•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dernier conseil municipal de Jim Watson avant le jour du scrutin

Le maire Jim Watson lors d'un conseil municipal.

Le maire Jim Watson se prépare à tirer sa révérence (archives).

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Après avoir régné à titre de premier citoyen de la Ville d’Ottawa, Jim Watson vivra un moment important mercredi. Il pilotera le tout dernier conseil municipal avant la soirée électorale du 24 octobre.

Correctif :

Une version précédente de ce texte indiquait à tort qu'il s'agissait du dernier conseil municipal de Jim Watson. Or, il s'agit plutôt du dernier conseil avant la soirée électorale du 24 octobre. Jim Watson dirigera également la rencontre du 9 novembre à laquelle participeront les élus actuels.

Le nouveau conseil municipal sera assermenté plus tard en novembre.

Le principal intéressé a annoncé en décembre dernier qu’il n’allait pas se représenter aux élections municipales. Depuis, il prépare tranquillement sa sortie.

Il a tenu, mardi, un encan silencieux pour se débarrasser de tous les cadeaux et souvenirs accumulés dans son bureau au fil des années, comme des chandails de hockey. Il a ainsi pu remettre environ 4000 $ à la Banque d'alimentation d'Ottawa.

J’avais beaucoup de cadeaux. Ce sont de bons souvenirs, mais je pense que c’était une belle occasion pour moi de les offrir à la population et de remettre de l’argent à une bonne cause, a-t-il confié en entrevue au Téléjournal d’Ottawa-Gatineau en début de semaine.

Portrait de Jim Watson.

Jim Watson prévoit toujours être très présent dans la communauté d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

L'héritage de Jim Watson

Jim Watson a d’abord été maire d’Ottawa de 1997 à 2000 avant de faire le saut en politique provinciale de 2003 à 2010. Il a effectué un retour à la mairie de la capitale nationale en 2010 avant d’être réélu en 2014 et en 2018.

Quelles sont ses plus grandes fiertés? Le train léger. Je sais qu’il y a eu beaucoup de problèmes, mais j’en demeure très fier. Il y a aussi le centre d’innovation [et] la nouvelle galerie d’art.

Son dernier mandat a toutefois été marqué par de vives tensions au conseil municipal. Des conseillers municipaux ont dénoncé la création d'un « Watson club », soit un groupe composé d'alliés du maire face aux « outsiders ».

L'année d'une élection est toujours différente. Des politiciens ont besoin de faire les manchettes pour attaquer une autre personne. C'est normal. C'est important pour un maire de trouver une moitié de membres du conseil pour appuyer ses motions. C'est la démocratie, a-t-il répondu en entrevue avec l'animateur Mathieu Nadon.

Des élus municipaux se lèvent debouts.

Beaucoup de conseillers sortants à Ottawa ont fait part des tensions et de la division autour de la table (archives).

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Au cours des dernières années, il y a également eu la pandémie de COVID-19, le convoi des camionneurs qui a paralysé le centre-ville pendant trois semaines l'hiver dernier ainsi que le derecho du 21 mai.

Jim Watson est d'ailleurs loin d'être le seul représentant du conseil municipal d'Ottawa à ne pas se représenter. Près de la moitié des conseillers ont choisi de ne pas briguer un nouveau mandat. En tout, 14 candidats ont posé leur candidature afin de le remplacer à la mairie. Trois d'entre eux sortent du lot, soit Catherine McKenney, Bob Chiarelli et Mark Sutcliffe.

Après avoir consacré tant de temps et d'années à la politique, le maire sortant disposera maintenant de beaucoup de temps libre devant lui. Comment va-t-il meubler son agenda? Du bénévolat, peut-être un voyage pour une semaine, ou quelques semaines. Je vais trouver quelque chose pour aider la communauté. C'est mon but.

Mathieu Fleury dans le même bateau

Jim Watson ne cache pas qu'il aurait souhaité de voir davantage de francophones se porter candidats aux élections municipales pour combler les départs des conseillers sortants Mathieu Fleury et Jean Cloutier.

Je pense que c'est important que le prochain maire parle français et qu'il connaisse bien les défis de la communauté, dit-il.

À l'issue du conseil municipal de mercredi, M. Fleury s'est senti frappé par la nostalgie. L'homme de 36 ans demeure toutefois convaincu qu'il est temps pour lui d'amorcer un nouveau chapitre de sa vie professionnelle.

Ça me rappelle ma première journée à 25 ans : entrer dans cette grande bulle qu'est l'hôtel de ville, très intimidé. Je me retrouve 12 ans plus tard avec de l'expérience et beaucoup d'accomplissements. C'est le temps de laisser la place à d'autre monde, explique-t-il.

Le conseiller sortant du quartier Rideau-Vanier ne ferme pas la porte à un éventuel retour en politique, mais il prendra d'abord le temps de s'accorder une pause bien méritée.

S'il espère lui aussi que les francophones seront bien représentés au conseil ottavien, M. Fleury souligne aussi l'importance d'une voix pour chaque génération au sein de l'appareil municipal.

Mon collègue Scott Moffatt et moi, on a été la voix de la génération des 30 ans et des jeunes familles au cours des dernières années. On verra, mais je pense qu'il va encore y avoir un rajeunissement des élus, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !