•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Furey fait le point sur les travaux de nettoyage après le passage de Fiona

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey lors d'un point de presse.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, le 4 octobre 2022.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les autorités de Terre-Neuve-et-Labrador signalent que les travaux de réparation à la suite du passage de la tempête post-tropicale Fiona suivent leur cours, dans la province. Le premier ministre Andrew Furey tient à rassurer les sinistrés que de l’aide est disponible, à court et à long terme.

En plus de continuer les efforts de nettoyage sur la côte sud-ouest, les autorités s’activent à aider les sinistrés à trouver des logements temporaires et à mettre en place un plan à long terme pour la reconstruction des maisons.

Andrew Furey a indiqué lundi que 805 foyers de la province se sont enregistrés avec la Croix-Rouge canadienne pour recevoir de l’aide, ce qui équivaut à plus de mille personnes.

La Croix-Rouge canadienne a commencé à distribuer des enveloppes aux sinistrés, soit un montant de 1000 $ à ceux dont la maison a subi des dommages, et 10 000 $ à ceux qui ne peuvent plus avoir accès à leur maison.

Un total de 260 maisons de la province ont été endommagées par la tempête. Des évaluations de leurs structures doivent être terminées en fin de journée, mardi, afin de déterminer quels propriétaires peuvent regagner leur demeure en toute sécurité.

Lundi, le maire de Channel-Port aux Basques, Brian Button, signalait qu’environ 100 maisons de la communauté ont été complètement détruites et ne sont plus habitables.

Un total de 48 ménages logent temporairement dans des chambres d’hôtel de la région.

Un nouveau refuge d’urgence a été mis en place par la Croix-Rouge canadienne pour les sinistrés de Channel-Port aux Basques, lundi soir, à l’Église anglicane Saint-James.

Assurances et aide financière aux sinistrés

Le gouvernement Furey a annoncé la semaine dernière un fonds provincial de 30 millions de dollars pour les résidents touchés par la tempête post-tropicale Fiona.

Par ailleurs, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé mardi matin qu’un fonds de 300 millions de dollars était maintenant offert par son gouvernement pour aider les quatre provinces de l’Atlantique à se relever du passage de Fiona.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Andrew Furey et le premier ministre du Canada Justin Trudeau constatent l'ampleur des dommages causés par la tempête post-tropicale Fiona à Port aux Basques, à Terre-Neuve, le mercredi 28 septembre.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Andrew Furey et le premier ministre du Canada Justin Trudeau constatent l'ampleur des dommages causés par la tempête post-tropicale Fiona à Port aux Basques, à Terre-Neuve.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le ministre de l’Énergie de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Parsons, explique qu’il existe une vive frustration des sinistrés sur le terrain, car ils ont réalisé que leurs assurances ne les dédommageraient pas pour les dégâts causés par la tempête.

Quand vous êtes dans une situation où vous voyez votre maison endommagée et que vous vous demandez comment vous allez payer pour tout cela, car vous n’êtes pas assuré ou bien que vos assurances ne couvrent pas les dommages, c’est là qu’il est important d’avoir un programme provincial en place pour vous aider à vous remettre sur pied, a ajouté Andrew Furey, mardi.

« Ma plus grande préoccupation est qu’il y a des gens sans maison. C’est ce qui m’inquiète. »

— Une citation de  Andrew Furey, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Le premier ministre confirme que la province compte avoir des conversations avec les compagnies d’assurances pour discuter des conséquences de la tempête, mais que pour le moment, la priorité du gouvernement est de s’assurer que les sinistrés soient en sécurité et récupère rapidement un logement.

Le ministre des Affaires gouvernementales, Dominic LeBlanc, avait également mentionné le week-end dernier que le fonctionnement actuel des assurances privées n’était plus compatible avec les réalités climatiques de 2022.

Le fédéral travaille sur un programme national d’assurances contre les inondations dans l’espoir de se préparer aux répercussions des changements climatiques et de s’y adapter.

Reconstruire intelligemment

L’enveloppe provinciale de 30 millions de dollars du gouvernement d'Andrew Furey servira principalement à rebâtir des maisons de la même valeur que celles perdues par les propriétaires sinistrés.

À Channel-Port aux Basques, un plan de réaménagement a déjà été monté par la municipalité pour envisager la zone où pourraient être construites ces nouvelles demeures.

La reconstruction des maisons et des infrastructures endommagées de la province doit tenir compte des changements climatiques, indique néanmoins Andrew Furey.

Un comité sera monté par la province dans les prochains jours pour envisager les meilleures façons de faire, en prenant en compte des risques à long terme.

Le ministre de la Sécurité publique,  John Hogan, le ministre de l’Énergie, Andrew Parsons, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey et le ministre des Transports et des Infrastructures, Elvis Loveless lors d'un point de presse.

De gauche à droite : le ministre de la Sécurité publique, John Hogan, le ministre de l’Énergie, Andrew Parsons, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey et le ministre des Transports et des Infrastructures, Elvis Loveless, le 4 octobre 2022.

Photo : Radio-Canada

Nous avons des conversations proactives avec les municipalités pour avoir leur avis. Les [risques liés aux] infrastructures côtières, c’est une réalité qu’il faut prendre en compte, a ajouté de son côté le ministre des Transports et des Infrastructures, Elvis Loveless.

Les autorités continuent d’évaluer les infrastructures municipales afin de voir comment celles-ci pourraient être améliorées pour faire face aux futures intempéries potentielles.

Andrew Furey a indiqué que plusieurs résidents se posent des questions sur le processus des travaux de reconstruction, mais promet que le gouvernement y travaille d’arrache-pied.

Rassurez-vous, nous sommes là pour nous assurer que la communauté sera rebâtie en mieux et qu’elle sera plus forte, dit-il.

S’éloigner des zones de travaux

Les militaires des Forces armées canadiennes sont toujours sur la côte sud-ouest de la province pour aider aux efforts de nettoyage et pour assister les résidents dans le besoin.

Andrew Furey dit reconnaître qu’il y a des dommages significatifs et des débris dans certaines zones de la province où la présence des militaires n’est pas encore enregistrée.

Il a eu des conversations lundi avec le fédéral afin de réitérer le besoin d’étendre les zones de nettoyage. Par exemple, il y a d’importants débris marins le long de la côte qui pourrait potentiellement poser un risque.

Néanmoins, Andrew Parsons, déclare que les travailleurs sur le terrain travaillent d’arrache-pied pour nettoyer la zone le plus rapidement possible. La vitesse à laquelle ils s’activent, c’est du jamais vu, affirme-t-il.

Des secouristes fouillent les débris d'une maison.

Des dégâts causés par la tempête Fiona à Channel-Port aux Basques, à Terre-Neuve. Des secouristes cherchaient une femme portée disparue. Les autorités ont annoncé le 25 septembre que son corps avait été retrouvé.

Photo : Radio-Canada / Malone Mullin

Les autorités ajoutent que le travail en cours sur les routes endommagées par les intempéries à Terre-Neuve-et-Labrador se passe très bien.

Je suis heureux de dire que toutes les routes sont maintenant accessibles et des travaux sont faits dans différentes communautés afin de s’assurer qu’elles demeurent ouvertes, a dit Andrew Furey, mardi.

Elvis Loveless rappelle pour sa part aux gens de rester à la maison pendant que les travaux continuent d’être effectués. Les équipes doivent faire leur travail. Nous savons que les gens sont impatients de voir les résultats, mais on leur demande de ne pas se déplacer sur les lieux, dit-il.

Andrew Furey ajoute qu’il est normal d’avoir envie de s’y déplacer, mais qu’il est important pour l’instant de ne pas le faire.

Andrew Parsons souligne que la forte présence de personnes dans la région complique les efforts des travailleurs sur place et ajoute des niveaux de risques de sécurité.

S’il vous plaît, dites à tout le monde qu’il ne s’agit pas d’un lieu touristique, lui aurait dit le maire de Channel-Port aux Basques, Brian Button, peu avant la conférence de presse de mardi.

Avec des renseignements de Pascale Savoie-Brideau et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !