•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tatoueuse de Randy Orton gagne sa bataille contre Take-Two et son jeu WWE 2K

Un homme tatoué, musclé et chauve a un air grognon devant un décor rouge.

L'artiste derrière cinq des tatouages du lutteur Randy Orton recevra une compensation financière de la part de Take-Two Interactive, qui a reproduit ses œuvres dans le jeu de lutte WWE 2K.

Photo : Take-Two Interactive

Radio-Canada

Les tatouages de la vedette de la lutte Randy Orton n’auraient pas dû être reproduits dans la série de jeux vidéo de combats WWE 2K de Take-Two Interactive sans l’autorisation de l’artiste tatoueuse, selon ce qu’a tranché un jury américain.

Catherine Alexander, qui signe les tatouages de Randy Orton, n’avait pas donné son aval pour que l’éditeur du jeu de lutte reproduise cinq de ses dessins.

Ses crânes, ses signes tribaux, son verset biblique, sa colombe et sa rose figurent sur le corps du lutteur vedette à 14 reprises à l’écran.

L’artiste tatoueuse avait été contactée par l’éditeur du jeu seulement pour utiliser l’un de ses dessins sur ses produits, contre 450 dollars américains (610 dollars canadiens), ce qu’elle avait refusé.

Un jury américain lui a donné raison, condamnant Take-Two Interactive à lui verser une compensation de 3750 dollars américains (5090 dollars canadiens) en dommages et intérêts.

D’après les documents judiciaires, l’art de Catherine Alexander était facilement reconnaissable par les fans [de Randy Orton] et le public.

Take-Two Interactive plaidait pour sa part un usage équitable des œuvres, ce qui lui permettait – selon sa croyance – de les recréer sur le corps du lutteur dans le jeu vidéo. Mais l’entreprise a été déboutée en cour : le juge a affirmé que l’authenticité du personnage était importante, et que sans ses réels tatouages, il aurait été rejeté, notamment par les fans de la World Wrestling Entertainment (WWE).

Pas un cas unique

Catherine Alexander n’est pas la seule tatoueuse qui a dû se rendre en cour pour faire valoir ses droits comme artiste du tatouage auprès de l’entreprise vidéoludique Take-Two Interactive.

LeBron James célèbre un panier réussi devant une foule en liesse.

Les tatouages de LeBron James, reproduits pour la série de jeux vidéo NBA 2K, ont aussi été au cœur d'une plainte de la part d'artistes du tatouage.

Photo : Getty Images / Gregory Shamus

En 2016, la série de jeux de sport NBA 2K, toujours de Take-Two Interactive, avait repris les tatouages de la vedette de basketball LeBron James sans l’aval des artistes les ayant créés, qui ont porté plainte.

J'ai toujours pensé que j'avais le droit d'accorder une licence pour ce à quoi je ressemble à d'autres personnes pour divers produits dérivés, des apparitions à la télévision et d'autres types de travaux créatifs, comme les jeux vidéo, avait déclaré le basketteur à l’époque.

Avec les informations de BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !