•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du règne péquiste sur la Côte-Nord

Paul St-Pierre Plamondon sur scène devant une foule.

Au total, 3 candidats du PQ ont été élus à travers le Québec, dont le chef du Parti, Paul St-Pierre Plamondon (archives).

Photo : Radio-Canada / Sebastien Desrosiers

La Coalition avenir Québec (CAQ) a raflé les deux circonscriptions de la Côte-Nord, René-Lévesque et Duplessis, longtemps considérées comme des châteaux forts du Parti québécois (PQ).

Depuis 2003, c’est le Parti québécois qui représentait les électeurs de la circonscription de René-Lévesque. Lundi soir, le vent a tourné : le candidat Jeff Dufour Tremblay a été défait, en obtenant 21,17 % des voix.

« On se dit à la prochaine fois. »

— Une citation de  Jeff Dufour Tremblay, candidat défait du PQ dans René-Lévesque

Les mots du candidat rappellent la célèbre phrase prononcée par René Lévesque lui-même, en mai 1980.

Jeff Dufour Tremblay, en entrevue à la suite de sa défaite dans René-Lévesque.

Le candidat péquiste dans René-Lévesque, Jeff Dufour Tremblay, à la suite de sa défaite le 3 octobre 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Je vais être là la prochaine fois. Je peux pas confirmer à quel rôle je serai, la prochaine fois, mais pendant les quatre prochaines années, je vais travailler à ce que la voix de René-Lévesque, dans René-Lévesque, continue de résonner, dit-il.

Même scénario dans la circonscription de Duplessis, alors que le Parti québécois était au pouvoir depuis 1976 sans interruption. L’arrivée de Kateri Champagne Jourdain en tête de peloton signe la fin de 46 années de victoires électorales pour le PQ.

« C’est sûr que c’est un coup dur… On espérait grandement garder les gens de Duplessis au sein du Parti québécois. »

— Une citation de  Marilou Vanier, candidate défaite du PQ dans Duplessis
Marilou Vanier pose devant une de ses pancartes électorales.

La candidate pour le PQ dans Duplessis (archives)

Photo : Radio-Canada / Lambert Gagné-Coulombe

Pour Marilou Vanier, la défaite d’hier soir est signe que les gens ont souhaité voir du changement. Par contre, pour celle qui est arrivée en seconde place avec 24,90 % des voix, il reste toujours une base forte dans Duplessis. Elle garde donc espoir de pouvoir revenir en force dans quatre ans.

Des causes multifactorielles

En tout et partout, le Parti québécois obtient trois sièges à l’Assemblée nationale, et 14,60 % des votes. Ce résultat est son pire score en 50 ans d’histoire. Lors de l’élection de 2018, le PQ avait remporté 10 sièges, dont plusieurs dans l’Est-du-Québec.

Selon la professeure en science politique au Cégep de Baie-Comeau Lysandre St-Pierre, la situation s’explique de plusieurs façons. Pour elle, deux raisons ressortent tout de même du lot.

D'abord, ce résultat s’explique par le fait que les candidats de la CAQ, Yves Montigny et Kateri Champagne Jourdain, soient bien ancrés dans le milieu, très éloquents, proches des électeurs et aient fait beaucoup de terrain. Lysandre St-Pierre ajoute aussi que, dans Duplessis, les élections de 2018 avaient déjà fragilisé le PQ. Seulement 127 voix séparaient alors le PQ et la CAQ.

« On pouvait déjà le voir venir. Le gouvernement partait avec une grosse longueur d’avance. »

— Une citation de  Lysandre St-Pierre, enseignante en science politique au Cégep de Baie-Comeau

Ensuite, le discours dans les médias qui porte sur le fait que le PQ est mort… Disons que c’est comme les chroniques d’une mort annoncée, souligne-t-elle. À ses yeux, il est important pour certains électeurs d’être du côté du parti qui gagne, du côté du pouvoir.

En somme, Lysandre St-Pierre explique que le PQ n’a pas été capable de faire percer les votes, malgré plusieurs châteaux forts. C’est une question de concentration de votes, conclut-elle.

Un Québec aux teintes azur

Avec 40,97 % des voix, la Coalition avenir Québec a obtenu un total de 72 % des sièges à l’Assemblée nationale. À l’échelle de la province, le taux de participation est de 66,05 %.

Une carte représentant l'ampleur de la vague caquiste sur le Québec

Le CAQ a obtenu 90 sièges à l'Assemblée nationale lors de l'élection du 3 octobre 2022 (archives).

Photo : Radio-Canada

Résultat dans René-Lévesque

Élu : Yves Montigny (CAQ)

Résultat : 58,92%, avec 11 377 votes

Taux de participation : 59,94%

Résultat dans Duplessis

Élue : Kateri Champagne Jourdain (CAQ)

Résultat : 45,21%, avec 8 711 votes

Taux de participation : 52,68%

La dernière fois qu’un parti a obtenu un résultat aussi élevé en nombre de sièges lors d'une élection provinciale, c’est en 1989, sous Robert Bourassa. Et c’est la première fois dans l'histoire du Québec que le Salon bleu accueillera autant de femmes.

La première session parlementaire de la 43e législature devrait s’ouvrir le mardi 15 novembre prochain, une fois que le processus d'assermentation des députés et des ministres sera terminé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !