•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus de Trois-Rivières demandent une hausse de leur rémunération

Des élus municipaux lors d'une séance du conseil municipal.

Des élus municipaux lors d'une séance du conseil municipal

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Un comité de travail formé d'élus recommande au conseil municipal de Trois-Rivières d'augmenter de 18 % la rémunération de base des conseillers.

Les conseillers Pierre Montreuil, Maryse Bellemare et René Martin ont mené une enquête auprès des 11 plus grandes municipalités québécoises. Selon leur recherche, la rémunération des élus place Trois-Rivières au neuvième rang, tout juste derrière les villes de Saguenay et de Sherbrooke.

Ils en concluent que le salaire de base des élus devrait représenter 30 % de celui du maire qui, en 2022, s'élève à 145 247 $. Un taux de 30 % ferait bondir le salaire de base des conseillers de 37 096 $ à 43 754 $.

Pierre Montreuil croit que cet ajustement est nécessaire, faisant valoir que le salaire des élus a plafonné depuis 2005, bien qu'il soit indexé selon l'indice des prix à la consommation.

Rétablir les allocations

Le comité propose également de rétablir les allocations aux présidents de comité, aux membres de l'exécutif et au maire suppléant.

Elles avaient été abolies en 2018 par souci d'équité et dans le but de prévenir les nominations partisanes, notamment au conseil exécutif. Pour le maire Jean Lamarche, les choses ont changé en ce qui concerne les nominations depuis 2018. L’influence du maire dans la nomination des gens aux comités est différente. Aujourd’hui, ce sont les conseillers, de façon collégiale, et moi, je participe aussi à l’exercice, mais c’est ensemble qu’on choisit les membres des comités.

Sujet délicat

En session de travail, la moitié des élus se sont opposés à ce que la grille d'analyse qui inclut les données comparables avec d'autres municipalités soit rendue publique. Ces six élus ont imposé la tenue d'une discussion à huis clos.

Le conseiller municipal du district de Châteaudun, Luc Tremblay, concède que le sujet est délicat parce que si on se verse des augmentations de salaire alors qu’on sait qu’on ferme des piscines, alors qu’on sait qu’on le dit depuis des mois qu'à la Ville, on coupe nos sous en quatre, on sait que c’est difficile, mais c’est une discussion qu’il faut avoir, et je tiens à ce qu’elle soit tenue devant public.

Les grilles salariales seront dévoilées dans deux semaines. On espère les faire adopter pour les faire entrer en vigueur en janvier.

La proposition de rattrapage salarial devra être adoptée par le maire ainsi que par les deux tiers des conseillers.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !