•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyée spéciale

Le cyberpirate Sébastien Vachon-Desjardins condamné à 20 ans de prison en Floride

Cet ancien fonctionnaire canadien qui a déjà plaidé coupable de diverses accusations d’utilisation de rançongiciels a été qualifié par le juge de « Jesse James du 21e siècle ».

Sébastien Vachon-Desjardins

Sébastien Vachon-Desjardins a été condamné à 20 ans d'emprisonnement.

Photo : Facebook

TAMPA – La justice américaine n’a pas été tendre avec le pirate informatique Sébastien Vachon-Desjardins. Le qualifiant de « Jesse James du 21e siècle », le juge floridien William Jung l’a envoyé derrière les barreaux pour 20 ans.

C’est l’air penaud et vêtu d’une combinaison orange de prisonnier que Sébastien Vachon-Desjardins a fait son entrée dans la salle de la cour fédérale de Tampa. Le juge a amorcé le prononcé de sa sentence en déclarant ceci : Vous avez un des meilleurs avocats de l’État de la Floride, mais franchement, c’est un des pires cas de ma carrière. Il a poursuivi en qualifiant ses crimes de violents, horribles et extrêmement payants.

En juin, le Gatinois de 35 ans avait plaidé coupable d'accusations liées à des attaques avec un rançongiciel. Vachon-Desjardins avait été recruté par un groupe de pirates russophones appelé NetWalker. Cette organisation criminelle a fait plus de 400 victimes dans 30 pays et extorqué plus de 40 millions de dollars américains. Selon le FBI, le jeune Gatinois était un des membres les plus prolifiques de ce groupe de pirates.

C'est là un parcours criminel étonnant pour ce Québécois qui travaillait en même temps comme technicien en informatique au gouvernement fédéral, chez Services publics et Approvisionnement Canada.

Lors de son arrestation, en janvier 2021 à Gatineau, les policiers ont saisi des centaines de milliers de dollars en argent comptant et l’équivalent de 28 millions de dollars américains en bitcoins. Il a amassé cette somme colossale en 10 mois, soit entre le printemps 2020 et janvier 2021. Les cyberattaques commises par Sébastien Vachon-Desjardins au Canada lui ont déjà valu une condamnation à sept ans de prison par un tribunal de l'Ontario.

Son avocat a bien tenté d’amadouer le juge Jung en plaidant que son client éprouvait des regrets sincères, qu'il avait consenti à son extradition et qu'il avait plaidé coupable à la première occasion.

Le juge, visiblement outré par les crimes du jeune Gatinois, a déclaré que si Sébastien Vachon- Desjardins avait choisi de se défendre dans un procès plutôt que de plaider coupable, il l’aurait condamné à la prison à vie ou à 40 ans.

William Jung a déclaré que les États-Unis veulent envoyer un message de dissuasion aux pirates informatiques partout dans le monde et leur faire comprendre que la justice américaine ira les arrêter là où ils se trouvent. Sébastien Vachon-Desjardins est le seul pirate du groupe NetWalker à avoir été arrêté à ce jour et, selon son avocat, il n’a fourni aucune information qui permettrait d’identifier des complices.

L’avocat du département de la Justice a présenté au juge les conclusions du rapport présentenciel qui fait état d’une enfance normale, de bons parents, d’un bon travail, d'aucune difficulté financière ni d'aucun problème de toxicomanie.

Le tribunal convoquera Sébastien Vachon-Desjardins à nouveau en janvier pour discuter du partage des millions saisis entre les victimes. L’histoire du pirate de Gatineau fera l’objet d’un reportage à l’émission Enquête le jeudi 13 octobre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !