•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Gatineau souhaite miser sur le culturel pour la relance du centre-ville

La façade de l'hôtel de ville de Gatineau.

La Maison du citoyen de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Gatineau souhaite miser sur les infrastructures culturelles comme moteur de relance de son centre-ville.

Le conseil municipal a exploré plusieurs projets émergents et en cheminement, mardi.

Le Service des arts, de la culture et des lettres de la Ville a présenté aux élus le potentiel du milieu culturel pour la relance économique et urbaine. La Ville doit jouer un rôle d'accompagnateur pour des projets culturels, selon le département, puisque Gatineau accuse un retard en matière d'infrastructures culturelles.

Parmi les projets explorés et présentés, figure le Centre des arts vivants, dans les cartons depuis plusieurs années. Le projet évalué à 28 millions $ pourrait prendre vie dans le bâtiment 9, situé au 100 rue Gamelin et nécessiterait d'importantes rénovations. Il est soutenu par l’Avant-première et l’Artishow.

On souhaiterait y aménager des espaces créatifs, des lieux de répétition, de tournage et des locaux administratifs.

La Ville a d’ailleurs mandaté le Service des finances de prévoir une somme de 2,5 millions $ pour ce projet dans le cadre des discussions budgétaires 2023.

La construction d'un bâtiment moderne de 5 étages à l’angle des rues Papineau et Morin pour le projet les Ateliers du Ruisseau a également fait l’objet de discussions. Le projet est évalué à un peu moins de 30 millions $ et prévoit l'accueil de la Galerie Montcalm. La Ville pourrait y contribuer en cédant notamment un terrain.

L'agrandissement de La Filature, près du ruisseau de la Brasserie, faisait également partie des projets discutés, mardi. On souhaiterait y construire des ateliers et une salle pouvant accueillir 150 personnes. La Ville de Gatineau pourrait y participer en cédant une parcelle de terrain, entre autres.

L'image montre un bâtiment historique de Gatineau appelée La Filature.

Édifice La Filature, à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Ne pas attendre le retour des fonctionnaires, dit la mairesse

La mairesse de Gatineau, France Bélisle, croit que la culture doit prendre une place plus importante à Gatineau.

Elle soutient aussi que la Ville doit innover pour relancer son centre-ville, notamment grâce à la culture, en raison des questions qui demeurent quant à un éventuel retour des fonctionnaires.

France Bélisle

France Bélisle, mairesse de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

On peut choisir de rester assis sur nos lauriers à se demander quand le Conseil du Trésor va donner des directives claires pour un retour des fonctionnaires ou on peut rebondir, se prendre en main et se développer une vision. Alors moi, je suis de la deuxième école où je ne mettrai pas ma destinée et celle des Gatinois dans les mains d’autres partenaires alors qu’on peut faire des choix qui font une différence, a-t-elle déclaré, mardi.

« On se retrouve confronté à une nouvelle réalité dans notre centre-ville »

— Une citation de  France Bélisle, mairesse de Gatineau

Même s'il faudra faire des choix difficiles lors de l'étude du prochain budget, la conseillère et présidente de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine, Isabelle N. Miron, a fait valoir les impacts positifs des projets culturels pour l'économie gatinoise.

Elle souhaite d'ailleurs que la Ville s'engage à soutenir plus de projets.

La conseillère du district de l’Orée-du-Parc Isabelle N. Miron.

La conseillère municipale Isabelle N. Miron (archives).

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

La culture c’est beaucoup plus que des bibliothèques qui sont perçues comme des entrepôts de livres. C’est un moteur économique, c’est une façon de revitaliser notre centre-ville, ça crée des emplois et les projets qui nous ont été présentés ce matin, sont des projets qui ont été portés à bout de bras par des gens souvent bénévoles pendant des années. Là, ils ont besoin d’un engagement de la Ville, a-t-elle lancé.

Avec les informations de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !