•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Électeurs et candidats votent depuis ce matin

Éric Duhaime glisse son bulletin de vote dans une boîte.

Éric Duhaime a voté dans sa circonscription lundi matin, sous l'œil des caméras.

Photo : Radio-Canada / Jacaudrey Charbonneau

Les électeurs défilent dans les bureaux de vote depuis le début de la journée. Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a glissé son bulletin dans l’urne en fin de matinée dans la circonscription de Chauveau, où il espère se faire élire.

Il était 11 h passées lorsqu’il s’est présenté à l'École secondaire Roger-Comtois, à Québec.

Je suis confiant, j’ai l’impression d’avoir fait la campagne qu’il fallait faire. Je suis très fier de la campagne qui a été faite par mon équipe, a-t-il déclaré, après avoir accompli son devoir de citoyen.

La campagne étant officiellement finie depuis dimanche soir, Sol Zanetti, candidat de Québec solidaire en quête d’une réélection dans Jean-Lesage, a passé une bonne partie de la journée à faire le tour des bureaux de vote de sa circonscription pour remercier le personnel électoral d’être là.

Un homme avec une casquette et qui porte des lunettes en entrevue dehors face à la caméra.

Sol Zanetti profite du jour de scrutin pour faire le tour des bureaux de vote de sa circonscription pour remercier le personnel électoral d'être là.

Photo : Radio-Canada

Avant que les résultats tombent, celui qui était député jusqu’à la dissolution de l’Assemblée nationale ne cachait pas son impatience.

Je suis fébrile, j’ai hâte de savoir. On a travaillé fort, on attend, on croise les doigts, commente-t-il.

Cette fois encore, il s’attend à une lutte serrée. En 2018, sa victoire s’était jouée dans un mouchoir de poche. Peu de voix le séparaient de ses adversaires.

Des adolescents à la rescousse d'Élections Québec

Le bureau de vote installé au Collège des compagnons à Sainte-Foy, dans la circonscription de Louis-Hébert, a une particularité. Tous les scrutateurs et les secrétaires sont des jeunes âgés de 16 à 17 ans.

Élections Québec dit ne pas avoir eu d'autres choix que de mobiliser des adolescents pour pallier le manque de personnel. Ainsi, Laurianne Gagnon, élève de 5e secondaire, passera sa journée au bureau de vote du Collège des compagnons.

J’ai décidé de prendre part à ce projet-là pour en apprendre plus et pour ensuite être plus à l’aise quand je vais avoir 18 ans pour aller voter, explique-t-elle.

Jean-Nicolas Leroux, 16 ans, est lui aussi enchanté par l’expérience à laquelle il s’essaye pour la première fois.

J’adore ça! Il y a une bonne ambiance. Les gens sont joyeux de voter. Ils nous remercient, confie-t-il.

Affluence attendue en soirée

Pas de problèmes de personnel électoral dans les 18 bureaux de vote de la circonscription de Jean-Lesage. Annie Turner, la directrice du scrutin, assure que les équipes sont complètes.

Si le flux des électeurs était constant, le rythme devrait s’accélérer en fin de journée.

On est lundi. Les gens travaillent. Beaucoup de gens vont venir voter après le bureau, prédit-elle.

Extérieur d'un bureau de vote, où est plantée une banderole d'Élections Québec.

Après 36 jours de campagne électorale, les Québécois sont appelés aux urnes lundi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Matin, après-midi ou soirée… le moment importe peu pour Marc-André Bilodeau. Ce qui lui importait était de remplir un bulletin.

C’est notre droit fondamental. Dans une démocratie forte, exercer notre droit de vote, c’est signe que la démocratie est en santé, considère-t-il.

Même engagement citoyen de la part de Gilbert Nolet.

Au lieu de chialer et de pas voter, tu votes et après t’as le droit de chialer si t’es pas content. C’est ma façon de voir les choses, formule-t-il, tout en avouant qu’il n’a pas été enthousiasmé par la campagne.

Mais c’est important d’aller voter, insiste-t-il.

Il est possible de le faire jusqu’à 20 h, muni d’une pièce d’identité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !