•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture du Marché Central de Sainte-Félicité

Des produits à l'épicerie.

Le Marché Central est le seul dépanneur de la municipalité. Autrement, les citoyens doivent se rendre à Grosses-Roches ou à Matane pour acheter des produits de première nécessité (photo archives).

Photo : Getty Images / fotofrog

Depuis une semaine, le Marché Central à Sainte-Félicité a rouvert ses portes après une année de fermeture permettant ainsi à la population locale de s’approvisionner facilement sans devoir prendre systématiquement la voiture.

Michel Deroy, le propriétaire du Marché Central, avait fermé son dépanneur pendant la pandémie, faute de main-d'œuvre.

On était fatigués, on était juste deux employés , explique le propriétaire qui possède le seul dépanneur, avec agence de la Société des alcools (SAQ), dans le village d’environ 1000 habitants.

Depuis un an, la population doit se rendre jusqu’à Matane ou Grosses-Roches, à plus de 15 kilomètres du village, pour pouvoir acheter des biens de première nécessité.

« La population de la plupart des villages a des enjeux de déplacement, surtout les personnes âgées qui n’ont pas toutes des voitures. Les gens sont bien contents de voir le Marché Central rouvrir.  »

— Une citation de  Michel Deroy, propriétaire du Marché Central

Au moment de cesser ses opérations, Michel Deroy tentait aussi de vendre son commerce pour qu’il devienne une coopérative.

Finalement le projet n’a pas abouti. M. Deroy explique que les délais auprès du gouvernement étaient trop longs, ce qui a découragé les partenaires intéressés. C'est alors que sans acheteur, il a décidé de fermer ses portes.

Sainte-Félicité, dans la Matanie

Sainte-Félicité, dans la Matanie

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Ce ne sont pas toutes les épiceries de proximité qui peuvent renaître comme celle de Michel Deroy. Beaucoup d’entre elles ont cessé leurs activités dans la péninsule, faute de rentabilité, notamment en Haute-Gaspésie et dans la Côte-de-Gaspé.

C'est le cas de l'Intermarché de Cap-Chat qui a fermé en 2019 après 55 années d’existence.

L'épicerie Chez Maujo de Petit-Cap, près de Rivière-au-Renard, et celle de Saint-Majorique ont à leur tour cessé leurs activités.

Au cours des derniers jours, le dépanneur de Cap-aux-Os a aussi mis la clef sous la porte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !