•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes se distinguent sur le marché de l’art contemporain

Un homme et une femme installés de chaque bord d'une grande toile la tiennent avec des mains gantées, afin de l'accrocher sur un mur bourgogne.

Le tableau «Boucher's Flesh», de l'artiste-peintre britannique Flora Yukhnovich, est présenté lors d'une vente aux enchères à Londres, en juin 2022.

Photo : getty images for sotheby's / Michael Bowles

Agence France-Presse

En 2022, les femmes « prennent le pouvoir » sur un marché de l'art contemporain porté par le succès des moins de 40 ans, en tant qu'artistes mais aussi comme galeristes et expertes de ce secteur, selon un rapport annuel qui fait référence.

Elles occupent même 8 places dans la liste des 10 artistes de moins de 40 ans qui constituent le marché ultracontemporain, selon ce rapport annuel publié mardi par Artprice, leader mondial de l'information sur le marché de l'art.

En 2022, l'art contemporain, regroupant les artistes ayant vu le jour après 1945, représente près de 18 % du marché de l'art international.

Il s'affirme comme un moteur en la matière, avec un nombre de transactions dans le monde en hausse de 12 %, l'arrivée massive de nouveaux et nouvelles artistes, et 5000 nouveaux prix records, détaille Thierry Ehrmann, président d'Artprice.

Le secteur est porté par les moins de 40 ans, dont les ventes ont bondi de 405 millions de dollars canadiens en 2021, à 567 millions en 2022.

Ces créateurs et créatrices incarnent l'art ultracontemporain, qui pèse 15,5 % du marché de l'art contemporain mondial et dont la valeur totale a été multipliée par 26 en 20 ans, selon M. Ehrmann.

L'art ultracontemporain concentre les plus grandes tendances du marché : JNF [jetons non fongible], femmes artistes, art urbain, artistes de l'Afrique. Il révèle une compétition acharnée entre New York, Londres et Hong Kong, ainsi que l'émergence de nouvelles capitales du marché international comme Tokyo et Séoul, précise ce spécialiste.

Il représente 2670 artistes de 40 ans ou moins aux enchères, cinq fois plus qu'il y a 20 ans. Le prix moyen de leurs 5 meilleures ventes est passé de 835 000 dollars canadiens en 2021 à 6,6 millions par œuvre en 2022.

Parmi ces jeunes artistes, les femmes arrivent en tête. Se distinguent la Britannique Flora Yukhnovich, 32 ans; la Colombienne établie à New York Maria Berrio, 40 ans; la Canadienne Anna Weyant, 27 ans; et l'Américaine Christina Quarles, 37 ans.

Deux personnes portant des manteaux roses, de dos, regardent une toile d'art contemporain lors d'une exposition.

La toile «Don't Let it Bring Yew Down», de Christina Quarles, est exposée lors de la Biennale de Venise en avril 2022.

Photo : afp via getty images / VINCENZO PINTO

De l'art politiquement engagé

Un peu dans la lignée de Frida Kahlo, elles mènent une carrière d'activistes, ont parfaitement compris que les choses changent. Elles le revendiquent haut et fort, sont très engagées politiquement dans leurs travaux qui parlent de la condition féminine, du juste pouvoir des femmes, et ça change tout, analyse M. Ehrmann.

Les femmes percent dans les biennales et les foires, elles s'affranchissent d'une certaine académie du marché dont elles étaient écartées ainsi que des commissaires masculins qu'elles remplacent. Elles essaiment dans toute la chaîne institutionnelle et privée et viennent grossir les rangs des spécialistes. Elles prennent le pouvoir, ajoute-t-il.

« L'art contemporain est vraiment en train de s'installer comme la locomotive du marché de l'art, et cela ne pouvait se faire que par les femmes.  »

— Une citation de  Thierry Ehrmann

Aujourd'hui, nombre de grandes galeries sont dirigées par des femmes influentes qui créent des courants; tous les cabinets d'expertise comprennent des femmes comme associées, ce qui n'était absolument pas le cas il y a 10 ans, poursuit-il.

Un homme tend le bras en parlant à un journaliste hors cadre, devant une murale représentant des hommes politiques.

Thierry Ehrmann interviewé en 2019 dans la Demeure du Chaos, son musée à ciel ouvert à connotation post-apocalyptique situé près de Lyon, en France

Photo : afp via getty images / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

L’ardeur des jetons non fongibles

Autre tendance du marché de l'art contemporain, selon le rapport d'Artprice : le secteur en plein mouvement des œuvres d'art numériques en jetons non fongibles (JNF) [NFT en anglais], ces certificats d'authenticité infalsifiables.

Sur les 100 plus grandes maisons de ventes, 88 % ont créé un département JNF. Christie's vient d'annoncer le choix de la chaîne de blocs Ethereum, pivot du monde des cryptomonnaies, dit M. Ehrmann.

Si le marché de l'art s'est emparé des JNF, il se développe aujourd'hui par le biais de ses acteurs, les vrais collectionneurs et amateurs d'art, alors qu'en 2021 il avait été pris d'assaut par des spéculateurs de cryptomonnaies, relève-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !