•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Red Deer, le cri de détresse des médecins des services d’urgences débordés

Le centre hospitalier régional de Red Deer.

Le centre hospitalier régional de Red Deer dessert près d'un demi-million de personnes. Il fonctionne régulièrement à plus de 100 % de sa capacité.

Photo : Radio-Canada / Heather Marcoux

Radio-Canada

À l’Hôpital régional de Red Deer, dans le centre de l'Alberta, les temps d’attente affichés aux urgences ont atteint des pics « sans précédent » ces derniers jours.

Entre le 27 septembre et le 3 octobre, ils ont dépassé 10 heures à quatre reprises, selon Services de santé Alberta (AHS).

Très tôt, dimanche matin, le temps d'attente affiché a même atteint près de 18 heures.

Timothy Gash, un médecin urgentiste en poste ce jour-là, dit ne jamais avoir vu de patient attendre aussi longtemps. Il affirme cependant que l'hôpital fonctionne à 120 % de sa capacité et que le personnel est très angoissé.

« Plus les patients passent de temps dans la salle d'attente [...], plus les risques pour leur santé augmentent. »

— Une citation de  Timothy Gash, médecin urgentiste à l'Hôpital de Red Deer

Il dit que la situation était terrible et que les temps d'attente continuent d'augmenter, atteignant ce que les médecins qualifient de sommet sans précédent.

Notre système est aux prises avec un engorgement des services d'urgence, déclare le Dr Gash.

De plus, l'aggravation des pénuries de personnel entraîne la fermeture de lits aux urgences, ce qui rallonge la liste des patients qui attendent, souvent pendant des jours.

Infirmières en larmes

Infirmière à l’Hôpital de Red Deer, Sue Beatson dit que ses collègues s'inquiètent tellement pour la sécurité des patients qu'on les voit parfois pleurer dans la salle de repos.

[C'est] l'une des pires périodes que j'aie jamais connues en 30 ans d’expérience, dit Sue Beatson, qui est par ailleurs la présidente de la section locale du Syndicat des infirmières unies de l'Alberta (UNA).

Avec autant de patients et si peu de médecins, d'infirmières et de lits, la salle d'attente devient souvent une zone de traitement de fortune, où des médecins viennent voir des patients pour leur prescrire des ordonnances pendant qu'ils attendent, ajoute-t-elle.

C'est une crise, voilà ce que c'est, dit Bryce Henderson, un chirurgien orthopédique qui a également travaillé le week-end.

Selon lui, l'hôpital était tellement débordé que deux enfants gravement blessés ont dû être héliportés vers d'autres hôpitaux : Dans un monde parfait, nous les aurions admis directement au bloc opératoire.

AHS reconnaît les difficultés de l'hôpital

Services de santé Alberta admet que l'hôpital face à un volume croissant de clients et à des patients plus malades.

La capacité est devenue de plus en plus difficile ces derniers jours, malgré les efforts pour libérer des lits. Cela entraîne parfois de longues attentes aux urgences, en particulier pour les patients dont les cas sont moins urgents, explique une porte-parole d'AHS, Kerry Williamson, dans un communiqué.

Elle soutient qu'aucun patient n'aurait attendu 18 heures au cours du week-end dernier.

Le maire de Red Deer, Ken Johnston, s'inquiète depuis des années de l'état de l'établissement hospitalier. Il appelle également à une action urgente.

« Le statu quo que nous avons maintenant ne fonctionne pas. »

— Une citation de  Ken Johnston, maire de Red Deer

Qu'est-ce qui inciterait une personne vivant en Ontario, en Colombie-Britannique ou au Manitoba à déménager à Red Deer, sachant que les soins médicaux y sont de qualité inférieure, demande-t-il.

L'Hôpital de Red Deer devrait faire l'objet d'un agrandissement au coût de 1,8 milliard de dollars. Mais les travaux, qui n'ont pas encore commencé, ne devraient pas être achevés avant 2030-2031.

Avec les informations de Jennifer Lee

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !