•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après Paul LaPolice, le Rouge et Noir veut regarder en avant

Adam Auclair et Jordan Beaulieu aux côtés de l'entraîneur-chef Paul LaPolice.

Adam Auclair (32) et Jordan Beaulieu (29) aux côtés de l'entraîneur-chef Paul LaPolice.

Photo : Rouge et Noir d'Ottawa

Le Rouge et Noir espère que le changement d’entraîneur servira d’électrochoc aux joueurs dans les prochaines semaines. L’organisation a montré la porte à Paul LaPolice en fin de semaine, après une 11e défaite en seulement 14 rencontres cette saison.

Le directeur général Shawn Buke a perdu patience après le revers de 34-19 face aux Lions de la Colombie-Britannique.

Ce n’était pas une décision facile, mais je crois que l’organisation devait aller de l’avant. J’ai été privilégié de travailler avec Paul, mais nous allons permettre à d’autres de se faire valoir dans un rôle différent, a mentionné Burke, qui a souligné que LaPolice a très bien accepté sa décision.

Même si le changement d’entraîneur est assurément un constat d’échec, le Rouge et Noir ne veut pas avoir l’air d’une équipe qui a abandonné et qui ne fournira pas les efforts nécessaires pour les prochaines semaines.

Un dirigeant d'équipe de football s'adresse aux médias devant un mur avec le logo de sa formation.

Le directeur général du Rouge et Noir, Shawn Burke

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

On ne fera pas de changement dans la formation. On ne va pas évaluer les jeunes joueurs. Nous voulons nous préparer à gagner chaque semaine. On ne contrôle pas vraiment notre destinée, mais nous pouvons mettre le meilleur produit sur le terrain d’ici la fin de la saison pour aller chercher un momentum, a précisé Burke.

Perdre notre quart arrière en début de saison n’a certainement pas aidé, mais je ne veux pas utiliser ça comme excuse, a lancé le président d’OSEG, Mark Goudie. Nous avons creusé un énorme trou depuis 2019 et nous avons de la difficulté à en sortir. Mais, la bonne personne est en place pour rebâtir et aller de l’avant, a ajouté Goudie, en parlant de son directeur général.

Le grand patron des propriétaires de la franchise a toutefois lancé un message aux partisans, dont la patience a été durement éprouvée depuis quelques années avec seulement une victoire à domicile lors des 22 dernières rencontres.

Jeremiah Masoli remet le ballon à son porteur Jackson Bennett.

Le porteur de ballon Jackson Bennett accepte la remise de Jeremiah Masoli.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Je comprends la frustration, mais, restez avec nous. Nous avons la meilleure expérience de football dans la ligue. Le football est là pour rester dans la capitale, a affirmé Goudie.

Le Rouge et Noir peut encore mathématiquement se qualifier pour les séries, mais le scénario est plus qu’improbable. Une défaite contre les Alouettes lundi prochain, allié à une victoire des Roughriders vendredi mettrait fin à la saison d’Ottawa.

Nouvelle voix, nouveau message avec Bob Dyce

Pour remplacer LaPolice, le Rouge et Noir s’est tourné vers Bob Dyce qui s’occupe des unités spéciales depuis 2016 dans la capitale. L’homme de football de 56 ans s’est rapidement assuré que son prédécesseur ne lui tenait pas rigueur de reprendre les rênes de l’équipe.

Nous nous sommes parlé très rapidement après son congédiement. On se connait depuis plus de 20 ans. Je voulais m’assurer qu’il n’y ait pas de froid entre nous deux, a raconté Dyce. 

Un entraîneur de football répond aux questions des journalistes.

Bob Dyce répond aux questions des journalistes pour la première fois comme entraîneur-chef par intérim du Rouge et Noir.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

« Si vous avez peur des défis, vous n'êtes pas dans le bon domaine. C'est la réalité pour la plupart des entraîneurs. J'ai hâte de travailler avec ces joueurs. »

— Une citation de  Bob Dyce, entraîneur-chef par intérim

Dyce ne compte pas faire de grands changements dans la formation d’ici la fin de la saison, mais il croit que sa voix pourrait permettre de changer les choses sur le terrain. Je vais partager mon message et mes attentes. Je veux que les joueurs soient imputables. J’ai déjà travaillé avec eux, ils savent à quoi s’attendre. J’ai de grandes attentes envers eux, a précisé Dyce.

« Nos standards sur les unités spéciales sont élevés depuis longtemps. J’ai hâte de voir comment il mettra son empreinte sur l’organisation. Je suis confiant que les choses iront bien dans les prochaines semaines. »

— Une citation de  Shawn Burke, directeur général

Bob Dyce a déjà vécu une situation semblable avec les Roughriders de la Saskatchewan en 2015 alors qu’il avait remplacé Corey Chamblin après neuf revers de suite. Le Manitobain n’avait guère fait mieux remportant 3 victoires en 9 rencontres pour terminer la saison.

Le nouvel entraîneur a mentionné qu’il pourrait prendre les responsabilités de coordonnateur offensif, un rôle qu’occupait Paul LaPolice avant son congédiement. Il pourrait aussi choisir de demander de l’aide de l’extérieur. Il n’avait pas encore eu le temps d’en discuter avec ses collègues et de prendre une décision au moment de rencontrer les médias.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !