•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google abandonne son service Traduction en Chine

Une pancarte de Google avec des caractères chinois.

Le géant technologique Google compte quelques bureaux en Chine.

Photo : Reuters / Aly Song

Reuters

Le logiciel de traduction de Google, l’un des rares services du géant californien encore présents en Chine, a finalement été retiré de ce pays.

L'application et le site web de Google Traduction affichent désormais une barre de recherche générique pour les internautes en Chine.

Des utilisateurs et utilisatrices ont déclaré ne pas pouvoir accéder au service depuis samedi, selon des messages publiés sur les réseaux sociaux chinois. La fonction de traduction intégrée au navigateur Google Chrome ne fonctionne plus non plus.

Le géant américain a interrompu Google Traduction en Chine en raison d'une faible utilisation, selon ce qu'a indiqué Google dans un communiqué. On ne sait pas exactement combien de personnes l’utilisaient en Chine.

Des relations tendues

Google, comme plusieurs autres entreprises technologiques occidentales, entretient des relations tendues avec la Chine.

En 2010, Google a retiré son moteur de recherche du marché chinois après avoir refusé de se conformer aux règles de censure du pays. La Chine a ensuite bloqué d'autres services du géant, tels que sa messagerie électronique Gmail et l’application de cartes Google Maps.

Les autorités chinoises bloquent généralement la plupart des plateformes et services de réseaux sociaux occidentaux, y compris ceux de Facebook et de Twitter, car le gouvernement cherche à maintenir des règles strictes. Les plateformes chinoises doivent s’y conformer strictement et retirer les mots-clés et les sujets que les autorités jugent politiquement sensibles.

En 2017, Google a offert son service de traduction en Chine par le biais d'un domaine chinois, alors qu'il explorait les moyens de proposer des services sur ce marché. Google Traduction entrait en concurrence avec d'autres services de traduction populaires et locaux fournis par des entreprises technologiques chinoises, notamment Baidu et Sogou.

L’entreprise avait aussi exploré le lancement d'un moteur de recherche distinct pour la Chine, mais a mis fin au projet en 2019, notamment en raison de la grogne mondiale qu’il avait suscitée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !