•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les taux d’intérêt freinent un projet de résidences à l’Université Laval

Maquette du futur pavillon de résidences de l'Université Laval.

Le temps presse si l'Université Laval veut livrer son nouveau pavillon de résidences en 2023, comme prévu initialement.

Photo : CCM2 Architectes

L'Université Laval est encore une fois forcée d'annuler un appel d'offres pour la construction d'un nouveau pavillon de quelque 200 résidences universitaires, le premier en 50 ans.

C'est donc dire que le budget autorisé par le conseil d'administration, s'avère insuffisant pour une seconde fois face à l'épreuve du marché. À sa première tentative, l'Université Laval était prête à débourser 40 millions de dollars. Le montant est passé à 50 millions de dollars, ce qui n'a pas suffi non plus.

L'institution parle d'une tempête parfaite pour expliquer sa décision de ne retenir aucun soumissionnaire.

Le projet de logements de l’Université doit composer avec un contexte défavorable [...] alors que se combinent une augmentation significative des coûts de construction et une soudaine et importante hausse des taux d’intérêt, écrit le porte-parole Simon La Terreur-Picard à Radio-Canada.

Depuis le début de l'année, la Banque du Canada a augmenté son taux directeur de façon substantielle pour le fixer à 3.25 %, le tout dans le but de contrer l'inflation au pays. La hausse annoncée en septembre était la cinquième en quelques mois seulement.

Diverses avenues ont été explorées afin de contrebalancer ces effets négatifs, malheureusement sans qu’une solution ait été possible à court terme afin de maintenir le prix des loyers à un niveau raisonnable, ajoute M. La Terreur-Picard.

Maquette du futur pavillon de résidences de l'Université Laval

Le centre de la vie étudiante sera public.

Photo : CCM2 Architectes

Toujours une priorité

Annoncé en 2020, le pavillon de résidences devait ouvrir ses portes en 2023. Cet échéancier est désormais incertain. Aucune date n'a été précisée pour le lancement d'un nouvel appel d'offres. L'Université Laval n'a pas non plus indiqué si elle allait bonifier le budget alloué au pavillon.

Sa construction demeure cependant une priorité, assure-t-on. Le projet constitue une orientation importante et revêt un caractère stratégique pour l’institution [...] Le projet demeure actif et l’Université continue à œuvrer à sa réalisation, poursuit le porte-parole.

« Le bien-fondé du projet, déjà bien établi, est renforcé par la présente situation de rareté et d’augmentation marquée des coûts des logements et ses effets délétères sur la viabilité financière des projets d’étude de certains étudiants. »

— Une citation de  Simon La Terreur-Picard, porte-parole à Université Laval

Le projet devait faire passer le parc de résidences du campus à 2500 logements. L'Université Laval n'a construit aucun logement depuis 1970.

Une cinquantaine d'appartements aménagés dans le nouveau pavillon seraient consacrés aux familles, avec plus d'une chambre disponible.

Elle souhaitait aussi faire table rase sur les espaces communs qui se trouvent dans la plupart de ses immeubles actuels. L'objectif était de fournir une cuisine et une salle de bain privées pour chaque logement.

Rareté dans la région

Les étudiants postsecondaires ont particulièrement de la difficulté à se loger dans la grande région de Québec.

La situation à Québec est une des plus inquiétantes pour nous parce que c’est la ville où la situation se dégrade le plus rapidement et où les loyers étudiants ont le plus augmenté en quatre ans, confiait récemment Laurent Lévesque, directeur général d’UTILE, une entreprise d'économie sociale spécialisée dans le logement étudiant.

Une enquête de l'organisation a permis d'établir que 84 % des étudiants de la grande région de Québec sont locataires. Parmi eux, 60 % consacrent plus du tiers de leur budget mensuel au logement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !