•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réserve de parc national Nahanni, aux T.N.-O., cogérée par les Dénés Nahʔą Dehé

Une montagne avec une rivière.

La réserve de parc national Nahanni sera gérée conjointement par Parcs Canada, la Première Nation des Dénés Nahʔą Dehé et les Premières Nations du Dehcho.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Le 30 septembre la Première Nation des Dénés Nahʔą Dehé et les Premières Nations du Dehcho, aux Territoires du Nord-Ouest, ont signé une entente de gouvernance partagée de la réserve de parc national Nahanni avec Parcs Canada. Un moment historique pour la communauté de Nahanni Butte, qui attendait ce jour depuis très longtemps.

D’aussi loin qu’elle s'en souvienne, Jayne Konisenta, membre de l’équipe de négociation pour la Première Nation des Dénés Nahʔą Dehé, se souvient que les aînés de sa communauté parlaient de l’importance de Nahanni, territoire traditionnel de la Première Nation, logé au cœur des monts du Mackenzie.

Jayne Konisenta souriante devant une montagne à Nahanni Butte le 30 septembre 2022.

La conseillère et membre de la Première Nation dénée Nahʔą Dehé, Jayne Konisenta, a participé aux négociations avec Parcs Canada qui ont mené à la signature de l'entente sur la gouvernance partagée de la réserve de parc national Nahanni le 30 septembre 2022, à Nahanni Butte.

Photo : Radio-Canada / Jenna Dulewich

Son peuple occupe et protège ce territoire depuis des générations. L’entente Ndahecho Gondié Ghaadé, signée lors de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, signifie respecter la parole de nos aînés en langue dénée zhatie.

« J’ai promis à nos aînés, qui ne sont plus là aujourd’hui, que nous allions travailler jusqu’à ce que leur parole soit respectée. »

— Une citation de  Jayne Konisenta, membre de l'équipe de négociation

Outre la mise en place de la structure de gestion coopérative, l’entente prévoit le financement du programme des gardiens et la construction de trois bâtiments dans la communauté : un bâtiment pour les gardiens, qui seront des observateurs dans le parc, un bureau de Parcs Canada et un pavillon touristique. En tout, 10 emplois seront créés dans la communauté d’un peu plus de 100 personnes.

Le député fédéral Michael McLeod affirme que ce genre de modèle, qui a aussi été utilisé pour la gestion de la réserve de parc national Thaidene Nëné avec la Première Nation dénée de Łutsël K’é, fonctionne très bien aux T.N.-O.

Michael McLeod et Julie Dabrusin sont assis à une table et signent un document le 30 septembre 2022 à Nahanni Butte. Un drapeau du Canada flotte derrière et une autre troisième personne les regarde.

Le député fédéral Michael McLeod signe l'entente de gouvernance partagée avec les Premières Nations du Dehcho et la Première Nation des Dénés Nahʔą Dehé le 30 septembre 2022, en compagnie de Julie Dabrusin, secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Ce modèle permet la protection de l’environnement et crée des possibilités sur le plan économique. Les jeunes dans les communautés y voient des possibilités pour l'avenir de leur communauté, tandis que les aînés y voient une occasion de cogestion, explique Michael McLeod.

Un modèle tourné vers la réconciliation

Le modèle de gouvernance partagée permettra aux signataires d’avoir une voix égale dans la gestion de la réserve de parc. Le grand chef des Premières Nations du Dehcho, Herb Norwegian, y voit un signe de collaboration et de réconciliation de la part du gouvernement fédéral.

« Ce qu’on essaie de faire, c’est d’être sur un pied d’égalité. L’un des nombreux problèmes que nous avons eus avec Parcs Canada, à travers le pays [...] c’est la création de parcs sans consulter les Premières Nations. »

— Une citation de  Herb Norwegian, grand chef, Premières Nations du Dehcho
Herb Norwegian et Steve Vital côte-à-côte, l'un portant un manteau et l'autre, une veste en peau d'animal avec des têtes d'aigle brodés, le 30 septembre 2022 à Nahanni Butte.

Le grand chef des Premières Nations du Dehcho, Herb Norwegian, pose à côté du chef de la Première Nation des Dénés Nahʔą Dehé, Steve Vital, le 30 septembre 2022 à Nahanni Butte.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

La directrice des établissements des parcs nationaux à Parcs Canada, Adriana Bacheschi, explique qu’une lente évolution est en branle à Parcs Canada pour changer d’approche avec les Autochtones du pays.

Nous avons créé un modèle unique qui nous permet de vraiment travailler ensemble avec les gens du territoire, qui habitent le territoire depuis des générations.

Des retombées espérées par la communauté de Nahanni Butte

La petite communauté du Dehcho espère tirer bénéfice du tourisme avec la construction d’un pavillon touristique et d’un bureau de Parcs Canada.

La réserve de parc national Nahanni et sa rivière Nahanni sont prisées des canoéistes et des kayakistes, mais rares sont ceux qui s’arrêtent à Nahanni Butte, dit Herb Norwegian : On espère que, cette fois-ci, les touristes vont s’arrêter ici.

Un bâtiment et une route de terre avec un poteau électrique.

La communauté de Nahanni Butte compte environ 119 résidents et est située aux portes de la réserve nationale de parc Nahanni, au sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Roxanne Konisenta, mère de deux jeunes enfants, trouve que cette signature marque un moment historique pour les générations futures.

Depuis que je suis toute petite, je me suis souvent demandé si un événement comme celui-ci arriverait dans ma petite communauté, et ce jour-là est enfin arrivé.

La réserve de parc national Nahanni, créée en 1976, d’une superficie de 30 050 km2, est le troisième parc national du pays. Le parc a été inscrit dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !