•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur la mort d’un Autochtone de 21 ans en détention policière en C.-B.

Un homme fixe la caméra.

Surrance Myers, 21 ans et membre de la Première Nation Tŝilhqot’in, est mort en détention à Williams Lake.

Photo : Surrance Myers/Facebook

Radio-Canada

Le Bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique enquête sur la mort en détention d’un Autochtone de 21 ans. Les dirigeants des Premières Nations de la région de Cariboo exigent que la lumière soit faite sur les circonstances de cette mort.

Surrance Myers, 21 ans, membre de la Première Nation Tŝilhqot'in, est mort samedi matin dans une cellule de la Gendarmerie Royale du Canada à Williams Lake.

Lundi matin, sa famille immédiate n’aurait reçu aucune information sur les circonstances de la mort, selon les autorités de la Première Nation Tŝilhqot'in.

Le chef la Première Nation, Otis Guichon, dit qu'il est consterné et que de nombreuses questions restent sans réponses.

Appel à des changements de pratique

Au-delà de la quête de réponse sur la mort de Surrance Myers, la Première Nation Tŝilhqot'in demande à la GRC, tout particulièrement au détachement de Williams Lake, de revoir sa formation pour y inclure une meilleure sensibilité culturelle dans le but d’être mieux équipée pour répondre aux divers besoins des peuples autochtones.

« Il y a besoin urgent de changements au sein de la GRC. »

— Une citation de  Première Nation Tŝilhqot'in

Veillée en mémoire de la victime

Dimanche soir, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant les bureaux de la GRC à Williams Lake pour honorer la mémoire de Surrance Myers.

Casey Myers, le père de la victime, affirme avoir appris la mort de son fils par un proche de la famille.

Il dit qu’il n'a aucune idée de ce qui a conduit à la détention de son fils.

Il précise qu’une autopsie et des analyses toxicologiques sont prévues mercredi à Prince George.

Avec des informations de Marcella Bernardo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !