•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bons deuxièmes à Québec, les conservateurs repartent les mains vides

Le leader conservateur Éric Duhaime derrière un lutrin.

Entrevue de Bruno Savard avec Éric Duhaime au lendemain des élections.

Photo : La Presse canadienne / Bernard Brault

Après la Coalition avenir Québec (CAQ), le Parti conservateur du Québec (PCQ) est la deuxième formation à avoir récolté le plus de votes dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Malgré tout, le parti n'a pas réussi à faire élire de députés, au grand dam des militants conservateurs qui sont déçus.

Le raz-de-marée caquiste a déferlé sur la région lundi, ce qui a permis au parti de François Legault de remporter 16 des 18 circonscriptions.

Si 46 % des électeurs qui ont voté dans la grande région de Québec ont arrêté leur choix sur la CAQ, le quart d'entre eux ont voté pour le PCQ.

Dans la Capitale-Nationale, 43 % des gens qui se sont rendus aux urnes ont voté pour la CAQ.

En deuxième place, la formation politique d'Éric Duhaime a, elle, récolté 21 % de l'ensemble des votes.

C'est 5 % de plus que Québec solidaire (QS), qui a réussi à faire élire deux candidats dans la région.

En Chaudière-Appalaches, un peu moins du tiers (31 %) des votants ont noirci la case du parti d'Éric Duhaime, soit 14 % de voix de moins que le parti de François Legault.

Dans 14 des 18 circonscriptions de la région, les candidats du PCQ sont arrivés deuxièmes.

Vive déception

Les militants conservateurs ne cachent pas leur déception depuis lundi soir.

Même si on a pratiquement le même nombre de votes que le Parti libéral, eux ont 21 députés, nous on en a zéro, a déploré Éric Duhaime mardi, lors d'une entrevue avec l'animateur du Téléjournal Québec, Bruno Savard.

« Ce qui s'est passé hier soir est unique au Québec. On n'a jamais vu un parti obtenir autant de votes et être exclu de la démocratie québécoise. »

— Une citation de  Éric Duhaime, chef du PCQ

Il n'est pas le seul à critiquer le mode de scrutin actuel, que la CAQ avait promis de réformer lors de la campagne électorale de 2018.

Un homme avec des lunettes derrière un micro dans un studio de radio.

Éric Duhaime, le chef du Parti conservateur du Québec, a été défait dans la circonscription de Chauveau.

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a invité les autres chefs à s’engager à réviser le mode scrutin, invoquant une distorsion historique entre le vote populaire et le nombre de sièges obtenus.

Une colère que partage l'élu solidaire dans Jean-Lesage, Sol Zanetti, au micro de l'émission Première heure animée par Alex Boissonneault.

Je suis fâché. Vraiment. Que le Parti conservateur ait pas de sièges alors qu'ils ont 12-13 %, que le PQ en ait trois, alors qu'il aient 14-15 %...

« Moi, je crains que le gouvernement se croie tout permis avec ça. »

— Une citation de  Sol Zanetti, député solidaire dans Jean-Lesage

Avec la collaboration d'Érik Chouinard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !