•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suzanne Blais est réélue dans Abitibi-Ouest

Suzanne Blais prend la tête d'Hélène Desjardins dans ses mains.

Suzanne Blais célèbre sa victoire avec son attachée politique, Hélène Desjardins.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Radio-Canada

La candidate de la Coalition avenir Québec a consolidé sa position dans Abitibi-Ouest.

Celle qui l’avait emporté par à peine 194 voix en 2018 a été élue avec une nette avance pour ce deuxième mandat.

Pendant mes quatre dernières années, on se pose toujours la question, ce que je fais, est-ce que c’est correct? Est-ce que ça répond aux besoins du citoyen? Aujourd’hui je peux vous dire qu’avec ce vote-là, la réponse est concluante, se réjouit-elle.

Elle veut poursuivre les travaux sur la maison des aînés de Palmarolle et l’agrandissement de l’Hôpital d’Amos.

La victoire de Suzanne Blais a été la première confirmée au cours de la soirée. Son collègue Pierre Dufour dans Abitibi-Est s'est aussi vu confier un deuxième mandat alors que le caquiste Daniel Bernard a ravi la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue à Émilise Lessard-Therrien.

« On travaille toujours en concertation. Ce sera les trois mousquetaires. On va travailler ensemble pour développer notre territoire, mais on sait qu’on a un point en commun qui est la santé. Il faut travailler ensemble. »

— Une citation de  Suzanne Blais

Terminant au second rang, Samuel Doré du Parti québécois, ancien attaché politique de François Gendron qui avait représenté cette même circonscription pendant 42 ans, a tôt fait de reconnaître la victoire de son adversaire caquiste.

Parfois, on gagne, parfois on perd aussi. Dans ce cas-là, c'est une défaite. Je respecte la décision des électrices et des électeurs de l'Abitibi-Ouest et je félicite la députée sortante qui a gagné. Ce que j'observe, c'est que le Parti québécois a fait la meilleure campagne. Paul St-Pierre Plamondon a été découvert par les Québécois, a déclaré Samuel Doré.

Le Parti québécois a perdu de nombreuses circonscriptions dans cette élection, mais pourtant, dans les voix exprimées, le parti n’a pas fait mauvaise figure souligne Samuel Doré.

On est deuxième au niveau du vote populaire, donc on a fait une belle remontée, considère-t-il. Malheureusement, je pense qu'on a peut-être un petit peu manqué de temps ou sinon les gens ont voulu redonner une autre chance à la Coalition avenir Québec, il faut respecter le verdict des électeurs et les électrices.

Guy Bourgeois dans un local électoral du Parti Libéral.

Guy Bourgeois au tout début de la soirée électorale.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Le libéral Guy Bourgeois n’a pas été étonné de voir émerger un autre gouvernement caquiste majoritaire.

Dans l’optique où clairement on a eu un gouvernement qui a été en dehors de l’évaluation politique pendant plus de deux ans et demi. Je pense que ça n’a pas permis à la population de vraiment s’enquérir de la capacité réelle de ce gouvernement-là , explique-t-il.

Rencontré avant les résultats finaux de la circonscription d’Abitibi-Ouest, il a mentionné que la déception la plus importante va être dans la répartition des joueurs sur le territoire. Comment les régions du Québec vont venir à bout de se faire réellement reconnaître et desservir adéquatement?, a-t-il demandé.

Dans l’équipe de Québec solidaire, la déception était palpable. Le candidat défait Alexis Lapierre estime avoir réussi à atteindre davantage de personnes et mobilisé plus de bénévoles.

On est ailleurs qu’en 2018, on a mené une campagne d’envergure. Les gens vont s'attendre à des résultats de la CAQ et vont s'attendre à des actions dans le système de santé, la protection de l'environnement. Je pense que les gens veulent aussi et qu'on s'attaque à la pénurie de logements et de main-d'œuvre. Que je sois élu ou pas, je vais continuer à faire mon travail comme citoyen, je vais être sur le terrain, je vais m'impliquer pour qu'on ait des services en Abitibi-Témiscamingue, a déclaré M. Lapierre.

- Avec les informations de Martin Guindon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !