•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La NFL ou la retraite pour Antony Auclair

Auclair capte le ballon dans la zone des buts entre deux joueurs des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Reportage de Guillaume Piedboeuf sur Antony Auclair qui en profite pour se faire la main comme entraîneur avec le Rouge et Or.

Photo : Getty Images / Carmen Mandato

De retour à Québec pour soigner une blessure au genou, Antony Auclair en profite pour se faire la main comme entraîneur avec le Rouge et Or. Car le Beauceron espère poursuivre sa carrière de joueur, mais pas à tout prix.

Avec les sacrifices que j’ai faits ces dernières années et à l’âge où je suis rendu, je ne jouerais que dans la NFL, lance l’ailier rapproché de 29 ans, aux abords du terrain de football de l’Université Laval quelques minutes avant une séance d’entraînement du Rouge et Or.

Ce que j’essaie de faire ici, c’est de redonner aux plus jeunes. Ce n’est même pas un travail. J’essaie juste d’aider du mieux que je peux et, en même temps, de voir si j’aime ça, le coaching, décrit le diplômé en intervention sportive.

Antony Auclair regarde deux joueurs du Rouge et Or lors d'un exercice.

Antony Auclair ne cache pas qu'une après-carrière d'entraîneur pourrait l'intéresser.

Photo : Radio-Canada

Car Auclair en est à planifier son après-carrière. Il espère toujours retourner dans la NFL cette saison, mais seulement si la bonne opportunité se présente. Pour le reste, il est en réflexion. Sa carrière dans le circuit Goodell s’étiole et il n’est pas du genre à rester les bras croisés sans penser à son avenir.

Une ligue impitoyable

Arrivé au camp d'entraînement des Texans de Houston dans la meilleure forme de sa vie, cet été, le natif de Notre-Dame-des-Pins avait, pour la première fois de sa carrière, un contrat garanti d’un an et 1,6 million de dollars. Ce qui se rapproche le plus d’une place assurée dans une équipe de la NFL.

Mais l’impitoyable réalité de la ligue l’a vite rattrapé sous la forme d’un coéquipier lui chutant dans les jambes au troisième jour du camp d’entraînement. Blessé au ligament collatéral médial du genou, il est resté sur la touche durant les six semaines du camp d’entraînement pour finalement être retranché par les Texans. Sa place dans l’alignement est allé à un joueur en santé.

Antony et Adam Auclair rient.

Antony Auclair (droite) n'ira pas rejoindre son frère Adam dans la Ligue canadienne de football après sa carrière dans la NFL.

Photo : Radio-Canada / Pascal Ratthé

C’est une décision d'affaires que j’avais anticipé. Ils veulent des gens qui performent et, quand tu es blessé, tu ne peux pas performer, relate Antony Auclair, qui ne garde aucune rancœur envers l’organisation.

Il parle même d’un mal pour un bien lui permettant de passer l’automne près de sa famille. J’ai des parents qui sont un peu maganés, donc ça me permet de les voir un peu plus.

Mathieu Bertrand, l’éternel mentor

Puis il y a sa deuxième famille, celle du Rouge et Or. L’ailier rapproché a gardé de liens étroits son ex-entraîneur et mentor, Mathieu Bertrand. L’idée d’aller entraîner à ses côtés s’est imposée une fois de retour à Québec, où il poursuit sa réhabilitation.

Il me laisse entraîner ses centres-arrières et ses ailiers rapprochés. Que ce soit comme joueur ou comme entraîneur, il continue de m’aider dans ma carrière, salue Auclair.

Antony Auclair.

Antony Auclair à l'époque où il portait les couleurs du Rouge et Or.

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval

Malgré ses cinq saisons dans la NFL, le footballeur rappelle qu’il est une recrue comme entraîneur qui doit encore faire ses preuves. Tous les joueurs ne font pas de bons entraîneurs, pointe-t-il lui-même.

Mais Mathieu Bertrand n’est pas trop inquiet pour son protégé. Je me revois en lui quand j'ai commencé à entraîner. Tu vois la passion quand il montre quelque chose aux gars. Il va être un super bon entraîneur.

Constantin ouvre la porte

Cette transition à une carrière d’entraîneur pourrait-elle venir plus vite que prévu? Antony Auclair se donne le temps d’y penser. Il ne veut pas précipiter un retour dans la NFL avant que son genou soit à 100 %. Mais il ne veut pas non plus regretter d'avoir arrêté trop tôt.

J’aimerais au moins finir cette saison dans la NFL. Joindre une équipe qui a une chance d’aller en séries éliminatoires avec une opportunité de retourner au Superbowl, ce serait super, souhaite-t-il.

Mais si son passage avec le Rouge et Or est annonciateur de la suite des choses, fort à parier que l’équipe aura un poste plus permanent à lui offrir. S’il veut entraîner, c’est certain qu’on va essayer de faire des pieds et des mains pour l'accommoder et que ce soit gagnant pour tout le monde, lance déjà l’entraîneur-chef Glen Constantin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !