•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Répression en Iran : après Washington, l’UE souhaite de nouvelles sanctions

Manifestation à Téhéran.

Des manifestants dans les rues de la capitale Téhéran quelques jours après la mort de Mahsa Amini en garde à vue.

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

À l'instar des nouvelles sanctions annoncées par Washington, l'Union européenne (UE) a indiqué mardi examiner des « mesures restrictives » pour sanctionner la répression meurtrière des manifestations en Iran, déclenchées par la mort de Mahsa Amini il y a plus de deux semaines.

Au moins 92 personnes ont été tuées en Iran depuis le 16 septembre, selon l'ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, tandis que les autorités avancent un bilan d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité. Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées.

Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

Sa mort a déclenché une vague de manifestations en Iran et des rassemblements de solidarité avec les femmes iraniennes à travers le monde.

Après le Canada et les États-Unis, l'Union européenne (UE) a dit mardi vouloir sanctionner par des mesures restrictives le meurtre de Mahsa Amini et la façon dont les forces de sécurité iraniennes ont réagi aux manifestations.

« Avec les États membres, nous continuerons à examiner toutes les options à notre disposition, y compris des mesures restrictives. »

— Une citation de  Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne

La France avait auparavant indiqué travailler au sein de l'UE en vue de geler des avoirs et d'interdire à des responsables iraniens de voyager.

Une manifestante brandit un portrait de Mahsa Amini.

Une manifestante brandit un portrait de Mahsa Amini.

Photo : Getty Images / AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Washington continue de serrer la vis

Lundi, la Maison-Blanche a annoncé de nouvelles sanctions contre Téhéran, qui a réagi en fustigeant l'hypocrisie du président américain Joe Biden.

Cette semaine, les États-Unis vont imposer des coûts supplémentaires aux auteurs de violences contre des manifestants pacifiques, a précisé M. Biden. Nous continuerons à demander des comptes aux responsables iraniens et à soutenir le droit des Iraniens à manifester librement.

M. Biden n'a donné aucune indication sur les mesures envisagées contre l'Iran, déjà visé par de lourdes sanctions économiques américaines en grande partie liées à son programme nucléaire controversé, qui fait d'ailleurs l'objet de négociations entre Téhéran et des puissances occidentales.

Il aurait mieux fallu pour Joe Biden de réfléchir un tant soit peu au bilan de son pays en matière de droits de la personne avant de parler de la situation humanitaire [en Iran], même si l'hypocrisie ne requiert pas de profondes réflexions, a répliqué mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani, sur Instagram.

Le président américain devrait plutôt s'inquiéter des [conséquences des] nombreuses sanctions [...] contre la nation iranienne, qui représentent clairement un exemple de crime contre l'humanité, a-t-il ajouté.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'en était déjà pris à Washington lundi, l'accusant avec Israël – autre ennemi juré – d'avoir fomenté le mouvement de contestation, le plus important depuis celui de 2019 contre la hausse des prix de l'essence.

Je dis clairement que ces émeutes et l'insécurité sont l'œuvre des États-Unis, du régime sioniste [Israël, NDLR] usurpateur, leurs mercenaires et certains Iraniens traîtres qui les ont aidés à l'étranger, avait déclaré l'ayatollah.

Mardi, le procureur général de Téhéran Ali Salehi a annoncé la libération de 400 détenus, qui se sont engagés à ne pas répéter leurs actions, a-t-il dit à l'agence de presse Irna.

D'après lui, ces prisonniers ont agi d'après leurs émotions et sont désormais conscients de leurs actions.

Au contraire, pour les émeutiers qui ont agi contre la sécurité nationale et ont troublé l'ordre et la sécurité du peuple, il y aura une action en justice décisive et sérieuse, sans clémence, a-t-il promis.

Le chanteur Shervin Hajipour, arrêté après que sa chanson en faveur des manifestations est devenue virale, a été libéré sous caution, a annoncé plus tôt un procureur iranien.

Manifestante retrouvée morte

D'après des informations de la BBC en persan et du média Iran Wire, les autorités ont enterré lundi le corps d'une manifestante, Nika Shahkarami, 16 ans, qui avait disparu à Téhéran le 20 septembre.

Elle a été inhumée secrètement pour éviter que ses funérailles ne donnent lieu à une manifestation dans son village natal de Khoramabad, proche de la frontière irakienne, ont rapporté ces sources.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un rassemblement dans une université de Téhéran a été vivement réprimé, d'après des ONG. La police antiémeute a tiré des billes d'acier et des gaz lacrymogènes contre des étudiants qui scandaient Femme, vie, liberté, Les étudiants préfèrent la mort à l'humiliation, selon l'agence iranienne Mehr.

Ailleurs dans le pays, dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), des violences avaient éclaté vendredi lors d'une manifestation déclenchée par des accusations selon lesquelles un chef de la police avait violé une adolescente.

D'après un nouveau bilan communiqué mardi par l'ONG IHR, au moins 63 personnes ont été tuées par les forces de sécurité à Zahedan, la capitale provinciale. Les autorités affirment quant à elles que cinq membres des forces iraniennes sont morts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !