•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitesse excessive : des citoyens craignent pour la sécurité des enfants

Une affiche sur laquelle est inscrite l'expression "Vas-y mollo", accompagnée d'une limite de vitesse fixée à 30 km/h.

Des quartiers de Trois-Rivières font partie d'un projet pilote pour réduire la vitesse des automobiles.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Une fillette de 10 ans a été blessée sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières mardi matin, réveillant ainsi les craintes des citoyens qui réclament une réduction de la limite de vitesse.

La fillette circulait à vélo quand un véhicule l’a heurtée à un arrêt obligatoire. Heureusement, plus de peur que de mal, l’enfant n’a subi aucune blessure. Mais, selon des résidents du quartier, le pire pourrait se produire.

La circulation est dense sur la rue Bellefeuille et certains roulent trop vite, déplore l’un d’entre eux, Marc Bélanger. En tant que citoyen, je ne peux pas tolérer ça, ça n'a pas d'allure. C'est un corridor scolaire, il y a des blocs appartements plus haut sur Marion, les enfants passent ici le matin et le soir au retour. Ça circule assez rapidement.

Serge Dumontier s’inquiète également pour la sécurité des enfants. Il peut y avoir des enfants qui reviennent de l'école ou qui retournent à l'école, et je trouve ça problématique quand il y a des gens qui roulent peut-être un petit peu trop vite.

Selon Dany Vincent, le trafic routier comporte aussi des risques importants. Il y a beaucoup de poids lourds, qui passent ici. En principe c'est pas supposé. On dirait que le monde prend ça comme un raccourci, mais ça roule quand même rapidement dans le secteur.

Opération Vas-y mollo

Dans les dernières semaines, la Ville de Trois-Rivières a mis en place le projet pilote Vas-y mollo pour abaisser la limite de vitesse à 30 km/h dans 14 quartiers résidentiels. Mais le secteur où se trouve la rue Bellefeuille n’en fait pas partie.

Le responsable des relations publiques et porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Mikaël Morrissette, n'exclut pas la possibilité que la Ville étende le projet de réduction de limite de vitesse ailleurs sur le territoire. Avant d'aller dans une 2e phase, la Ville s'engage à venir consulter les citoyens pour voir ce qui a bien été, dans les quartiers qui ont déjà été ciblés, et à quels autres endroits on pourrait les déployer. À la question "est-ce qu'il y a encore du travail à faire", la réponse, c'est "oui". La Ville est déjà intervenue et on continue en ce sens-là.

Aux yeux de Marc Bélanger, des actions doivent être posées rapidement. Sa petite fille habite tout près de chez lui. J'aimerais pas, en tant que citoyen, que j'ai à observer qu'un enfant s'est fait frapper.

La Ville de Trois-Rivières invite les citoyens à signaler les endroits problématiques au 311.

Avec les informations de Katy Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !