•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il ne serait plus possible de trouver de médecin de famille à Saskatoon

Un médecin utilise un stéthoscope pour écouter le rythme cardiaque du patient.

Un médecin utilise un stéthoscope pour écouter le rythme cardiaque du patient.

Photo : getty images/istockphoto / wutwhanfoto

Radio-Canada

Selon l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA), il ne serait plus possible de trouver de médecin de famille à Saskatoon depuis le 12 septembre dernier. Aucune clinique de la Ville des Ponts ne prend de nouveaux patients.

Je n’ai jamais vu la liste de médecins prenant des patients être complètement vide auparavant, affirme le médecin de famille à la clinique Lakeside de Saskatoon, Adam Ogieglo.

Les options ont toujours été limitées, mais lorsque j’ai commencé ma carrière il y a 10 ans, on avait accès à une page complète de médecins disponibles. Depuis, c’est de plus en plus difficile pour les patients, ajoute-t-il.

Le Dr Ogieglo croit qu’une réforme du système de santé est nécessaire, mais il ne s’attend pas à ce que ça se fasse à court terme.

Adam Ogieglo ajoute que les étudiants en médecine qui sortent de l’école ne souhaitent pas payer des frais et joindre une clinique qui se gère à la manière d'une entreprise, alors que d’autres options leur assurent une sécurité financière et moins de pression. C'est le cas par exemple dans les hôpitaux, avec un salaire horaire.

Le médecin souligne également que la pénurie de main-d'œuvre en ajoute beaucoup sur le dos des professionnels de la santé.

C'est stressant d'essayer d'aider les gens en tenant compte du temps, tout en leur accordant l'attention dont ils ont besoin, dit-il.

Avoir une salle d'attente pleine, c'est stressant, vous ne pouvez pas aider tout le monde. C'est difficile et ça vous pèse, explique M. Ogieglo.

Médecin de famille à North Battleford, Brady Bouchard s’inquiète également de la charge de travail qui augmente.

Le Dr Bouchard souligne que les cliniques sans rendez-vous sont une option pour les patients, mais que la pénurie risque de mener à des temps d’attente très élevés.

Pour leur part, l’Autorité de la Santé de la Saskatchewan, l’Association médicale de la Saskatchewan, le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan et Sask Docs ont tous décliné de répondre aux questions des journalistes.

Avec les informations de Jérémie Turbide et Geneviève Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !