•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction et congestion à Toronto : délaisser sa voiture pour s’en sortir

Un chantier de construction à l'intersection des rues Bathurst et Lakeshore Ouest. Des cônes sillonnent la rue et une voie de la rue Bathurst est fermée à la circulation.

De nombreux chantiers sont en vigueur au centre-ville de Toronto ce qui peut causer bien des maux de têtes aux automobilistes.

Photo : Radio-Canada

Alors que les chantiers de construction se multiplient et que la congestion se fait ressentir au centre-ville de Toronto, certains estiment que la meilleure solution pour les automobilistes serait de simplement délaisser la voiture.

C’est frustrant, très frustrant [pour les automobilistes], admet l’urbaniste et architecte Ken Greenberg.

Selon la Ville de Toronto, il y a effectivement plus de chantiers dans le centre-ville de la métropole cette année comparativement aux années précédentes.

Une porte-parole de la Ville indique que la situation est notamment due à l’investissement majeur dans le développement privé, comme les nouveaux condominiums, l'expansion du transport en commun, comme la ligne Ontario, et de la construction permanente (infrastructure).

Des données de la Ville révèlent d’ailleurs que la congestion routière revient à des niveaux prépandémiques.

Avant la pandémie, en période de pointe (entre 8 et 9 h), le trajet des automobilistes vers le centre-ville de Toronto prenait 60 % plus de temps qu'en période de circulation fluide. Le trajet du retour, quant à lui, prenait deux fois plus de temps. Les deux années suivantes, les retards ont nettement diminué lors des heures de pointe.

L'achalandage sur les routes a maintenant repris de plus belle. À titre d'exemple, pendant la semaine du 26 septembre, les déplacements au centre-ville ont pris 41 % plus de temps à l'heure de pointe du matin qu'en période de circulation fluide. Un scénario semblable se répète entre 17 h et 18 h alors que le trajet prend presque deux fois plus de temps qu'en période de circulation fluide.

Un genre d'achalandage bien enraciné selon Ken Greenberg, tandis que de plus en plus de gens viennent s’installer dans la métropole.

D’ici 2041, on va ajouter des centaines de milliers de personnes dans le centre de Toronto, prévient Ken Greenberg. Même dans le Grand Toronto, on va doubler la population d’ici peu.

Il indique cependant que la Municipalité ne pourra pas construire de nouvelles rues pour accommoder cette population grandissante.

« Alors ce qu’il faut, c’est la transformation des voiries : beaucoup plus d’investissements dans le transport en commun [ou encore] un réseau de pistes cyclables dans toute la ville. »

— Une citation de  Ken Greenberg, urbaniste et architecte

Ken Greenberg croit que la Ville pourrait inciter les citoyens à changer leurs habitudes plus rapidement avec la mise en place d’initiatives semblables au projet pilote de la rue King.

Ça a permis aux tramways d’aller plus vite [...] En même temps, c’est devenu très important pour les commerçants, parce qu’ils ont plus de piétons, plus de vie active sur les trottoirs, souligne l’urbaniste.

Transports et campagne municipale

Le candidat à la mairie de Toronto, Gil Penalosa, croit lui aussi qu'un changement d'habitudes est nécessaire.

Il faut encourager plus de citoyens à utiliser des modes de transport durable, en priorisant avant tout la marche, soutient-il.

Gil Penalosa voudrait également mettre en place divers programmes pour accélérer le service de transport en commun et le rendre plus abordable pour encourager les Torontois à l’utiliser régulièrement.

Il dit par exemple qu’il faudrait faire en sorte que les tramways puissent avoir le feu vert dès qu’ils arrivent à une intersection. Ainsi, soutient-il, les tramways seraient 30 % plus rapides.

Une porte-parole du maire sortant, John Tory, rappelle pour sa part que la congestion est notamment due aux projets de logements et transports dont la ville avait grandement besoin.

Elle ajoute que le maire s’est engagé à gérer la congestion, les travaux et les délais engendrés , mais qu’il reste encore du travail à faire.

Ainsi, dit-elle, s’il est réélu le 24 octobre, John Tory continuera son travail dans ce sens avec le conseil municipal, et s’assurera notamment que le projet d'expansion du métro ainsi que les autres projets de transport seront bel et bien construits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !