•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oilers ont d’importantes décisions à prendre dans les prochains jours

Les joueurs des Oilers félicitent le gardien Stuart Skinner après une victoire à Winnipeg, le 1er octobre 2022.

On dénombre quelques luttes intéressantes au sein de la formation des Oilers.

Photo : usa today sports / James Carey Lauder

À un peu plus d’une semaine du premier match, le mercredi 12 octobre, face aux Canucks, les dirigeants des Oilers ont encore d’importantes décisions à prendre.

Il n’est pas inhabituel d’avoir à faire face à des choix, parfois difficiles, quand le camp d'entraînement tire à sa fin. Cette saison, les choix que feront les Oilers auront une saveur administrative, car l’équipe n’a pas d’espace de manœuvre en ce qui concerne sa masse salariale.

Si le directeur général, Ken Holland, ne procède pas à un échange dans les prochains jours, les Oilers pourraient être forcés d’amorcer la saison avec 21 joueurs plutôt que 23.

Cette situation n’est pas idéale, car elle signifie que les Oilers n’auraient qu’un joueur de réserve. Les équipes aiment habituellement en avoir trois, souvent deux attaquants et un défenseur.

Vingt joueurs portent l’uniforme durant un match.

Compétition à l’attaque

Malgré l’annonce, dimanche, du renvoi de huit joueurs dans la Ligue américaine, il reste encore plusieurs joueurs qui se disputent un poste au sein de l’attaque.

On sait que Connor McDavid, Leon Draisaitl, Evander Kane, Zach Hyman, Kailer Yamamoto et Ryan Nugent-Hopkins sont les six meilleurs attaquants de l’équipe.

L’entraîneur-chef, Jay Woodcroft, semble aimer la combinaison formée de Ryan McLeod, Warren Foegele et Ryan Nugent-Hopkins. S’il décide d’aller de l’avant avec ce trio pour le match d’ouverture, cela signifie qu’il y aura une ouverture au sein des 6 meilleurs, qui pourrait être comblée par Dylan Holloway ou Jesse Puljujarvi.

On peut donc possiblement parler d’une lutte au sein des six meilleurs pour un poste d’ailier.

Ryan McLeod semble avoir une place assurée au sein du troisième trio, mais ce n’est pas encor le cas de Warren Foegele, qui s’est bien ressaisi après un premier match préparatoire difficile.

Celui de Puljujarvi ou de Holloway qui n’obtient pas sa chance au sein d’un des deux premiers trios aimerait sans doute prendre la place de Foegele au sein de la troisième ligne d’attaque.

Il y a beaucoup plus de candidats pour un poste au sein du quatrième trio, où personne n’a de place garantie.

Les candidats pour les trois postes sont : Derek Ryan, Devin Shore, Mattias Janmark, Tyler Benson, Brad Malone, Jake Virtanen et celui de Foegele, Holloway et Puljujarvi qui n’aura pas réussi à se tailler une place au sein des neuf meilleurs.

Jake Virtanen a reçu un contrat d’essai professionnel avec les Oilers et, même si l’équipe l’a beaucoup utilisé lors des matchs préparatoires, il ne s’est pas particulièrement illustré. On peut donc le considérer comme étant hors de l’équation, car il serait surprenant que l’équipe lui offre un contrat de la LNH.

Derek Ryan, Devin Shore et Mattias Janmark ont tous trois un contrat à un volet, ce qui signifie que leur salaire demeure le même, peu importe s’ils jouent dans la LNH ou dans la Ligue américaine. S’ils jouent dans la Ligue américaine, une partie de leur salaire peut cependant être économisée dans le calcul de la masse salariale de l’équipe.

Malone et Benson ont des contrats à deux volets : ils toucheront donc moins d’argent s’ils évoluent avec les Condors de Bakersfield plutôt qu'avec les Oilers.

Les deux joueurs ont connu un bon camp, particulièrement Brad Malone, qui amène de la robustesse, ce qui est un peu absent du jeu des Oilers.

Deux luttes en défense

Il existe deux luttes en défense : une pour un poste au sein de la troisième paire de défenseurs et un comme septième défenseur.

Dans les faits, les décisions sur ces deux positions sont probablement déjà prises.

Philip Broberg, Markus Niemelainen et Dmitri Samorukov tentent d’obtenir le poste au sein de la troisième paire, alors que Ryan Murray et Jason Demers veulent le poste de septième arrière.

Comme son salaire est moindre et qu’il n’a pas besoin de passer par le ballotage, Markus Niemelainen n’amorcera pas la campagne avec les Oilers. Pourtant, il est celui des trois qui connaît le meilleur camp.

Philip Broberg amorcera la saison avec les Oilers, mais il pourrait rapidement être envoyé dans la Ligue américaine s’il ne répond pas aux attentes.

Lors d’une saison normale, les Oilers seraient sans doute tentés de garder Dmitri Samorukov comme huitième défenseur, car ils risquent de le perdre au ballotage, mais, cette année, c’est sans doute un risque qu’ils devront prendre.

Ryan Murray, qui a un contrat en poche et qui connaît un bon camp, semble avoir une longueur d’avance sur Jason Demers, qui a obtenu un contrat d’essai professionnel avec les Oilers et qui tente de faire un retour dans la LNH.

La liste des blessés à long terme

Sans entrer dans les détails de la convention collective entre les joueurs et la LNH, quand une équipe utilise la liste des blessés à long terme, comme le font les Oilers avec Mike Smith et Oscar Klefbom, elle a avantage à avoir la masse salariale la plus élevée possible à l’ouverture de la saison.

C’est pour cette raison que, quoi qu’il arrive, Dylan Holloway et Philip Broberg amorceront la saison avec les Oilers. Les contrats de ces deux joueurs sont assortis de primes de performance dont il faut tenir compte dans le calcul de la masse salariale, ce qui augmente celle-ci.

Une fois la saison amorcée, les deux joueurs pourront être envoyés dans la Ligue américaine et pourront être rappelés plus tard durant la saison.

S’ils n’amorçaient pas la campagne au sein de l’équipe, il serait plus difficile de les rappeler durant la saison.

Les meilleurs joueurs au camp ne seront donc peut-être pas en uniforme lors du premier match de la saison, mais devraient faire leur chemin pour se retrouver au sein de la formation des Oilers à un moment ou un autre durant la saison.

Si le DG Ken Holland décide d’échanger un joueur comme Jesse Puljujarvi, Warren Foegele ou Tyson Barrie, il pourra faire un peu de place au sein de sa masse salariale et respirer un peu mieux pour le reste de la saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !