•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alma veut redevenir un tremplin vers la NBA

Samuel Guay, Cyrille Poitvineau-Millin, Simon Leblanc, David Magley et David J. Petroziello à une table durant une conférence de presse.

Le président de la ligue The Basketball League, David Magley, s'est déplacé au Lac-Saint-Jean pour annoncer l'accréditation d'une équipe à Alma.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Une équipe de basketball amateur d’Alma rejoindra les rangs de la ligue professionnelle américaine The Basketball League (TBL) à partir du mois de janvier.

Le commissaire de la TBL, David Magley, s'est déplacé au Lac-Saint-Jean, mercredi, pour en faire l'annonce.

« Nous aurons le plus haut niveau de basket à être présenté dans la région. »

— Une citation de  Simon Leblanc, directeur sportif et cofondateur de l’Académie d’Alma

La TBL est une ligue mineure professionnelle qui a vu le jour en 2018 aux États-Unis. Le nombre d’équipes est passé de 4 à plus de 40 en 2022, dont quelques équipes canadiennes.

La ligue peut être considérée comme étant tout juste un cran en dessous de la NBA G League, soit la ligue de développement officielle des franchises de la National Basketball Association (NBA), selon les responsables de l’Académie d’Alma.

La saison 2023 de la TBL comprend au moins 24 matchs, dont 12 à domicile pour Alma, qui accueillera des équipes de la côte est des États-Unis dans les gymnases du Collège.

C’est d’ailleurs ce qui différencie cette équipe de l’ancienne Académie du Collège d’Alma, qui disputait principalement des matchs hors concours au début des années 2010.

Le joueur des Raptors, en blanc, tient le ballon dans ses mains, et essaie de se démarquer de deux adversaires des Kings, en noir.

Chris Boucher a joué dans l'équipe du Collège d'Alma avant d'être recruté au Nouveau-Mexique et dans les Raptors.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Cette équipe avait toutefois permis à Alma de s’illustrer sur la scène mondiale du basketball en propulsant des joueurs de renom, comme l’actuel ailier des Raptors de Toronto, Chris Boucher.

Des amateurs parmi les professionnels

La nouvelle formation Espoir-Pro évoluera au sein de l’Académie d’Alma, un nouvel organisme qui coordonne le développement du basketball scolaire et civil dans la municipalité.

Les trois hommes tiennent un ballon de basket-ball dans un gymnase.

Simon Leblanc, Cyrille Poitevineau-Millin et Samuel Guay sont les trois promoteurs de l'équipe Espoir-Pro.

Photo : Académie d'Alma

L’équipe Espoir sera une première en Amérique du Nord. Ce sera la seule équipe de type amateur (de 16 à 22 ans) à jouer contre des joueurs adultes établis et reconnus professionnellement, peut-on lire dans un communiqué de presse.

Les joueurs de l’équipe d’Alma seront tous inscrits dans un programme de formation et ne seront pas rémunérés.

L’élément le plus important dans notre rêve, c’est qu’il y en ait qui diplôment et qui réussissent à jouer professionnellement. De réussir sur les deux tableaux, ça va être notre marque de commerce; c’est ce qui va nous différencier dans cette ligue, dit le directeur sportif de l’Académie d’Alma, Simon Leblanc.

Par contre, l’Académie vise à devenir une porte d’entrée nord-américaine pour les francophones de partout dans le monde qui souhaitent percer le monde du basketball professionnel.

« Dans la francophonie mondiale, les gens vont venir ici parce qu’on va être la pierre angulaire. »

— Une citation de  Simon Leblanc, directeur sportif, Académie d’Alma

Recrutement international

Pour bâtir une équipe d’un tel niveau, les responsables de l’Académie font du recrutement à l'international.

Jusqu’à maintenant, des démarches sont entreprises pour faire venir 7 joueurs en provenance du Sénégal et 14 athlètes du Cameroun.

Alma permet d’offrir un encadrement sécuritaire et rassurant pour les familles.

Si les démarches d’immigration s’éternisent au-delà du calendrier des matchs qui doivent commencer en janvier, l’équipe sera formée par des joueurs surclassés temporairement ou venant de la banque d’athlètes disponibles dans la TBL.

Le Collège d’Alma est partenaire du projet et pourrait recruter jusqu’à 60 nouveaux étudiants internationaux par année grâce au basketball.

Des joueurs de basketball dans un gymnase.

L’intégration de l’Académie d’Alma à la TBL fait naître de l’espoir chez certains joueurs du Collège.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Investissements étrangers

Pour mener à bien le projet, l’Académie d’Alma a convaincu le riche homme d’affaires français et propriétaire d’une équipe de rugby Alain Tingaud d’investir dans le projet au Lac-Saint-Jean.

De 15 à 20 joueurs, triés sur le volet, seront ainsi subventionnés pour couvrir des frais évalués à environ 30 000 $ par athlète par année.

Des entreprises d’Alma ont aussi été approchées pour contribuer au financement.

Le coût total du projet, incluant les frais d’adhésion à la TBL et les coûts de fonctionnement, est évalué à plus d’un demi-million de dollars.

L’annonce de cette franchise pourrait bien être la première étape d’un projet beaucoup plus vaste à Alma.

Les gens doivent comprendre que si on a fait ce pas-là, c’est qu’on a l’intention de se développer et d’avoir des infrastructures de niveau professionnel, admet Simon Leblanc, sans donner d'échéancier précis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !