•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première école publique élémentaire francophone voit le jour à Thunder Bay

Pancarte de la nouvelle école.

Le conseil scolaire a rassemblé le public pour une conférence de presse mardi matin.

Photo : CBC/Matt Vis

Chris St-Pierre

Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario (CSPGNO) compte enfin une première école à Thunder Bay. La nouvelle école élémentaire, qui se trouve dans les anciens locaux de l’École Edgewater Public School, accueillera ses premiers élèves en septembre 2023.

Cette école, la quatrième du conseil scolaire dans le Nord-Ouest de la province, offrira une éducation de la maternelle à la 8e année.

C’est un rêve longtemps attendu, affirme dans un communiqué Anne-Marie Gélineault, présidente du CSPGNO. Aujourd’hui, à Thunder Bay, nous posons un geste concret qui démontre l’engagement que nous avons envers nos familles, l’éducation et l’avenir des enfants.

Ça fait plus de 10 ans que le CSPGNO cherche à s’installer à Thunder Bay. C’est finalement grâce à la vente de l’édifice de l’ancienne école Edgewater Public School, du conseil scolaire anglophone du district de Lakehead, que le Conseil a pu avoir pignon sur rue.

La façade de la nouvelle école de Thunder Bay.

L'école sera située au 511 avenue Victoria Ouest à Thunder Bay.

Photo : Google Streetview

« Nous avons une responsabilité envers les familles francophones qui désirent éduquer leurs enfants dans un milieu scolaire public où la langue, l’ouverture d’esprit et les valeurs humaines occupent une place de première importance. »

— Une citation de  Anne-Marie Gélineault, présidente du Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario

Cependant, l’école devra subir des rénovations avant sa première rentrée scolaire afin d’améliorer ses installations. Ces travaux permettront notamment de moderniser les salles de classe, un bureau et l’aire de réception.

Le Conseil procédera également à l’embauche d’une direction d’école afin d’avoir en place un personnel des plus qualifiés pour la rentrée, ajoute le directeur de l’éducation, Sébastien Fontaine.

Opération séduction

L’école aura une capacité maximale de 250 enfants. M. Fontaine indique que les familles souhaitant s’informer davantage sont invitées à une rencontre communautaire qui aura lieu le 9 novembre.

Thunder Bay est une grande ville, souligne-t-il. L’ajout de notre école publique de langue française va offrir plus d’opportunités aux parents qui veulent offrir une éducation de langue française à leurs enfants.

Une photo de Sébastien Fontaine.

Sébastien Fontaine est directeur de l'éducation du CSPGNO.

Photo : Conseil scolaire publique du Grand Nord de l'Ontario

Selon lui, c’est difficile de déterminer combien d’élèves seront ici l’année prochaine, mais la rencontre communautaire sera une bonne façon d’évaluer l’intérêt des familles et de prendre connaissance de leurs besoins.

Annik Legros, mère d’une petite fille de 18 mois, se prépare déjà pour la première rentrée scolaire de son enfant.

Avoir une autre école dans le sud de la ville, ça va être bénéfique, dit-elle

En raison de la distance, plusieurs familles du quartier sud envoient leurs enfants dans des programmes d’immersion plutôt qu’à la seule autre école élémentaire francophone de la ville, située à environ 20 minutes en voiture dans le quartier nord.

C’est sûr que je vais participer, même si ma fille ne commencera pas avant 2025, affirme Mme Legros. Elle espère qu’une garderie fera partie des services offerts par l’école dans quelques années.

Recrutement du personnel

Cette défection des francophones vers les écoles anglaises se produit aussi chez le personnel.

Les employés qui travaillent dans des programmes d’immersion sont souvent aptes et qualifiés à enseigner dans nos écoles francophones, selon la présidente de l’Association des enseignants et enseignantes franco-ontariens, Anne Vinet-Roy.

Si on peut récupérer des gens et des élèves pour qu’on puisse travailler davantage sur la continuité de l’éducation de langue française en milieu minoritaire, on est d’accord avec ça.

Elle estime que la nouvelle école devra être créative pour recruter ses employés.

Recruter du personnel enseignant qualifié est un défi partout dans la province de l’Ontario, concède M. Fontaine. Mais on finit toujours par trouver du personnel qui est engagé, motivé et qui veut s’assurer du bien-être de nos élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !