre à des problématiques particulières et pour amener des solutions, explique Johanne Queenton, professeure à l'Université de Sherbrooke et membre du Centre de recherche sur le vieillissement.

Au micro de notre émission Par ici l’info la semaine dernière, Nathalie Delli-Colli, professeure en travail social à l'Université de Sherbrooke et une des participantes au groupe de discussion, a expliqué que le numérique est totalement à l'ordre du jour chez les aînés. Après la pandémie, les aînés ont encore plus utilisé les sites web et les plateformes. Dans le projet que je mène, c’est pour soutenir la réflexion autour du milieu de vie. Les trucs et astuces, il faut rendre ça disponible sur le web. On est partis avec eux sur le développement d’un site web, a-t-elle indiqué.

Garder le contact humain

Pauline Dumoulin, représentante des aînés lors de la table ronde, est préposée aux bénéficiaires. Elle était présente pour parler des défis que posent les outils numériques aux aînés. J’en utilise. Je n'ai pas eu le choix de m’adapter. Zoom, Messenger, Facebook... Je suis bonne dans Word, mais je ne peux pas dire que je suis performante à l'ordi. J’ai des fois besoin de mon voisin [pour m’aider], a-t-elle expliqué.

Je trouve qu’on ne se met pas dans la peau de ceux qui n’en ont pas. Des téléphones intelligents, ce n’est pas tout le monde qui en a et ce n'est pas tout le monde qui en veut non plus. Maintenant, le fédéral envoie tout sur ordi. Il y en a qui ont manqué leurs impôts, d’autres ont manqué des crédits d’impôt. Juste prendre des rendez-vous médicaux, ce n’est pas évident, poursuit-elle.

« Il ne faut pas penser seulement au tout-numérique. Il faut rester aussi au présentiel avec du contact humain. »

— Une citation de  Pauline Dumoulin, représentante des aînés au groupe de discussion
Pauline Dumoulin, représentante des aînés lors de la discussion, photographiée au Parvis de Sherbrooke.

Pauline Dumoulin, représentante des aînés lors de la discussion, est préposée aux bénéficiaires.

Photo : Radio-Canada / John Sébastien NAIS

Pour elle, le contact humain est très important, notamment pour éviter l’isolement. Avec le tout-numérique, on n’est plus obligés de sortir. Ça crée des problèmes comme la dépression ou l’angoisse.

Les initiatives comme celle de mercredi sont une très bonne chose, selon elle. Ça permet de montrer les côtés positifs des sites web et comment [on peut les utiliser], conclut-elle.

En 2021, 85 % des aînés québécois âgés de 65 ans et plus étaient branchés à Internet à la maison et 80 % d’entre eux possédaient un ordinateur, selon les chiffres de l’Académie de transformation numérique, créée conjointement par le gouvernement du Québec et par l’Université Laval.

Plusieurs projets présentés

En plus des défis numériques, plusieurs projets ont été présentés mercredi, notamment en ce qui concerne la nutrition des aînés, leur milieu de vie ainsi que les échanges de services au moyen du réseau d’échange et de troc L’Accorderie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !