•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre députés caquistes en Outaouais : quels impacts sur les grands thèmes électoraux?

Les candidats de la CAQ en Outaouais posent pour une photo : Corinne Canuel-Jolicœur, Robert Bussière, Mathieu Lacombe, Mathieu Lévesque et Suzanne Tremblay.

Quatre des cinq candidats de la CAQ en Outaouais siégeront à l'Assemblée nationale (archives).

Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Grande gagnante de la soirée électorale québécoise, la Coalition avenir Québec (CAQ) compte désormais quatre députés en Outaouais avec l'ajout de Suzanne Tremblay dans Hull. Des acteurs des secteurs de la santé, de l'environnement, de l'éducation, du travail social et de l'économie se prononcent sur les impacts que ces résultats devraient avoir dans la région au cours des quatre prochaines années.

Santé

Tout au long de la campagne électorale, plusieurs résidents de la région ont affirmé que l'état du système de santé est la question qui les préoccupe le plus. La CAQ a entamé un long processus pour la construction d'un nouvel hôpital au centre-ville de Gatineau, mais les travailleurs du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais dénoncent le manque de mesures pour atténuer la pénurie de main-d'œuvre à court terme.

La pénurie ne fait que s'aggraver : il y a de plus en plus de départs. On a moins d'effectifs dans les unités de soins, donc plus de lits fermés. Les répercussions sont le temps d'attente dans les urgences et la surcharge de travail qui s'accumule pour les professionnelles en soins, explique Karine D'Auteuil, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO).

Mme D'Auteuil espère que le statut particulier de l'Outaouais se traduira par davantage de mesures concrètes pour épauler les travailleuses qu'elle représente au cours de ce nouveau mandat. Selon elle, il est impératif que le ministre sortant Mathieu Lacombe s'engage personnellement dans ce dossier.

Ça fait plus d'un an qu'il promet des primes permanentes en Outaouais. Il a admis que l'Outaouais a été négligé trop longtemps et qu'il fallait remédier à ça. On espère qu'il n'attendra pas 10 ans ou que le nouvel hôpital arrive pour diminuer la pénurie, précise la présidente du SPSO.

Environnement

Le thème de l'environnement semble gagner en importance d'un scrutin à l'autre, mais il est clair qu'il n'a pas vraiment influencé le résultat de celui-ci, selon le Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO). Aux yeux de cet organisme, le Parti québécois et Québec solidaire proposaient les deux meilleurs plans d'action pour faire face aux changements climatiques.

Le directeur général du CREDDO, Benoit Delage, a pour priorité absolue de revoir la fiscalité municipale afin que les villes puissent mettre en œuvre des mesures adaptées à l'urgence climatique.

Il doit y avoir une plus grande écoute auprès des organismes en environnement et des citoyens pour pouvoir rassurer les gens, estime-t-il.

Portrait d'un homme dans un secteur résidentiel.

Benoit Delage, directeur général du Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

M. Delage rappelle également que la CAQ est la seule formation politique qui ne s'était pas engagée à instaurer un moratoire sur le développement minier.

Les gens dans la MRC de Papineau demandent un moratoire sur les claims miniers. Il va falloir une discussion à ce sujet-là avec le gouvernement pour privilégier leur qualité de vie et la protection des milieux naturels, souligne le directeur général du CREDDO.

Éducation

Au cours des six dernières années, Suzanne Tremblay a été présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO). Ses anciens collègues espèrent que son désir d'améliorer les conditions de travail dans le secteur de l'éducation ne sera pas amoindri par son changement d'équipe pour rejoindre celle de M. Legault.

Suzanne Tremblay a toujours défendu les enseignants, donc on souhaite qu'elle puisse être leur voix au sein du gouvernement, déclare Nathalie Gauthier, présidente par intérim du SEO.

Malgré tout, l'éducation a eu un peu de misère à se faire une place de choix durant les nombreux débats des dernières semaines, selon certains observateurs du milieu. Les enseignants et les employés de soutien dans les écoles ne savent donc pas trop à quoi s'attendre.

On est préoccupés du fait que c'est un gouvernement qui est très très majoritaire. On est à l'aube d'une négociation, donc c'est sûr qu'on a des inquiétudes à savoir s'ils vont être à l'écoute, reconnaît Mme Gauthier.

Logement

Chose certaine, l'Outaouais est durement frappé par la crise du logement. Un nombre impressionnant de familles sont toujours sans logis à Gatineau et le portrait n'est guère plus reluisant à l'échelle provinciale.

On est inquiets par rapport à l'avenir, parce que malgré les pressions énormes faites par l'ensemble des organismes de logement et de lutte contre l'itinérance, on n'a toujours pas eu d'engagements fermes pour lutter contre la crise du logement, déplore François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe.

« En matière de logements abordables, seulement pour Gatineau, on aurait besoin de ce que la CAQ promet dans tout le Québec. »

— Une citation de  François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe
François Roy en entrevue.

François Roy souligne que des milliers de familles sont à risque d'itinérance à Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

M. Roy rappelle que moins de 50 % des Québécois ont voté pour un candidat caquiste. Il espère donc que le gouvernement de François Legault sera également à l'écoute pour répondre aux besoins des citoyens dans une situation financière plus difficile.

Économie

Selon le président de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), Stéphane Bisson, chacun des thèmes précédents a un impact significatif sur l'économie de la région. Les priorités de l'organisme sont donc plutôt similaires à celles des autres principaux acteurs de l'Outaouais.

On a des préoccupations importantes au chapitre de la santé, de l'abordabilité de l'habitation, du coût de l'étalement urbain et des changements climatiques. Tout ça, c'est un cocktail qui peut être inquiétant pour les entrepreneurs quand vient le temps de faire de gros investissements, précise M. Bisson.

La CCG souhaite également rendre la région plus attrayante, tant pour les touristes que pour les citoyens qui y résident. Le futur centre des congrès de 50 millions de dollars promis par la CAQ devrait y contribuer, de l'avis de M. Bisson.

Notre objectif est d'avoir des conditions gagnantes pour les entreprises et d'accompagner la population dans l'épanouissement de la richesse collective qu'on souhaite établir dans la région, conclut-il.

Avec les infirmations de Catherine Morasse, de Rémi Authier et de Mohamed Tiéné

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !