•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun libéral élu à Québec : une première depuis 1948

Dominique Anglade en compagnie de Maryse Gaudreault.

Dominique Anglade ne comptera sur aucun député dans la grande région de Québec.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Louis-Simon Lapointe

Pour la première fois depuis la refonte de la carte électorale en 1988, le Parti libéral n’a pas réussi à faire élire un seul député dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches dans une élection générale.

Dans un passé un peu plus lointain, il faut remonter aux libéraux d’Adélard Godbout de 1948 pour retracer un tel blanchissage. Maurice Duplessis et l’Union nationale avaient alors provoqué un véritable raz-de-marée dans la région.

La circonscription de Jean-Talon était le dernier bastion libéral à Québec, alors que Sébastien Proulx avait été l’unique libéral élu en 2018. L’année suivante, il annonçait quitter la politique et Joëlle Boutin de la CAQ remportait l’élection partielle.

Cette fois, la candidate du PLQ dans Jean-Talon, Julie White, n’a pu faire mieux que la 4e place, récoltant moins de 14 % des votes.

J'ai fait la meilleure des campagnes que je pouvais faire dans les circonstances, j'ai été sur le terrain et, 100 % du temps, j'ai fait une campagne positive, raconte la candidate défaite à Radio-Canada.

C'est sûr que lorsque ça fait des mois et des mois que les analystes nous donnent comme vaincus au Parti libéral, ça fait des mois qu'on dit qu'on ne sera pas l'opposition officielle, ce n'est pas le cas aujourd'hui, se réjouit-elle malgré la défaite.

« Dans cette campagne, on est partis avec le vent dans la face. »

— Une citation de  Julie White, candidate libérale défaite dans Jean-Talon

Dominique [Anglade] a fait une excellente campagne. Je pense que les gens l'ont remarquée surtout à partir du deuxième débat, ajoute-t-elle.

Selon Julie White, les libéraux devront faire un examen de conscience.

Il n'y a pas de raison valable ou pas valable d'avoir perdu, c'est le seul résultat. On va avoir des débriefings dans les prochaines semaines et des réflexions à avoir.

Reconnecter avec Québec

Quant à l’absence d’un député libéral dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches, Julie White respecte le choix des électeurs et s'attend à ce que les membres de son parti trouvent des solutions.

Ce n'est pas le scénario qu'on souhaitait [...] on devra trouver des solutions pour reconnecter avec l'électorat de la Capitale-Nationale. Le résultat à Québec n’est pas similaire à l'extérieur de Québec. Il y a des régions où l'on a beaucoup plus performé. Je pense qu'il va falloir dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, qu'on regarde tout ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !