•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entreprises au Maine souhaitent la fin des mesures sanitaires américaines

Un camion et des voitures à la frontière américaine.

Des entreprises au Maine souhaitent la fin des mesures sanitaires américaines dans l'espoir d'accueillir une plus grande clientèle canadienne

Photo : Associated Press / Robert F. Bukaty

Radio-Canada

Les voyageurs américains peuvent franchir la frontière canadienne et visiter le Nouveau-Brunswick sans présenter de preuve qu’ils sont vaccinés contre la COVID-19, mais ce n’est pas encore le cas pour les Canadiens qui vont aux États-Unis.

Le Canada a laissé tomber le 1er octobre ses mesures sanitaires liées à la COVID-19 et qu’il imposait aux voyageurs.

L’ambassade américaine au Canada a toutefois rappelé le 4 octobre que les étrangers doivent toujours être complètement vaccinés pour voyager aux États-Unis, que ce soit par avion, en traversier ou en voiture.

Les agents frontaliers américains peuvent exiger des étrangers à la frontière qu’ils confirment leur statut vaccinal verbalement. Il peuvent aussi exiger que les étrangers leur présentent une preuve reconnue par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Le souhait d'entreprises du Maine

Certaines entreprises établies près de la frontière dans l’État du Maine espèrent que le gouvernement américain laisse aussi tomber toutes les mesures sanitaires visant les voyageurs.

Ce serait plus juste, n’est-ce pas?, fait entendre le directeur général de la Chambre de commerce de Bar Harbour, Alf Anderson. Il ajoute que ce serait formidable si les deux pays se traitaient mutuellement de la même façon.

Contacté par CBC, le département américain de la Sécurité intérieure renvoie les questions des journalistes aux CDC. Il n’a pas été possible d’obtenir des commentaires des CDC avant la publication de ce reportage.

Puisque les mesures sanitaires des deux pays ne sont différentes que depuis quelques jours, M. Anderson dit n’avoir aucune indication que cette différence exerce un effet considérable. Mais il estime que tout défi ou tout obstacle pour faire un voyage exerce vraisemblablement un certain effet.

Le magasin agricole C&E Feeds à Calais, au Maine, est connu pour avoir aidé les voyageurs à franchir la frontière canadienne lorsqu’il fallait utiliser l’application canadienne ArriveCAN. La gérante du magasin, Sue Provencher, est heureuse que le Canada ait laissé tomber ses mesures sanitaires.

C’est beaucoup plus facile pour les personnes âgées de faire le va-et-vient et de franchir la frontière. Nos affaires s’améliorent déjà. Espérons que ça va continuer, affirme Mme Provencher.

Sue Provencher, derrière son comptoir, tient un téléphone intelligent.

Sue Provencher, gérante du magasin agricole C&E Feeds à Calais, au Maine, a aidé de nombreux voyageurs à utiliser l’application canadienne ArriveCAN.

Photo : Radio-Canada

Et j’espère que toutes les mesures sanitaires disparaîtront des deux côtés de la frontière pour revenir à la normale parce que les petites villes frontalières dépendent les unes des autres, ajoute-t-elle.

Selon elle, si les autorités américaines laissaient aussi tomber leurs mesures sanitaires imposées aux voyageurs, la clientèle canadienne non vaccinée améliorerait les affaires des entreprises américaines situées près de la frontière.

Alf Anderson demeure optimiste. Il dit que les entreprises américaines aiment les voyageurs canadiens et il espère que les mesures sanitaires américaines ne les dissuadent pas de visiter le Maine.

D’après un reportage de Lane Harrison, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !