•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise en santé domine la reprise des travaux à l’Assemblée législative

L'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick à Fredericton, le 21 mars 2022.

L'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick à Fredericton (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

Les soins de santé ont retenu toute l’attention à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, mardi. La reprise de la session a eu lieu quelques jours après que le gouvernement de Blaine Higgs a raté un échéancier clé qu’il s’était lui-même imposé, c’est-à-dire d’éliminer la liste d’attente pour les médecins de famille avant la fin septembre.

Cette promesse se trouvait dans le plan de santé du gouvernement progressiste-conservateur.

Ça n'a pas été atteint. Quand vont-ils atteindre cet objectif? , a demandé le chef de l’opposition officielle, Rob McKee.

Maintenant, ils disent que ce sera l'année prochaine. Sont-ils prêts à nous dire aujourd'hui comment ils espèrent atteindre cet objectif et quel est leur plan pour aller de l'avant?

Le député libéral et chef de l'opposition officielle, Rob McKee, à Fredericton.

Le député libéral et chef de l'opposition officielle, Rob McKee, à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Bruce Fitch, a déclaré que le gouvernement se rapprochait de son objectif, en indiquant qu’un nombre important de personnes avaient été éliminées de la liste d’attente. Il n’a toutefois pas fourni de chiffre.

Le travail se poursuit pour s'assurer que les personnes sur la liste d'attente quittent cette liste d'attente et soient mises en relation avec un soignant principal , a déclaré Bruce Fitch.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Bruce Fitch, à l'Assemblée législative.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Bruce Fitch, à l'Assemblée législative.

Photo : CBC

De longs temps d'attente aux urgences et des délais de déchargement des ambulances, associés à des fermetures temporaires imprévues dans certains hôpitaux, se sont produits fréquemment au cours de l'été et ont persisté jusqu'à l'automne.

Le chef du Parti vert David Coon a déclaré mardi que le père d'un électeur atteint de démence et de pneumonie avait récemment passé six jours dans un couloir d'hôpital, où il n'avait pas pu obtenir de traitement pour éliminer le liquide de ses poumons.

Peu de progrès depuis l’arrivée de nouveaux dirigeants

En juillet, le premier ministre Blaine Higgs a remplacé les conseils d'administration des deux régies régionales de la santé par des fiduciaires, en plus de renvoyer le pdg du Réseau de santé Horizon et de remplacer la ministre de la Santé de l’époque par Bruce Fitch.

Même si près de trois mois se sont écoulés depuis ces mesures de consolidation du pouvoir , a déclaré Rob McKee, nous avons à peine entendu parler du nouveau plan .

Bruce Fitch a répondu en citant quelques améliorations, notamment concernant l’accès aux chirurgies et aux services de toxicomanie et de santé mentale.

Il a également décrit une série d'initiatives à venir, telles que les appareils de radiographie mobiles, ainsi que la venue de techniciens médicaux d'urgence dans des ambulances, conçues pour offrir une alternative aux services d'urgence.

Le plan de santé provincial publié l'année dernière avait fixé au 30 septembre 2022 la date limite pour laquelle la liste d'attente pour un médecin de famille serait complètement éliminée et remplacée par un réseau de soins primaires permettant à quiconque d'accéder à un médecin ou à une infirmière praticienne en temps opportun .

Rob McKee a demandé l'adoption rapide des centres de soins multidisciplinaires proposés par la nouvelle chef libérale Susan Holt.

David Coon a lancé un appel similaire, demandant à Higgs d'ordonner aux autorités sanitaires de mettre en place immédiatement des centres de soins d'urgence.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon.

Photo : CBC

Lors d'une mêlée avec des journalistes, le premier ministre Blaine Higgs a indiqué qu'il était d’accord que de telles cliniques pourraient être mises en place rapidement, mais qu’il serait difficile, à court terme, de recruter suffisamment de médecins pour y travailler.

Nous mettrons de l'argent là où nous obtenons des résultats, de vrais résultats que les gens peuvent ressentir , a-t-il déclaré. C'est là que nous allons investir notre argent et parce que notre province se porte si bien, nous avons l'argent pour le faire.

La province prévoit un excédent de 135 millions de dollars cette année, bien que les deux dernières années aient enregistré des excédents budgétaires bien supérieurs aux prévisions.

Ces débats à l’Assemblée législative surviennent alors que les Néo-Brunswickois perdent confiance en leur système de santé.

Un sondage commandé par Radio-Canada Acadie montre que la moitié de la population craint de ne pas être en mesure d'obtenir des soins de santé assez rapidement.

Ces données montrent également que, de façon générale, 85 % des Néo-Brunswickois jugent que le système de santé est dans un piètre état.

D’après un reportage de Jacques Poitras de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !