•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Catastrophe d’Eastway Tank : les familles des victimes sans réponse, neuf mois plus tard

Les décombres de l'usine d'Eastway Tank à Ottawa.

Les décombres de l'usine d'Eastway Tank à Ottawa, après l'explosion du 13 janvier 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Radio-Canada

L’enquête du Bureau du commissaire des incendies de l'Ontario progresse sur la cause de l'explosion mortelle survenue en janvier dernier à l'usine d'Eastway Tank, Pump & Meter Ltd à Ottawa, mais on ignore quand les conclusions seront rendues publiques.

Nous n'avons plus que quelques hypothèses sur ce qui a pu causer l'explosion, indique l’enquêteur principal du Bureau pour l’incident d’Eastway Tank, Mike Rushton.

Six employés ont perdu la vie à l'usine du fabricant de citernes dans l'est d'Ottawa après une explosion survenue le 13 janvier 2021. Rick Bastien, Étienne Mabiala, Danny Beale, Kayla Ferguson et Russell McLellan sont morts sur place, tandis que Matt Kearney a succombé à ses blessures à l'hôpital le lendemain.

Il s'agit du pire accident mortel en milieu de travail à Ottawa depuis des décennies.

Celle qui a été la compagne de Rick Bastien pendant 10 ans, Louise Martel, dit encore avoir du mal à comprendre comment son partenaire a pu perdre la vie aussi soudainement.

C'est un peu frustrant parce que nous n'avons pas encore de réponses, laisse-t-elle tomber.

Un montage photo des victimes de l'explosion survenu sur le chemin Merivale, à Ottawa, en janvier.

Rick Bastien, Étienne Mabiala, Danny Beale, Kayla Ferguson, Russell McLellan et Matt Kearney sont les victimes de l’explosion survenue à l’usine Eastway Tank.

Photo : Photos soumises.

Une question de temps, dit le Bureau

Pour les familles endeuillées, Mike Rushton veut se faire rassurant. Je peux vous promettre que nous allons fournir des réponses [...] qui, espérons-le, pourront être utilisées pour empêcher qu'un tel événement ne se produise [à nouveau], assure-t-il.

Sans donner de détails sur les conclusions de l'enquête jusqu'à présent, M. Rushton mentionne certaines des complications rencontrées.

Le Bureau du commissaire aux incendies compte une trentaine d'enquêteurs sur place qui travaillent dans toute la province lorsque des décès surviennent. Selon M. Rushton, la charge de travail a au moins doublé depuis le début de la pandémie.

Environ la moitié de ces enquêteurs ont été immédiatement dépêchés sur le site d’Eastway Tank, a-t-il précisé. Un toit en béton s'était effondré après l'explosion et l'enquête initiale s'est déroulée en même temps que l'extraction des corps du site, détaille Mike Rushton.

Les enquêteurs ont recueilli les commentaires d'une vingtaine d'employés qui travaillaient à Eastway Tank lorsque l'explosion s'est produite, ainsi que d’autres déclarations venant de témoins de l’événement.

Habituellement, nous avons une bonne idée de ce qui se passe dès cette première partie et c'est pourquoi nous réagissons aussi rapidement, commente M. Rushton.

Les entretiens produits dans le cadre de ce type d'enquête peuvent être retardés si les témoins ont besoin de temps pour guérir de leurs blessures.

Ils peuvent être envoyés dans un service pour les grands brûlés, par exemple, ou encore à l'hôpital pour être évalués. Nous essayons de laisser ce processus se dérouler, ajoute l'enquêteur.

Après avoir entendu les témoins, nous essayons d'examiner l'aspect physique de la scène, continue-t-il.

En moyenne, une scène d'incendie comporte un ou deux éléments de preuve qui peuvent être collectés, identifiés et analysés, a-t-il dit. Les enquêteurs s’intéressent, par exemple, à la présence de substances qui accélèrent le développement du feu. Dans le cas présent, Eastway Tank disposait de plus de 50 éléments de preuve, selon M. Rushton.

À l'arrière de plusieurs véhicules entreposés près de bâtiments commerciaux, des flammes et une grande fumée noire s'élèvent vers le ciel.

Des images du 13 janvier 2022 (archives).

Photo : Gracieuseté : Ty Littleton

Des échantillons ont été envoyés et analysés au Bureau principal du commissaire aux incendies à Toronto. D'autres ont été envoyés pour analyse au Centre des sciences judiciaires, situé à proximité.

Notre processus d'enquête consiste en fait à vérifier de nombreuses facettes de l'histoire que nous recevons [des témoins], détaille Mike Rushton.

Nous voulons nous assurer que nous avons analysé tous nos échantillons, examiné toutes nos preuves et corroboré chaque élément d'information [...], parce qu'une fois que c'est sorti, nous n'avons pas la possibilité de revenir en arrière, poursuit l’enquêteur.

D'autres organismes, dont le ministère du Travail et le Service de police d'Ottawa, enquêtent également sur ce qui s'est passé à Eastway Tank et tireront leurs propres conclusions. Mais il est peu probable qu'ils arrivent à leur conclusion avant d'avoir vu la nôtre, nuance M. Rushton.

Selon un porte-parole du Bureau du commissaire, des discussions se poursuivent pour déterminer quand et comment ces conclusions seront partagées avec le public.

Avec les informations de Guy Quenneville, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !