•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aretha Franklin a été espionnée pendant 40 ans par le FBI

Photo en noir et blanc d'une femme aux cheveux courts devant un mur tapissé.

Aretha Franklin dans les années 1960

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Entre 1967 et 2007, le FBI a enquêté sur Aretha Franklin pour tenter de prouver, en vain, que la chanteuse américaine était liée à des activités extrémistes ou radicales, selon un dossier du FBI obtenu par le magazine Rolling Stone.

Épais de 270 pages, le document réclamé par Rolling Stone en vertu d’une loi américaine sur le droit à l’information fait état de la suspicion que le FBI, encore dirigé par J. Edgar Hoover en 1967, a entretenue à l’égard d’Aretha Franklin, la surveillant sans relâche.

Je ne sais pas vraiment si ma mère savait qu’elle était la cible du FBI et que celui-ci la suivait, a indiqué à Rolling Stone Kecalf Franklin, un des fils de la légende de la musique soul.

Ce que je sais, c’est qu’elle n’avait absolument rien à cacher, a-t-il ajouté.

Aretha Franklin écarte les bras, un micro dans sa main droite.

Aretha Franklin lors d'un concert à New York en 2012

Photo : Getty Images / Neilson Barnard

Dans son article publié dimanche, le magazine explique que l’engagement d’Aretha Franklin au sein du mouvement pour les droits civiques et ses liens avec des figures comme Martin Luther King et Angela Davis préoccupaient le FBI.

Selon Rolling Stone, l’agence fédérale américaine a tenté, sans succès, d’établir un lien entre Aretha Franklin et l’Armée de libération des Noirs, un groupe marxiste composé en grande partie d’ex-membres des Black Panthers qui a commis des attentats et des braquages dans le but de libérer le peuple noir américain dans les années 1970.

En 40 ans de surveillance, le FBI n’aura jamais rien trouvé de compromettant sur la reine de la soul.

Connaissant ma mère et la manière dont elle gérait ses affaires, je sais qu’elle n’avait rien à cacher, que le FBI n’aurait rien pu trouver et qu’il perdait son temps, a souligné Kecalf Franklin. Et, comme vous le voyez… il n'a rien trouvé du tout.

Avec les informations de Rolling Stone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !